Ce qu’a dit Macron à l’inauguration du Centre européen du judaïsme
Rechercher

Ce qu’a dit Macron à l’inauguration du Centre européen du judaïsme

"Résister à l'antisémitisme, ça n'est pas uniquement protéger ou répondre, mais c'est surtout convertir les cœurs et les esprits, c'est ce qui se fait ici", a affirmé le président

  • Le président français Emmanuel Macron et le président du Consistoire central Joel Mergui visitent le Centre européen du judaïsme lors de son inauguration officielle à Paris, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
    Le président français Emmanuel Macron et le président du Consistoire central Joel Mergui visitent le Centre européen du judaïsme lors de son inauguration officielle à Paris, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
  • Le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
    Le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
  • L’étoile de David qui orne le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
    L’étoile de David qui orne le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
  • Des policiers devant le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)
    Des policiers devant le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)

Ce mardi soir, après quatre ans de travaux, le président français Emmanuel Macron a inauguré le Centre européen du judaïsme (CEJ), grand complexe à la fois culturel et religieux, qui se veut un « lieu d’échanges » pour « toutes les sensibilités juives ».

« Au moment où l’antisémitisme resurgit, résister ça n’est pas uniquement protéger ou répondre, mais c’est surtout convertir les cœurs et les esprits, c’est ce qui se fait ici, dans ce centre », a affirmé le président durant son discours.

« Le judaïsme a joué un rôle primordial dans l’unité du continent pour bâtir ce qu’est la pensée, la civilisation européenne, pour forger au fond ce que nous sommes. Il est une part juive de l’âme européenne, façonnée dans les temps sombres autant que dans les jours heureux, » a-t-il ajouté.

À la question posée par la chaine i24 : « Est-ce que ce soir vous dites aux Juifs français de ne pas faire leur alyah et de rester en France ? », Emmanuel Macron a répondu : « Non, je respecte chacun. Je dis aux Juifs de France qu’ils ont leur place en France, qu’ils y sont aimés et qu’ils ont une histoire ancrée dans la République. Leur départ est une amputation de ce qu’est la République, dans son histoire, dans ses valeurs. »

De nombreuses autres personnalités politiques, religieuses et communautaires étaient présentes à l’inauguration du centre, et notamment Valérie Pécresse, présidente de région, Anne Hidalgo, maire de Paris, Isabelle Balkany, maire de la commune voisine de Levallois-Perret, Bernard Cazeneuve et Manuel Valls, anciens Premiers ministres, Cédric Villani et Benjamin Griveaux, futurs candidats aux municipales de Paris en 2020, ou encore Patrick Drahi, PDG du groupe Altice

Situé dans le XVIIe arrondissement de la capitale, aux abords de la toute nouvelle Place de Jérusalem proche du périphérique et de la porte de Courcelles, l’édifice du CEJ est découpé en trois volumes à l’architecture distincte.

L’espace, de 5 000 m2, comprend une synagogue de 600 places, des salles de spectacle et d’exposition, des espaces d’études et de conférences, une médiathèque, etc, dont l’aménagement est en cours et va se poursuivre dans les prochaines semaines.

Le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)

« Ce sera d’abord un lieu d’ouverture et d’échanges, qui permettra, au-delà de l’aspect religieux, de mieux connaître l’histoire, les fêtes, la culture, et toutes les nuances et sensibilités qui font les richesses de la communauté juive française », a affirmé à l’AFP Joël Mergui, président du Consistoire, l’instance représentative du judaïsme.

« Le CEJ offre de vastes espaces modulables pour satisfaire une demande d’équipements adaptés à tous les besoins, est-il détaillé sur le site du Consistoire. Le socle comprend un vaste hall d’accueil et d’exposition ainsi qu’un café et restaurant ouverts aux visiteurs. Non loin du mikvé, un jardin et des terrasses plantées sur toiture sont à la disposition du public, comme espaces de détente ou d’activités culturelles ou cultuelles. »

« S’y côtoieront à la fois des pratiquants très orthodoxes et des Juifs non pratiquants souhaitant venir ici par curiosité ou volonté de revenir aux sources », selon Mergui.

Le responsable communautaire, qui porte ce projet depuis plus de dix ans, se réjouit de l’avoir mené jusqu’au bout, malgré « les années troubles de 2012 et 2015 » – le traumatisme créé par l’attentat perpétré par Mohamed Merah dans une école juive à Toulouse en 2012 et la prise d’otages de l’Hyper Cacher dans l’Est parisien en 2015.

Joël Mergui, président du consistoire central, l’instance représentative du judaïsme en France, devant le nouveau Centre européen du judaïsme, situé place de Jérusalem, à proximité de la porte de Courcelles, dans le 17e arrondissement de Paris. (Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP)

« Il y avait ceux qui voulaient faire leur alyah (le « retour » en Israël, qui a concerné 30 000 Juifs en France pendant la dernière décennie, ndlr). Moi je voulais montrer que la communauté croyait en son avenir », a-t-il souligné. « Contrairement à beaucoup de synagogues cachées dans des petites rues – celles de la Victoire, de Nazareth ou de la rue Buffault à Paris – ce lieu est ouvert sur une place. C’est symbolique mais important », a-t-il ajouté.

