Rechercher

Charlie Cytron-Walker explique comment lui et deux autres otages se sont enfuis

"J'ai jeté une chaise sur le tireur, et nous nous sommes dirigés vers la porte," a expliqué le rabbin de Beth Israel

Le rabbin Charlie Cytron-Walker, qui fait partie des quatre personnes prises en otage dans sa synagogue Beth Israël, a donné sa première interview devant les caméras depuis le drame de samedi au Texas.

Se souvenant du moment où le tireur s’est révélé être une menace, le rabbin a raconté à CBS : « C’était pendant la prière, j’avais le dos tourné, nous sommes tournés vers Jérusalem quand nous prions… J’ai entendu un clic, ça aurait pu être n’importe quoi et il s’est avéré que c’était son arme ».

Il a raconté ensuite les moments où il a compris que lui et les autres otages devaient échapper à leur ravisseur.

« La dernière heure environ de l’impasse, il n’obtenait pas ce qu’il voulait. Il obtenait… ça n’avait pas l’air bon, ça n’avait pas l’air bon. Nous étions très – nous étions terrifiés, » a dit Cytron-Walker.

La police devant la congrégation Beth Israel à Colleyville, au lendemain d’une prise d’otages de plus de dix heures à l’intérieur de ce lieu de culte duu Texas, le 16 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Brandon Wade)

« Et quand j’ai vu une opportunité où il n’était pas en bonne position, je me suis assuré que les deux messieurs qui étaient encore avec moi, qu’ils étaient prêts à partir, la sortie n’était pas trop loin », s’est-il souvenu (la quatrième personne avait déjà été libérée par l’attaquant).

« Je leur ai dit de partir, j’ai jeté une chaise sur le tireur, et je me suis dirigé vers la porte. Et nous avons tous les trois pu sortir sans même qu’un coup de feu ne soit tiré. »

Les moments où les trois otages fuient le bâtiment sont visibles dans la vidéo qui suit. Trois personnes s’enfuient par une porte. Une quatrième les suit mais s’arrête à la porte et revient en courant.

Cytron-Walker avait auparavant attribué aux cours de sécurité qu’il avait suivis le mérite de les avoir aidés à fuir.

« Lorsque votre vie est menacée, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour vous mettre en sécurité. Vous devez faire tout ce que vous pouvez pour sortir ».

Le rabbin a dit que les otages sont encore sous le choc, notant que « c’était terrifiant, c’était accablant. Nous sommes toujours en train de réaliser. Ça a été beaucoup. »

Lorsqu’on lui demande comment il a réussi à rester calme pendant les longues heures où il était tenu en joue, il répond : « Je suppose que vous faites ce que vous avez à faire. Dans le cadre de la formation rabbinique, dans le cadre de la formation du clergé, nous parlons beaucoup de l’idée d’être une présence calme et non anxieuse. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...