Rechercher

Bennett appelle à un gouvernement d’unité large à quelques jours des élections

L'ancien Premier ministre a appelé à l'apaisement du discours ; Smotrich a déclaré que son service militaire écourté ne devrait pas le disqualifier pour être ministre de la Défense

L'ancien Premier ministre Naftali Bennett arrivant à une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 23 octobre 2022. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)
L'ancien Premier ministre Naftali Bennett arrivant à une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 23 octobre 2022. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Le Premier ministre par alternance Naftali Bennett a appelé jeudi à la formation d’un gouvernement de large unité après les élections de la semaine prochaine, alors que les querelles entre les chefs de parti se sont intensifiées cinq jours avant qu’Israël ne se rende aux urnes.

S’arrêtant pour parler aux journalistes avant d’assister à une réunion du cabinet, Bennett a appelé tous les partis et leurs dirigeants à rester respectueux les uns des autres à l’approche du vote du 1er novembre.

« La bonne chose à faire pour l’État d’Israël, immédiatement après les élections, sera d’établir un large gouvernement d’unité fondé sur les plus grands partis de gauche et de droite, puis d’intégrer tous les partis qui reconnaissent Israël comme un État juif et démocratique », a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas avoir de perdants dans cette élection. Tout le peuple d’Israël doit gagner. En ce moment, nous avons besoin d’unité. »

Un tel gouvernement semble peu probable, de multiples partis continuant de refuser de siéger aux cotés du leader du Likud, Benjamin Netanyahu, actuellement en procès pour corruption.

Netanyahu, qui continue de nier toutes les accusations dans l’ensemble des affaires qui lui sont reprochées, est actuellement en tête des sondages avant le vote. Son parti, le Likud, et ses alliés sont en passe d’obtenir une soixantaine de sièges à la Knesset, qui compte un totale de 120 membres, et pourrait donc obtenir la majorité.

Bennett avait quitté son poste de Premier ministre en juin, après l’effondrement de sa coalition à l’approche de son premier anniversaire. Son allié Yair Lapid, du parti Yesh Atid, a alors pris le relais en tant que Premier ministre.

Le leader de Yamina a vu son soutien politique s’effondrer presque immédiatement lorsqu’il a accepté de rejoindre le bloc anti-Netanyahu, à la suite des dernières élections.

Il n’est jamais remonté dans les sondages et avait annoncé, peu après le déclenchement de nouvelles élections, qu’il se retirait de la vie politique.

Jeudi, le chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, a déclaré au site d’information Ynet qu’il pensait être qualifié pour occuper le poste de ministre de la Défense au sein du prochain gouvernement, bien qu’il n’ait effectué qu’un service militaire écourté et qu’il n’ait aucune expérience du terrain.

Le président du parti HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich, présentant le programme ‘Droit et Justice’ de son parti lors d’une conférence de presse à Kfar Maccabiah, à Tel Aviv, le 18 octobre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La question des services militaires des législateurs a fait les gros titres ces derniers jours, le Premier ministre Lapid défendant son service en tant que reporter pour le magazine d’information de Tsahal, et le ministre de la Défense Benny Gantz affirmant que Smotrich ne devrait pas se voir confier le poste étant donné son manque d’expérience au combat.

Smotrich a déclaré à Ynet qu’il avait servi pendant 14 mois en tant qu’engagé dans la division des opérations de l’État-major général après avoir été appelé à l’âge de 28 ans (le service militaire obligatoire est habituellement de trois ans).

Smotrich a déclaré que son parti chercherait à obtenir les plus hautes fonctions dans un éventuel gouvernement dirigé par Netanyahu, notamment les portefeuilles de la Défense et des Finances.

Netanyahu a déclaré, ces derniers jours, que ces ministères devaient revenir au Likud.

« Je peux être ministre de la Défense », a déclaré Smotrich. « Mon service militaire m’a préparé à bien plus. »

« C’est vrai, que je n’ai pas eu l’occasion d’être un combattant, et que je n’ai pas couru sur les collines, mais j’étais dans le centre névralgique de l’armée, dans le quartier général. Dans les endroits où ils s’assoient et gèrent l’armée, prennent les décisions, et écrivent les plans opérationnels. J’y ai joué un rôle très important que je ne peux et ne veux pas détailler », a déclaré Smotrich.

L’actuel ministre de la Défense, Benny Gantz, a déjà occupé le poste de chef d’État-major de Tsahal, un poste traditionnellement occupé par d’anciens hauts commandants de l’armée.

Mais il y a déjà eu plusieurs ministres de la Défense sans expérience militaire significative, dont Avigdor Liberman.

Moshe Gafni, député du parti Yahadout HaTorah, a relancé le débat jeudi sur la question de savoir si Netanyahu avait cherché à former une coalition avec le parti islamiste Raam après les dernières élections.

Selon de nombreuses sources, Netanyahu aurait mené des négociations intensives avec le chef du parti Raam, Mansour Abbas, bien qu’il continue de nier tout lien en vue de former un gouvernement.

Dans un enregistrement diffusé dimanche par la télévision israélienne, le chef d’extrême droite Bezalel Smotrich a déclaré que le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu « voulait désespérément » s’allier avec le parti islamiste Raam après les élections de l’an dernier, et que l’ancien Premier ministre « mentait comme un arracheur de dents » pour avoir nié ce fait.

Gafni a déclaré au site d’information Walla que Netanyahu et Abbas ont discuté de la possibilité que Raam soutienne la coalition à partir de l’opposition, mais qu’aucun accord n’avait été conclu parce que Smotrich avait refusé de soutenir cet projet.

« Je crois que Netanyahu voulait un soutien de l’extérieur, pas une coalition », a déclaré Gafni.

Gafni a déclaré qu’il pense que Smotrich avait fait une erreur, et qu’in fine, cela a conduit à un « très mauvais » gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...