Biden : l’accord nucléaire est bon pour Israël
Rechercher

Biden : l’accord nucléaire est bon pour Israël

Le vice-président américain a défendu l'accord nucléaire avec l'Iran devant des dirigeants juifs

Le vice-président Joe Biden au Forum Saban, le samedi 6 décembre 2014 (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le vice-président Joe Biden au Forum Saban, le samedi 6 décembre 2014 (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le vice-président américain, Joe Biden, s’est adressé aux dirigeants juifs au sujet de l’accord avec Iran, et leur a déclaré que « c’est un bon accord pour les États-Unis, pour le monde, et pour Israël ».

Il a ajouté que l’argument défendant la théorie que l’accord donnera de l’argent à l’Iran pour financer des groupes terroristes et des acteurs déstabilisateurs « est tout à fait légitime » mais a poursuivi son argumentaire en expliquant pourquoi l’accord nucléaire rendra le monde plus sûr.

Il a expliqué qu’en vertu des normes internationales, l’Iran devrait avoir le droit d’avoir un programme nucléaire civil mais a toutefois admis que l’accord était une « source de confusion ».

Il a ajouté qu’en vertu des protocoles additionnels – les accords annexes signés par l’Iran et l’AIEA – « ils ne pourront jamais, jamais, jamais obtenir une arme nucléaire, légalement. Cela ne signifie pas qu’ils n’essaieront mais dans 40 ans à partir de maintenant, les inspecteurs pourront y aller ».

‘Les sanctions ne seront que suspendues’

Martelant ses propos, Biden a promis qu’il y aura des inspections 24/24 et 7 jours sur 7 des sites nucléaires iraniens et a affirmé que le régime d’inspection était plus complet que jamais et « impressionnant ».

Il a aussi ajouté que les sanctions seront seulement « suspendues » et qu’elles ne sont même pas encore suspendues.

Ce commentaire au sujet des sanctions intervient quelques heures après que le chef suprême de l’Iran, Ali Khamenei, a déclaré l’Iran ne se conformerait pas à l’accord si les sanctions n’étaient que suspendues et non pas entièrement levées.

Lorsqu’on l’interroge sur les apparentes auto-inspections iraniennes sur le site nucléaire de Parchin organisées dans le cadre de l’accord avec l’AIEA, il a répondu qu’il ne discutera de cela que quand la presse quittera la pièce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...