Ayman Odeh exclu du débat sur les caméras pour avoir filmé Netanyahu
Rechercher

Ayman Odeh exclu du débat sur les caméras pour avoir filmé Netanyahu

Le Likud persévère dans sa tentative d'introduire des caméras dans les bureaux de vote malgré les âpres critiques des responsables juridiques et l'imminence du scrutin

Le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, filme le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant le débat sur le projet de loi des caméras à la Knesset de Jérusalem, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, filme le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant le débat sur le projet de loi des caméras à la Knesset de Jérusalem, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le plus important député arabe a brandi son téléphone portable devant le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Parlement, lundi, interrompant un débat sur un projet de loi qui vise à autoriser les représentants des formations politiques à introduire des caméras dans les bureaux de vote au cours des élections de la semaine prochaine.

Ayman Odeh a été exclu de la salle après avoir paru filmer le Premier ministre et l’avoir traité de « menteur ». Les photos de l’incident laissent suggérer que l’appareil photo n’était pas allumé.

Six jours avant les élections nationales, les députés sont supposés voter à la Knesset, mercredi en fin de journée, sur le projet de loi des caméras avancé par le Likud. Il devrait presque certainement être rejeté.

Le dit « projet de loi sur les caméras » a échoué à obtenir le soutien de la majorité à la Commission parlementaire de la Knesset, lundi, les députés s’étant exprimé à 12 voix « pour » et 12 voix « contre » sur une motion qui aurait permis d’accélérer la mesure, de façon à ce que la législation n’ait pas à attendre les 48 heures habituelles avant d’être présentée à la Knesset pour un vote. Ce rejet est survenu après qu’Yisrael Beytenu a retiré son appui au projet, ce qui devrait presque certainement entraîner son échec en séance plénière.

Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie, filme le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant le débat sur le projet de loi des caméras à la Knesset de Jérusalem, le 11 septembre 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu a toutefois noté dans un communiqué, mardi, qu’il prévoyait de présenter le projet de loi devant la Knesset « pour découvrir qui soutient la fraude électorale et qui s’y oppose ».

Le projet de loi permettrait aux représentants du Likud et d’autres partis d’introduire des caméras dans les bureaux de vote.

Il a été âprement critiqué par le procureur général, la commission centrale électorale et le conseiller juridique de la Knesset, et fustigé par certains qui affirment que cette initiative pourrait réduire la participation électorale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...