Rechercher

Beth Israel/Texas: 1 000 personnes de toutes religions rassemblées pour une veillée

La synagogue de Colleyville, touchée par une prise d'otages amorce son processus de guérison, soutenue par les chrétiens et les musulmans - et 24 000 internautes

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

L'église méthodiste Whites Chapel où a eu lieu un office spécial à Southlake, aux États-Unis, le 17 janvier 2022. (Crédit :   Emil Lippe / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)
L'église méthodiste Whites Chapel où a eu lieu un office spécial à Southlake, aux États-Unis, le 17 janvier 2022. (Crédit : Emil Lippe / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

SOUTHLAKE, Texas — Ce sont environ mille personnes de confessions et d’origines variées qui se sont réunies pour une veillée organisée dans une église située à approximativement huit kilomètres au nord de Colleyville, au Texas, lundi soir, pour afficher leur solidarité avec la communauté juive de la ville, très éprouvée par la prise d’otages qui a eu lieu, samedi, à la synagogue de la congrégation Beth Israel.

« Alors que rares sont ceux, parmi nous, qui se portent bien, nous parviendrons à traverser cela », a déclaré le rabbin de la congrégation, Charlie Cytron-Walker, qui a été l’un des quatre fidèles pris en otages dans cette synagogue du mouvement réformé où se déroulait, à ce moment-là, l’office du matin de Shabbat, et qui est resté pendant onze heures sous la menace de l’arme du ravisseur.

Ce dernier, Malik Faisal Akram, réclamait la libération d’une prisonnière pakistanaise qui purge actuellement une peine de 86 ans de prison pour terrorisme à environ 24 kilomètres de Colleyville, au sud-est de la localité. Le preneur d’otages a été abattu au cours d’un échange de coups de feu avec les agents du FBI après que les trois derniers otages sont parvenus à fuir.

Lors de cette veillée, Cytron-Walker a prononcé un discours et la soirée a été accompagnée de chants et de prières en anglais et en hébreu, qui ont été récitées par le président actuel et les présidents passés de la congrégation, aux côtés de chantres venus de toute la région de Dallas.

Le rabbin de la congrégation, dont les polices locale et fédérale ont salué le comportement « calme et posé » pendant la prise d’otages de samedi, a été accueilli par une standing-ovation de 30 secondes – et Cytron-Walker a dû retenir ses larmes, une émotion qui a été perceptible à plusieurs occasions dans la soirée.

Avant de commencer à parler, le rabbin – connu dans la communauté de Colleyville pour son travail acharné en faveur du vivre-ensemble – a noté avec humour la présence de l’autocollant « Laissez-les voir Jésus », toujours collé sur l’autel massif de l’église depuis, a-t-il dit, des années et qu’il remarque à chaque fois qu’il est amené à utiliser le lieu de culte.

Cytron-Walker a dit avoir été bouleversé par les manifestations nombreuses de « vœux, de gentillesse et de compassion » qui ont suivi la prise d’otages.

Il a remercié toutes les personnes rassemblées dans l’église méthodiste White Chapel, des personnes venues de toute la région de Dallas, ainsi que les plus de 24 000 internautes qui assistaient à la veillée via Facebook Live — le même média qui avait été utilisé, samedi matin, pour la diffusion en direct de l’office du Shabbat et où les trois premières heures de la prise d’otages ont été du coup retransmises.

« C’est stupéfiant, pour nous, de prendre conscience… que notre petite congrégation de Colleyville, au Texas, dont personne n’avait entendu parler auparavant, bénéficie aujourd’hui d’autant de soutiens dans cette épreuve », s’est-il exclamé.

« A ma famille de la congrégation », a-t-il dit, encore une fois très ému, « je vous le dis : Je voudrais avoir une baguette magique. Je voudrais pouvoir faire disparaître toute cette souffrance, tout ce mal ».

« Je sais que cette intrusion violente dans ce qui est notre foyer spirituel a été traumatisante pour chacun d’entre vous », a continué Cytron-Walker. « Mais nous allons avancer, pas à pas. Nous nous réconforterons les uns les autres ».

