Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Bien qu’inévitable, Israël fera preuve d’intelligence dans sa riposte à l’attaque iranienne – responsables

Gantz promet d'agir avec sagesse stratégique, sans précipitation, alors que le cabinet de guerre se réunit pour la 3e fois en autant de jours afin d'élaborer des représailles qui ne conduiront pas à une escalade régionale

Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari (à droite) et son adjointe Masha Michelson à côté d'un missile balistique iranien qui a été intercepté et est tombé dans la mer Morte quelques jours plus tôt, lors d'une visite des médias, à la base militaire de Julis, à proximité de Kiryat Malachi, le 16 avril 2024. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari (à droite) et son adjointe Masha Michelson à côté d'un missile balistique iranien qui a été intercepté et est tombé dans la mer Morte quelques jours plus tôt, lors d'une visite des médias, à la base militaire de Julis, à proximité de Kiryat Malachi, le 16 avril 2024. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

L’armée israélienne a déclaré que l’Iran ne s’en sortirait pas « indemne » après son attaque sans précédent de missiles et de drones tôt dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les dirigeants du pays continuent de réfléchir à la manière d’équilibrer une réponse énergique avec les appels des États-Unis et d’autres alliés à empêcher que le cycle de combats ne fasse boule de neige.

« Nous ne pouvons pas rester passifs face à ce type d’agression », a déclaré en anglais le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, aux journalistes de la base militaire de Julis, située à proximité de Kiryat Malachi, tout en montrant les débris d’un missile balistique intercepté. « L’Iran ne s’en sortira pas indemne avec cette agression. »

Les restes ne représentent que 70 % de l’ensemble du missile, l’ogive et d’autres morceaux ayant été détruits lors de l’interception. L’énorme missile, l’un des 120 missiles balistiques tirés sur Israël, a été retrouvé dimanche matin flottant dans la mer Morte.

Selon Tsahal, l’ogive du missile était estimée à 450 kilogrammes. L’armée devrait étudier les restes du missile afin d’approfondir sa compréhension des systèmes d’armes iraniens.

Les déclarations de Hagari constituent la dernière menace en date des responsables militaires, après que le chef d’état-major de l’armée, Herzi Halevi, a promis lundi soir qu’il y aurait une réponse aux quelque 500 drones et missiles lancés sur Israël entre samedi et dimanche.

Le cabinet de guerre israélien de haut niveau devait se réunir mardi pour la troisième fois autant de jours afin de décider de la réponse à la toute première attaque directe de l’Iran, qui a fait un blessé grave et n’a causé que des dégâts mineurs à une base militaire.

Le ministre Benny Gantz participant à une conférence du journal Israel Hayom, à Ashkelon, le 16 avril 2024. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Les États-Unis et d’autres alliés ont appelé à la retenue, craignant qu’une riposte israélienne ne fragmente la coalition dirigée par les États-Unis qui s’est unie pour mettre fin à l’attaque aérienne de l’Iran. Malgré les craintes d’une conflagration plus importante, les partisans de la ligne dure affirment qu’Israël doit organiser une riposte pour rétablir sa capacité de dissuasion.

Hagari a déclaré que la République islamique était en train de « construire une menace conventionnelle, dans le but de créer un cercle de feu autour d’Israël ».

Le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, a déclaré qu’Israël choisirait le moment et la manière de répondre à l’attaque, tout en travaillant avec les États-Unis pour construire une alliance mondiale et régionale contre Téhéran.

« Israël agira avec sagesse stratégique et répondra à l’endroit, au moment et de la manière qu’il choisira. Et ce n’est pas le lieu de s’étendre sur le sujet », a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée par le quotidien Israel Hayom.

L’ancien chef d’état-major et ministre de la Défense a déclaré qu’il s’était entretenu avec de hauts responsables américains au sujet d’une réponse internationale à l’Iran, y compris une action militaire et des sanctions.

« L’Iran est un problème mondial et régional, ainsi qu’une menace pour Israël », a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée de mardi, la secrétaire d’État au Trésor américain, Janet Yellen, a déclaré que des sanctions seraient imposées pour continuer à perturber les « activités malignes et déstabilisatrices » de l’Iran, tandis que Washington cherchait à empêcher Israël de réagir violemment.

Un modèle de missile transporté par des manifestants avec en arrière-plan des minarets et un dôme pendant une manifestation anti-Israël, sur la Place de Palestine, à Téhéran, en Iran, le 15 avril 2024. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Elle a déclaré lors d’une conférence de presse à Washington que toutes les options visant à perturber le « financement du terrorisme » par l’Iran étaient sur la table, et qu’elle s’attendait à ce que de nouvelles sanctions contre l’Iran soient annoncées dans les jours à venir.

