Bières, huées (pour Clinton) et petits sommes aux côtés des partisans de Trump à Jérusalem
Rechercher

Bières, huées (pour Clinton) et petits sommes aux côtés des partisans de Trump à Jérusalem

Environ 100 personnes ont passé la nuit à Mike’s Place, à Jérusalem, à l’occasion d’un événement organisé par l’association Republicans Overseas Israel

Les bières et les breuvages rouges et bleus ont laissé la place au café et au thé alors que les accros à la politique, les paupières lourdes, sont encore debout à 4 heures du matin à Jérusalem, regardant nerveusement les résultats électoraux dans la salle du Mike’s Place.

Cet événement, organisé de façon informelle par une association partisane républicaine, Republicans Overseas Israël, est marquée par un jaillissement de colère à chaque apparition d’Hillary Clinton sur l’écran.

Osnat Maiden, activiste au Likud de nationalité israélienne, drapée dans un châle aux couleurs de l’Amérique, explique être venue pour apporter son soutien à Trump.

“Il va y avoir une révolution, il va l’emporter avec une grosse marge”, dit-elle. “La première fois que j’ai vu Donald Trump il y a un an et demi sur Fox News, j’ai dit, cet homme est un génie, peu importe ce qu’il dit ou les stupidités qu’il fait, il est si fort, il sera président”.

D’autres, dans la foule, se montrent un peu plus désobligeants. Un homme, qui porte des écussons de vétéran du Vietnam, hurle des insanités à l’écran de télévision à chaque fois que l’image affiche une photo de Clinton. « Ce genre de femme [injure] est une assassin de Bengazhi ! » crie-t-il.

« Ce genre de femme [injure] est une p… ! »

“Ces élections m’obsèdent tellement que je ne peux pas respirer”, dit Eitan Rosenfeld, qui travaille pour un groupe de défense en Israël sur les campus des facultés et qui vient de déménager dans le pays.

« J’ai voté pour Gary Johnson parce que je pense que les Américains méritent un autre parti. Le système à deux partis est brisé. Ces deux personnes vont créer une fracture dans le pays », dit-il.

Rosenfeld note qu’il y a dans la salle quelques partisans de Clinton, même si l’événement au Mike’s Place était défini comme un événement informel de l’association Republicans Abroad Israel. “C’est bien d’être dans le même bar, que les gens se respectent entre eux. Nous sommes en train de participer à quelque chose de tellement important. La démocratie est tellement importante ».

Un groupe d’étudiants de 18 ans de la yeshiva Aish HaTorah est assis à une table, regardent intensément cette première élection à laquelle ils ont pu prendre part.

“Nous sommes là pour regarder l’histoire en train de se passer devant nous”, explique Yeshua Soskil, du Maryland. Il dit qu’il pense que les rabbins seront “probablement d’accord” même s’ils sERont fatigués lors des cours de demain. « On ne peut pas rater ça, on ne peut pas dormir pendant qu’il se passe ça », ajoute Ezra Epstein, étudiant à l’Aish HaTorah du New Jersey, qui a voté en faveur de Gary Johnson.

« J’ai l’impression, à la base, que le parti républicain est en train de mourir : c’est ce fou qui en a pris le contrôle ».

Il pense qu’en fin de compte, les libertaires gagneront plus de terrain et prendront la maîtrise des Républicains. « Je voudrais voir Trump gagner parce que je pense que ça va être divertissant à voir”, dit Epstein. “Même si je me sentirai plus en sécurité avec Trump, je sens que mes chances de survie sont meilleures avec lui”.

Il y a une petite table de “PantSuit Nation” réunissant des partisans d’Hillary à Mike’s Place, alors que les supporters commencent à être vaincus par le sommeil, posant leurs têtes sur la table. « Nous sommes en train d’ajouter une présence libérale bien nécessaire au centre-ville de Jérusalem en cet instant », explique Michal Hubert, un nouvel immigrant de New York.

Mike’s Place à Jérusalem, le bar qui accueille de nombreux Républicains bien décidés à veiller, vend des boissons bleue et rouge en l’honneur des candidats.

“Manifestement, le ‘Donald’ contient du bourbon, nous utilisons un bourbon américain, le Wild Turkey,” explique le manager du lieu, Udi Kaniel.

« Les autres ingrédients : Jus de citron et mélange amer, ce qui ne signifie rien sur ce qu’on pense de Trump », se reprend Kaniel rapidement, « mais seulement qu’il aime les boissons amères. Le jus de grenade lui donne sa signature, avec la couleur rouge. Le ‘Donald’ est garni d’une orange, pour la peau d’orange, et peut-être, en clin d’œil à la Bataille de Floride.

Le ‘Hillary’ offre une garniture citronnée pour ses cheveux blonds. Cette boisson est faite à base de vodka Smirnoff, de Curacao, d’ananas pour le goût et de triple sec ».

“Nous avons vendu presque autant de ‘Donald’ et d’”Hillary”, et nous ne révélerons pas le nombre exact avant une heure tardive de la nuit”, dit Kaniel. « Mais la différence est de moins de 4 %”.

Un commentaire sur le cocktail ‘Donald’ ? “J’espère que Donald sera aussi bon qu’il l’est au goût », dit Marc Zell, le directeur de Republicans Abroad Overseas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...