Cabel et Mozes interrogés dans les enquêtes de corruption de Netanyahu
Rechercher

Cabel et Mozes interrogés dans les enquêtes de corruption de Netanyahu

Le propriétaire du Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes a été interrogé aux côtés d'Eitan Cabel qui avait proposé une législation entravant Israel Hayom

Le député Eitan Cabel (Union Sioniste) à la Knesset, juin 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)
Le député Eitan Cabel (Union Sioniste) à la Knesset, juin 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)

Le député de l’opposition Eitan Cabel (Union sioniste) a été interrogé jeudi après lecture de ses droits aux côtés du propriétaire de Yedioth Ahronoth Arnon Mozes aux bureaux de l’unité de police anti-corruption Lahav 433 à Lod, dans le cadre d’une enquête impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Cabel et Mozes se sont fait face durant l’interrogatoire, a fait savoir la Dixième chaîne.

L’Affaire 2000 implique un accord de compromis présumé passé entre Netanyahu et le directeur de la publication du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, qui aurait vu le Premier ministre affaiblir par le biais d’une législation un quotidien rival, Israel Hayom, propriété de Sheldon Adelson, en échange d’une couverture médiatique de ses actions plus favorable.

Le député Cabel avait proposé ce qu’on a appelé « le projet de loi Israel Hayom » qui aurait rendue illégale la distribution gratuite d’un journal d’envergure – une proposition à laquelle le Premier ministre était tellement opposé, selon certaines informations, qu’il avait réclamé de nouvelles élections en 2015.

Cabel a été interrogé dans le dossier au mois de janvier 2017. Mozes l’a également été à plusieurs occasions dans l’affaire.

Netanyahu est également soupçonné dans l’Affaire 1000, dans laquelle lui et son épouse Sara sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, notamment des cigares et du champagne pour un montant de plusieurs centaines de milliers de shekels de la part du producteur de Hollywood né en Israël, Arnon Milchan.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le rédacteur en chef du Yedioth Ahronoth, Arnon Moses. (Crédit image composée : Flash90)

Netanyahu a nié toute malversation dans les deux cas. Il a subi sept interrogatoires en lien avec ces dossiers.

Le procureur de l’Etat Shai Nitzan a déclaré la semaine dernière qu’il espérait que la police soumette dans les semaines à venir ses recommandations dans ces enquêtes de corruption, réfutant les suggestions que ces dernières impliquant le Premier ministre aient été retardées pour des raisons extérieures.

La chaîne Hadashot a rapporté pour sa part que la police a revu sa prévision de soumettre ses recommandations au cours des premières semaines de l’année, dans la mesure où l’enquête devrait se poursuivre pendant encore plusieurs mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...