Rechercher

Bennett confiant que l’opposition ne parviendra pas à empêcher le vote du budget

Le Premier ministre a demandé aux législateurs de la coalition d’être patients au cours de la semaine à venir et d’éviter les ennuis sur le chemin de l’adoption du budget.

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Naftali Bennett monte à bord de l'avion à l'aéroport Ben Gourion, pour assister au sommet des Nations unies sur le climat à Glasgow, le 31 octobre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett monte à bord de l'avion à l'aéroport Ben Gourion, pour assister au sommet des Nations unies sur le climat à Glasgow, le 31 octobre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Avant de partir pour le sommet de l’ONU sur le climat à Glasgow, le Premier ministre Naftali Bennett s’est dit confiant que le budget de l’État allait être adopté à la suite des discussions de cette semaine, malgré les tentatives « désespérées » de l’opposition d’empêcher cela et de renverser le gouvernement.

Dans un bref discours qui ne comprend aucune référence à la crise climatique ou une option pour répondre aux questions des journalistes, Bennett a déclaré : « Ici, en Israël, nous nous préparons pour une semaine folle, qui deviendra de plus en plus intense chaque jour à mesure que le vote sur le budget se rapprochera. Dès que le budget est adopté, il donne au gouvernement une stabilité pendant plusieurs années. L’implication pour l’opposition est qu’elle va s’effondrer en morceaux. Ils le comprennent. Ils sont désespérés. Ils désespèrent de faire baisser le budget et de provoquer une cinquième élection [depuis avril 2019]. »

« Par conséquent, nous nous attendons à une semaine de grandes fausses nouvelles », poursuit-il.

« Il n’y a rien qu’ils ne feront pas cette semaine pour faire baisser le budget et conduire à de cinquièmes élections. Mais je veux calmer tout le monde. Ils gaspillent leurs efforts. Le budget sera adopté.

« Le budget passera parce qu’Israël a besoin de stabilité », a poursuivi Bennett. « Le budget passera parce que le pays a besoin d’une bonne gestion calme. Le budget passera parce que personne ne veut revenir au cycle électoral sans fin. »

Bennett a demandé aux législateurs de la coalition d’être patients au cours de la semaine à venir et d’éviter les ennuis sur le chemin de l’adoption du budget.

Le député Yamina Amichai Chikli lors de la cérémonie de prestation de serment à la Knesset, le 5 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le député Amichai Chikli (Yamina) a déclaré samedi qu’il ne voterait pas avec la coalition en faveur du budget, mettant potentiellement en péril la survie du gouvernement.

« Je ne fais pas de calculs d’intérêt personnel, et il n’y a pas d’accord par lequel je soutiendrai le budget », a déclaré Chikli à la Douzième chaîne. Il a également déclaré que son parti n’avait pas essayé de discuter du budget avec lui et n’avait pas tenté d’obtenir son soutien.

Le projet de loi de finances pour 2021 a été adopté en première lecture en septembre par 59 voix contre 54, le budget 2022 ayant obtenu le feu vert avec un vote de 59 contre 53. La coalition doit faire passer le budget en deuxième et troisième lectures d’ici le 14 novembre, mais espère le faire quelques jours avant cette échéance si cela s’avère possible.

Chikli a affirmé, sans aucune preuve, que l’argent mis de côté dans le budget pour des projets dans la communauté arabe serait plutôt utilisé pour la « radicalisation ».

« C’est un budget très dangereux, 30 milliards de shekels vont être gérés par le parti Raam et [son chef] Mansour Abbas, et c’est une très mauvaise chose », a-t-il déclaré, faisant référence au membre de la coalition.

Les responsables gouvernementaux ont promis d’avancer de près de 35 milliards de NIS de financement total pour la communauté arabe au cours des cinq prochaines années afin de compenser des décennies de négligence de l’État dans les villes arabes et de faire face à la montée en flèche de la criminalité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...