Rechercher

Ben Gvir déclare défier l’interdiction de Bennett de participer au défilé

Bennett a interdit à Ben Gvir de participer au défilé ; Ben Gvir jure qu’il y participera, "sans demander l'avis de Bennett, de Barlev, du Conseil de la Choura ou du Hamas"

Le politicien d'extrême droite MK Itamar Ben Gvir après avoir visité le Mont du Temple, au Mur occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le politicien d'extrême droite MK Itamar Ben Gvir après avoir visité le Mont du Temple, au Mur occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le bureau du Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que le député d’extrême droite Itamar Ben Gvir sera interdit de passage à la Porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, où les nationalistes juifs ont décidé d’organiser un défilé, redoutant les risques d’affrontements avec les Palestiniens qui visitent ce lieu populaire pendant le Ramadan.

Une déclaration du bureau de Bennett indique que la décision d’empêcher Ben-Gvir, qui dirige la faction d’extrême droite Otzma Yehudit de l’opposition, de se rendre à la Porte de Damas a été prise sur recommandation du ministre de la Sécurité publique Omer Barlev, du chef du Shin Bet Ronen Bar et du commissaire de la police israélienne Yaakov Shabtai.

« Je n’ai pas l’intention de laisser les mesquineries politiques mettre des vies en danger. Je ne permettrai pas à la provocation politique de Ben Gvir de mettre en danger les soldats de Tsahal et les officiers de la police israélienne et d’alourdir leur fardeau », a déclaré Bennett dans un communiqué de son bureau.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’entretient avec le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev pendant une discussion et un vote sur « la loi de citoyenneté » au parlement israélien à Jérusalem, le 7 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon Barlev, autoriser le député Itamar Ben Gvir à participer à un défilé nationaliste dans la Vieille Ville de Jérusalem risquerait de provoquer une « conflagration régionale ».

La participation de Ben Gvir « est une provocation susceptible d’accélérer la détérioration de la sécurité », a-t-écrit dans un post Facebook, notant qu’il avait demandé à Bennett d’interdire la présence de Ben Gvir.

« Le simple fait qu’il se montre mettrait en danger la sécurité du pays et obligerait la police, déjà très sollicitée pour continuer à assurer l’ordre et la sécurité, à réaffecter ses ressources à des tâches inutiles pour le moment. »

En réponse à la décision du Premier ministre Naftali Bennett de lui interdire l’accès à la Porte de Damas, le député a juré de désobéir à cet ordre et a affirmé qu’il serait présent.

« Après avoir abandonné la police et les citoyens, [Bennett] s’est transformé en un dictateur qui porte atteinte à la liberté de mouvement des membres de la Knesset », s’est plaint Ben Gvir, rappelant que les députés bénéficiaient de l’immunité parlementaire.

« S’il n’y a pas de structure convenue [pour le défilé] et [pas] de compromis entre la police et les organisateurs, je me rendrai à la Porte de Damas, sans demander l’avis de Bennett, de [du ministre de la sécurité publique Omer] Barlev, du Conseil de la Choura ou du Hamas », a déclaré le sulfureux député dans un communiqué.

La police a refusé de donner son autorisation au défilé nationaliste, prévu à 17h, en raison de son itinéraire passant par la Porte de Damas.

La présence de Ben Gvir à la Porte de Damas pourrait déclencher un conflit régional selon un ministre.

Un responsable de la sécurité sous couvert d’anonymat a déclaré à la chaîne publique Kan que la venue de Ben Gvir pourrait déclencher une nouvelle guerre à Gaza et des tirs de roquettes sur Jérusalem.

« Nous voyons les mêmes indicateurs que ceux qui ont précédé » la guerre de Gaza de l’année dernière, a déclaré la source.

Cette guerre a commencé lorsque le Hamas a tiré des roquettes sur Jérusalem lors d’un défilé des drapeaux dans la Vieille Ville auquel assistait Ben Gvir, après des jours de tensions sur le mont du Temple.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...