Bennett dévoile un plan pour lutter contre la criminalité chez les Arabes
Rechercher

Bennett dévoile un plan pour lutter contre la criminalité chez les Arabes

Le Premier ministre a déclaré que les niveaux élevés de criminalité sont le résultat de la "négligence" de l'État : "La situation est intolérable et nous y mettrons fin"

Le Premier ministre Naftali Bennett (au centre) visite un poste de police, le 11 août 2021, pour annoncer un nouveau plan national de lutte contre la criminalité dans le secteur arabe. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett (au centre) visite un poste de police, le 11 août 2021, pour annoncer un nouveau plan national de lutte contre la criminalité dans le secteur arabe. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Naftali Bennett a promis mercredi de mettre fin à la vague de criminalité en cours dans les communautés arabes, lors d’une cérémonie d’inauguration d’une unité dédiée au « rétablissement de la sécurité dans les rues arabes. »

« La société arabe constitue aujourd’hui 20 % de la population en Israël et 60 % de la criminalité. Cette situation, cette négligence, est intolérable et nous y mettrons fin », a déclaré Bennett, après avoir examiné un tableau d’armes illégales saisies lors d’un récent raid de la police.

Bennett a annoncé son intention de formuler un plan national de lutte contre la criminalité dans les zones arabes en juin, immédiatement après son entrée en fonction. Selon une ébauche du plan, 2,4 milliards de shekels seront budgétisés sur cinq ans.

Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, le crime organisé étant considéré comme le principal moteur. Les Arabes israéliens en veulent à la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence.

Quelque 57 Arabes israéliens ont été tués dans des homicides depuis le début de l’année 2021, dont six personnes au cours de la semaine dernière. En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués, de loin le bilan annuel le plus élevé de mémoire récente.

Selon la police, plus de 90 % des fusillades survenues en Israël l’année dernière ont eu lieu dans des communautés arabes, bien que les Israéliens arabes ne représentent qu’environ un cinquième de la population du pays.

« Aujourd’hui, nous créons une division spécialisée, la division Seif, dont l’objectif principal est de déjouer la criminalité dans les communautés arabes israéliennes et de rétablir la sécurité dans les rues », a déclaré le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, lors de la cérémonie.

Les représentants arabes, y compris le parti islamiste Raam, étaient notablement absents de la cérémonie. L’adoption du plan anti-violence était l’une des principales exigences du parti Raam lorsqu’il a rejoint la coalition gouvernementale de Bennett.

Le plan du nouveau gouvernement prévoit également la création de deux postes de police, dont l’un sera situé dans la ville de pêche arabe pauvre de Jisr al-Zarka, dans le centre d’Israël.

Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les récents meurtres au sein de leurs communautés, dans la ville arabe de Majd al-Krum, au nord d’Israël, le 3 octobre 2019. (Crédit : David Cohen/FLASH90)

Selon Shabtai, l’unité Seif conclut déjà sa première opération visant à réprimer la propagation d’armes illégales dans la communauté arabe. Environ 1 000 agents y ont participé et quelque 41 suspects ont été arrêtés, bien que Shabtai n’ait pas précisé combien d’armes à feu ont été confisquées.

La police a déjà lancé des opérations de collecte d’armes, mais aucune n’a réussi à porter atteinte au commerce mortel des armes. Selon un rapport de la Knesset de 2020, quelque 400 000 armes illégales circulent en Israël, la grande majorité dans les communautés arabes.

La division Seif semble être une extension d’une unité antérieure créée pour améliorer le maintien de l’ordre dans le secteur arabe. Cette unité, créée en 2017, avait peu de pouvoir de maintien de l’ordre réel ; son objectif principal était de servir de médiateur entre les communautés arabes et la police, ainsi que de mener des campagnes de sensibilisation du public sur « l’importance de la loi et de l’ordre. »

Il n’est pas immédiatement clair en quoi l’unité Seif remaniée diffère de sa prédécesseure. Mais Abraham Initiatives, une organisation qui travaille à l’amélioration des relations entre les Arabes et la police, a exprimé un optimisme prudent.

« La création de Seif en présence du Premier ministre, du ministre de la Sécurité publique et de hauts responsables de la police a une valeur symbolique importante », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...