« Dans ces temps douloureux du terrorisme et de l’antisémitisme, ce tout nouveau Centre européen du judaïsme, est une forme de résistance, une volonté de faire vivre notre communauté, de la faire rayonner et de l’ouvrir sur le quartier, sur Paris et sur l’Europe », a-t-il expliqué.

Il espère par ailleurs faire de ce lieu une « vitrine du judaïsme européen » – des échanges entre communautés juives de différents pays d’Europe sont prévus -, ce qui sera un atout dans la « lutte contre l’antisémitisme ».

Sur son site, le Consistoire explique que l’endroit aura pour mission de répondre à « trois enjeux majeurs aux niveaux local, national et européen : défendre l’avenir du judaïsme ; en transmettre l’héritage spirituel ; contribuer au ‘vivre ensemble’ ».

Evaluée à un peu moins de 500 000 personnes, la communauté juive française est la première d’Europe.

L’étoile de David qui orne le Centre européen du judaïsme, à Paris, avant son inauguration officielle, le 29 octobre 2019. (Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP)

Le bâtiment, qui accueillera aussi une partie des bureaux du Consistoire, a coûté « 15 millions d’euros hors taxes », a indiqué M. Mergui. « Trois millions proviennent des pouvoirs publics (2 millions octroyés par l’Etat sous le quinquennat Sarkozy, 1 million de la région). Cinq millions sont issus de fondations (Edmont J.Safra, Rothschild, Patrick et Lina Drahi, Mémoire de la Shoah), trois millions de mécènes et donateurs privés, le reste est financé par des emprunts. Des bulletins de souscription sont toujours disponibles, permettant à ceux qui le souhaitent d’apporter leur soutien. Les donateurs qui apportent plus de 10 000 euros bénéficieront d’une pierre gravée à leur nom dans le hall d’accueil.

Le terrain de 1 650 mètres carrés sur lequel a été construit le centre a été mis à disposition du Consistoire par la ville de Paris il y a plusieurs années.

Emmanuel Macron et Haim Korsia à la Grande Synagogue de Paris, à l’occasion d’une cérémonie pour Rosh HaShana, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP / POOL / YOAN VALAT)

Le centre est situé dans un quartier « où on se sent bien » et « qui garantit un exercice serein de notre foi », a affirmé le grand rabbin Haïm Korsia, qui y vit et constate un « dynamisme des communautés ».

Depuis plusieurs années déjà, le XVIIe arrondissement, plutôt cossu, et sa proche banlieue (Levallois) attirent une communauté juive diverse – ashkénaze, séfarade – qui trouve écoles, commerces et restaurants casher. Son maire (LR), Geoffroy Boulard évalue cette population à « environ 40 000 à 42 000, sur les 173 000 habitants » dans son arrondissement. Une donnée toutefois non confirmée par le Consistoire.

Non loin de là, à Courbevoie, une synagogue de 200 personnes a été inaugurée au début de l’été. Une nouvelle doit ouvrir prochainement dans le 18e arrondissement de Paris. À Boulogne-Billancourt, un Centre culturel juif est en construction.

Il reste « un défi, maintenant », remarque Joël Mergui : « faire vivre le CEJ » sur la durée.

Sera-t-il ouvert à d’autres courants tel que le mouvement libéral, minoritaire en France, mais dominant dans le monde anglo-saxon ? « Tout le monde est bienvenu », assure M. Mergui. Les rabbins de la synagogue du CEJ seront toutefois « de tradition consistoriale », donc orthodoxes.

Gad Weil, co-président de « Judaïsme en mouvement » (libéral) espère en tout cas qu’il « deviendra ce lieu du dialogue entre toutes les branches du judaïsme ».

Dans une interview réalisée dans le cadre de l’inauguration pour Le Figaro, Joël Mergui a ajouté que « les Juifs sont une sorte de baromètre de la
liberté : là où nous pouvons vivre pleinement notre identité juive, tout le monde le peut aussi. »

Il a jugé que la présence du président à l’inauguration était un « signal
fort » : « Sa visite n’intervient pas dans le cadre d’un événement dramatique mais pour célébrer un moment de vie juive. J’espère même que ce sera un tournant. »

« Sa venue peut contribuer à mieux faire reconnaître les cultures juives, tout ce que les Juifs n’ont cessé d’apporter à nos sociétés tout au long des siècles. À toutes les époques, être Juif a toujours rimé avec modernité voire avant-garde. Notre espérance nous permet d’avoir foi en l’avenir et de bâtir. Nous attendons donc simplement que l’État continue de garantir notre sécurité comme notre liberté religieuse et nous aide à lutter contre l’antisémitisme avec des moyens tels que le soutien au CEJ. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...