Cette veillée a semblé emblématique des initiatives prises par Cytron-Walker en tant que chef spirituel de la congrégation Beth Israel. Il a remercié, pendant la soirée, les responsables religieux, les responsables athées et les responsables politiques de tous les partis. Il a aussi dit à l’audience que « si cela ne vous met pas mal à l’aise, vous pouvez dire Amen » après avoir terminé une prière en anglais, qu’il a voulu être inclusive pour tous.

L’église méthodiste Whites Chapel où a eu lieu un office spécial à Southlake, aux États-Unis, le 17 janvier 2022. (Crédit : Emil Lippe / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Les personnes venues assister à la veillée étaient impatientes d’entendre le rabbin s’exprimer, son travail sur le vivre-ensemble ayant dépassé les frontières de la communauté – même si Cytron-Walker n’a pas été la seule raison expliquant leur présence en si grand nombre.

Melanie Morris a fait le trajet depuis Dallas, à 40 minutes de voiture, pour assister à ce rassemblement. Juive elle-même, elle a expliqué avoir été touchée par ce qui lui a semblé être une forte présence des non-Juifs dans l’assistance.

« J’ai aimé le fait qu’il y ait eu des prières en hébreu mais aussi beaucoup de prières en anglais parce qu’il y avait beaucoup de non-Juifs qui étaient là et que le message transmis était universel », a-t-elle déclaré à la fin de la veillée, alors qu’elle se trouvait aux abords de l’église.

« Cela réchauffe tellement le cœur de voir ce soutien qui s’est exprimé ce soir et j’espère qu’ils peuvent en ressentir la portée », a commenté pour sa part Leslie Horne, directrice des communications de l’église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, qui connaissait Cytron-Walker pour avoir travaillé avec lui sur des questions de dialogue interconfessionnel.

“Notre église discute actuellement de la possibilité d’aider à soulever des fonds s’il faut reconstruire quelque chose à la synagogue après ce qui est arrivé », a-t-elle ajouté.

Le rabbin Charlie Citron-Walker s’exprime devant les journalistes aux abords de l’église méthodiste Whites Chapel United suite à un service spécial à Southlake, au Texas, le 17 janvier 2022. (Crédit : Emil Lippe / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

L’imam Azhar Subedar, chef spirituel de la mosquée de Plano, à 65 kilomètres au nord-est de Colleyville et très actif, lui aussi, dans les initiatives de vivre-ensemble, a indiqué que sa présence à la veillée n’était que le prolongement naturel de son travail.

Il a dit qu’au lendemain de la prise d’otages, sa mission de chef religieux, en tant que musulman, était « double ».

« Pour nous, il y a ce travail de réaliser la paix dans le monde mais, en même temps, nous devons travailler de manière à faire disparaître les idéologies extrémistes et ce, au sein même de notre religion », a déclaré Subedar.

Colin Allred, membre du Congrès représentant le Texas et dont le 32è district comprend la banlieue du nord-est de Dallas, qui compte une importante population juive, était également là.

L’ancien joueur de la NFL devenu représentant a expliqué envoyer deux de ses enfants dans des crèches juives. « L’une d’entre elles est installée dans un temple qui aurait pu être choisi, comme cela a été le cas de Beth Israel, et j’ai donc voulu venir et afficher ma solidarité », a-t-il expliqué.

Le représentant Colin Allred s’exprime devant les journalistes aux abords de l’église méthodiste Whites Chapel United suite à un service spécial à Southlake, au Texas, le 17 janvier 2022. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Alors qu’il lui était demandé si Washington était en mesure de faire quelque chose suite à la prise d’otages qui a bouleversé les communautés juives locales, nationales et du monde entier, Allred a déclaré que la réponse devait porter sur deux volets.

« Nous allons devoir renforcer nos lieux de culte et renforcer également la sécurité, et nous allons devoir combattre l’antisémitisme et la radicalisation », a-t-il dit au Times of Israel. « Ces deux phénomènes ont empiré au cours de la pandémie ».

Malgré le travail qui reste à faire pour lutter contre l’antisémitisme et l’extrémisme, le membre du Congrès a déclaré quitter cette veillée en tirant de la force de Cytron-Walke qui, malgré son expérience traumatique personnelle, est parvenu « à guider les autres, en proie à leur propre souffrance, vers la lumière ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...