Toujours lors de la conférence d’Israel Hayom, Hagari a déclaré qu’il serait « impossible de ne pas répondre à une attaque » telle que la salve tirée par l’Iran.

Dans le même temps, il a souligné l’importance de l’alliance régionale – comprenant les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Jordanie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte – qui s’est unie pour détruire la quasi-totalité des drones, des missiles de croisière et des missiles balistiques lancés sur Israël.

« Il s’agit d’une grande opportunité qu’il faut saisir », a-t-il affirmé, en insistant pour que l’attention reste concentrée sur la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza et sur les otages qui y sont toujours détenus.

« Grâce à notre succès opérationnel de samedi, nous disposons désormais de nombreuses options quant à la manière et au moment d’agir », a-t-il déclaré. « Nous agirons correctement et au bon moment, et toute discussion à ce sujet est inutile. »

Selon Tsahal, l’attaque iranienne comprenait 170 drones, 30 missiles de croisière et 120 missiles balistiques, dont 99 % ont été interceptés par les défenses aériennes.

L’un des missiles balistiques interceptés, qui s’est écrasé dans la mer Morte, a été présenté aux journalistes étrangers mardi. Le projectile massif transportait une ogive estimée à 500 kilogrammes, selon Tsahal.

L’armée a également diffusé des images en grande partie floues montrant la salle de contrôle de l’armée de l’air israélienne au quartier général souterrain de Tsahal, alors que les premières interceptions de missiles et de drones iraniens ont été effectuées tôt dimanche.

L’Iran a qualifié ce tir de représailles à une attaque imputée à Israël qui a détruit un bâtiment de son ambassade à Damas et tué deux de ses généraux et plusieurs autres officiers.

L’Iran a menacé de répondre avec une puissance de feu encore plus importante si Israël ripostait, tout en déclarant à ses alliés qu’il n’avait pas l’intention d’intensifier la situation s’il n’y avait pas de représailles.

Lors d’une réunion avec des soldats dans le nord d’Israël, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que la salve tirée par l’Iran était un « échec » et qu’Israël n’était pas dissuadé de prendre d’autres mesures contre l’Iran.

« Les Iraniens ne seront pas en mesure de mettre en œuvre une différente équation de dissuasion contre l’État d’Israël », a-t-il ajouté. « Les avions de l’armée de l’air opèrent partout, le ciel du Moyen-Orient est ouvert, tout ennemi qui se battra contre nous, nous saurons comment le frapper où qu’il se trouve. »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’adressant aux troupes de l’armée israélienne, dans le nord d’Israël, le 16 avril 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Ces déclarations ont été publiées peu après qu’Israël a indiqué avoir effectué une frappe de drone dans le sud du Liban, tuant un commandant iranien du Hezbollah chargé des activités près de la côte, à la suite d’une attaque du groupe terroriste chiite libanais qui a blessé trois Israéliens.

Selon un sondage de la Treizième chaîne, 13, 29 % des Israéliens sont favorables à une attaque immédiate contre l’Iran, 37 % à une attaque plus tardive et 25 % à une telle action.

Le député Yuli Edelstein (Likud), qui préside la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, a déclaré que toute réponse israélienne viserait à envoyer un message de dissuasion à Téhéran, tout en tirant un trait sur ce cycle d’hostilités.

Il a indiqué que les planificateurs tenaient compte de la prudence des puissances occidentales, des risques encourus par les équipages aériens en cas de sorties contre l’Iran et de la nécessité de maintenir l’attention sur l’offensive de Gaza, qui dure depuis plus d’un demi-siècle.

Le système de défense anti-missile « Dôme de fer » interceptant des missiles tirés par l’Iran, dans le centre d’Israël, le 14 avril 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/AP)

« Nous devrons réagir. Les Iraniens sauront que nous avons réagi. Et j’espère sincèrement que cela leur apprendra qu’on ne peut pas attaquer un pays souverain simplement parce que l’on se dit que c’est faisable », a déclaré Edelstein.

Interrogé sur le fait de savoir si la réponse israélienne viserait à éviter un plus grand nombre de victimes, Edelstein a déclaré que les cibles étaient encore en cours de discussion, mais que « nous prenons toujours en considération les normes internationales » et qu’Israël ne visait pas intentionnellement les civils.

« J’espère sincèrement qu’ils comprendront qu’il n’est pas dans leur intérêt de poursuivre ce genre d’échanges de coups. Nous ne sommes pas intéressés par une guerre à grande échelle. Nous ne sommes pas, comme je l’ai dit, dans une logique de vengeance », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.