Cannes : prix de la mise en scène au Polonais Pawel Pawlikowski
Rechercher

Cannes : prix de la mise en scène au Polonais Pawel Pawlikowski

Pawel Pawlikowski, 60 ans, avait reçu un Oscar en 2015 pour son précédent film "Ida"

Le réalisateur polonais Pawel Pawlikowski pose avec son prix après avoir reçu le prix du meilleur réalisateur pour le film  'Cold War' à la 71ème édition du festival de Cannes, le 19 mai 2018 (Crédit :  AFP PHOTO / Loic VENANCE
Le réalisateur polonais Pawel Pawlikowski pose avec son prix après avoir reçu le prix du meilleur réalisateur pour le film 'Cold War' à la 71ème édition du festival de Cannes, le 19 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Loic VENANCE

Le réalisateur polonais Pawel Pawlikowski a reçu samedi le prix de la mise en scène au Festival de Cannes pour « Cold War », l’histoire d’un amour tourmenté en pleine Guerre froide, tournée dans un superbe noir et blanc.

« C’est la première fois depuis longtemps qu’un film polonais est ainsi primé ici à Cannes, donc c’est une bonne nouvelle pour notre vieux pays. Et les bonnes nouvelles sont rares », a lancé le réalisateur en recevant son prix, décerné par le jury présidé par l’actrice australienne Cate Blanchett.

Pawel Pawlikowski, 60 ans, avait reçu un Oscar en 2015 pour son précédent film « Ida ».

Dans « Cold War », il raconte l’histoire de Zula (Joanna Kulig) et Wiktor (Tomasz Kot), qui se rencontrent dans la Pologne d’après-guerre.

Zula, issue d’une famille modeste, entre dans un ensemble folklorique de musique et de danse dirigé par Wiktor, musicien de l’intelligentsia citadine, obligé de se reconvertir dans l’art populaire pendant l’époque communiste. Ils tombent amoureux, mais très vite Wiktor va vouloir fuir à l’Ouest pour devenir musicien de jazz.

Entre la Pologne et Paris, ils vont tour à tour s’aimer et se déchirer, dans une romance rendue difficile par la situation politique de leur pays et leurs différences d’origines, de caractères ou d’idées.

L’histoire de ce film a été inspirée au réalisateur par celle de ses parents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...