Brésil : Une shiva en ligne reçoit des menaces
Rechercher

Brésil : Une shiva en ligne reçoit des menaces

La cérémonie de deuil d'une ancienne directrice d'école juive chérie à Rio de Janeiro a été perturbée par des scènes d'Adolf Hitler, de la pornographie et de la musique forte

Une vue de la synagogue Associacao Religiosa Israelita à Rio de Janeiro. (Crédit : avec l'aimable autorisation de l'Associacao Religiosa Israelita, Association Religieuse Israelite)
Une vue de la synagogue Associacao Religiosa Israelita à Rio de Janeiro. (Crédit : avec l'aimable autorisation de l'Associacao Religiosa Israelita, Association Religieuse Israelite)

RIO DE JANEIRO, Brésil (JTA) – Des pirates informatiques ont posté des menaces de mort, notamment « Je vais entrer dans les synagogues et tuer tout le monde », et se sont introduits dans la cérémonie de deuil en ligne d’une ancienne directrice d’école juive à Rio de Janeiro.

Des déclarations telles que « Mort aux Juifs », « Je vais exploser », « Sieg Heil » et « sales Juifs » ont également été proférées lors de la séance de shiva (période de deuil) organisée dimanche sur Google Meet en l’honneur de Dora Fraifeld, une figure bien-aimée de l’école pluraliste Eliezer Max pendant près de 40 ans. Fraifeld est décédée la semaine dernière.

Les pirates ont également utilisé des scènes incluant Adolf Hitler, des symboles et des slogans nazis, ainsi que de la pornographie et de la musique forte, pour menacer les membres et les institutions de la communauté juive.

La session, qui comptait quelque 50 participants, a été interrompue et poursuivie sur un autre lien.

Les autorités brésiliennes ont ouvert une enquête.

Le président d’Eliezer Max, Daniel Orlean, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency (JTA) que l’école utilise souvent Google Meet.

« Comme l’intention était d’atteindre un public plus large, le lien a été divulgué sur nos réseaux sociaux et cela a permis aux envahisseurs d’accéder facilement à l’événement », a écrit l’école dans un courriel aux étudiants et à leurs familles et dans des groupes WhatsApp.

La députée de l’État de Rio, Atila Nunes, qui milite depuis longtemps contre l’intolérance religieuse, a déposé une plainte officielle à l’Assemblée de l’État de Rio afin de lancer une enquête sur l’attaque antisémite.

« Les autorités des milieux fédéraux, étatiques et municipaux doivent prendre position contre l’antisémitisme et la persécution des minorités », a écrit Alberto Klein, président de la fédération juive de Rio, sur les réseaux sociaux.

La cérémonie a été organisée en partenariat avec l’Associacao Religiosa Israelita, la plus grande synagogue de Rio, qui compte quelque 1 000 familles. Connu sous l’acronyme ARI, le temple est affilié au mouvement réformé.

« Le plus choquant est que cela a eu lieu au milieu d’un service religieux, un rituel de deuil, en l’honneur d’une éducatrice qui a consacré sa vie à préparer des générations à devenir des adultes créatifs, ancrés dans l’ancienne tradition juive et insérés dans la société », a déclaré à la JTA Diane Kuperman, militante des droits de l’homme et ancienne vice-présidente de la fédération juive.

L’épisode a suscité une importante couverture médiatique.

« Notre préoccupation est qu’à l’approche du nouvel an juif, les cérémonies en face à face et virtuelles vont s’intensifier et, avec cela, le risque de nouvelles attaques », a déclaré Klein au journal O Globo. « Ce sont des actions terroristes, car elles génèrent de la panique, de la peur et de la terreur ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...