Chezy Levy déplore les querelles politiques qui nuisent aux efforts sanitaires
Rechercher

Chezy Levy déplore les querelles politiques qui nuisent aux efforts sanitaires

Le ministre des Finances Israel Katz insiste de son côté sur la nécessité d'un budget clairement défini pour les rappels et l'inoculation potentielle des enfants

Chezy Levy, directeur général du ministère de la Santé, lors d'une conférence de presse sur le coronavirus le 17 septembre 2020. (Flash90)
Chezy Levy, directeur général du ministère de la Santé, lors d'une conférence de presse sur le coronavirus le 17 septembre 2020. (Flash90)

Le directeur-général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a averti lundi que l’annulation de la réunion du cabinet, censée approuver le budget pour acquérir de nouveaux vaccins contre le coronavirus, pourrait compromettre la capacité du pays à se préparer correctement contre de nouvelles infections.

La rencontre a été annulée en raison de nouvelles querelles entre le Likud et Kakhol lavan portant sur la nomination d’un ministre de la Justice permanent. Cet énième désaccord entre les deux partis du gouvernement d’unité a retardé l’approbation d’un budget de 7 milliards de shekels destiné à l’achat de vaccins contre le coronavirus.

M. Levy a déclaré que le budget est nécessaire pour donner suite aux négociations menées avec les entreprises. Le but essentiel de ces négociations étant de garantir l’approvisionnement en vaccins jusqu’en 2022 en raison de l’incertitude quant à la durée de l’efficacité de l’inoculation. L’objectif stratégique étant aussi de garantir qu’Israël reçoive à l’avenir tout nouveau rappel de vaccin contre les mutations du virus.

« Le fait que la réunion ait été annulée entraîne de l’hésitation et de l’incertitude. Le budget doit être approuvé car il est nécessaire pour poursuivre la lutte contre le coronavirus, » a déclaré Levy à la radio de l’armée israélienne.

Levy a donc invité les ministres à se réunir pour approuver le budget ou tout au moins le discuter, « afin que nous puissions continuer à nous occuper du bien-être des Israéliens. »

La réunion du cabinet aurait dû être la première depuis les élections du 23 mars (les quatrièmes en moins de deux ans) qui furent convoquées à la suite de l’effondrement du gouvernement d’unité en décembre 2020, faute de budget.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, dirigeant du parti Kakhol lavan, assure l’intérim du ministère de la Justice depuis qu’Avi Nissenkorn a démissionné de ce poste au début de l’année. Son mandat doit expirer début avril. Gantz exige une nomination permanente. Face au refus du Likud, Kakhol lavan a annulé la réunion.

Le ministre des Finances Israel Katz lors d’une conférence de presse au sein de son ministère, à Jérusalem, le 1er juillet 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre des Finances Israel Katz, du Likud, a aussi exhorté Gantz à permettre la tenue de la réunion pour approuver le budget.

« S’il n’est pas approuvé, il est à craindre qu’Israël perde sa capacité à acheter des vaccins pour le reste de l’année et pour l’année prochaine y compris la capacité à vacciner les enfants après la fin des essais et l’approbation par les autorités compétentes », a déclaré Katz lundi.

M. Katz a insisté pour que l’on distingue la politique de la nécessité d’aborder les questions de santé et d’économie pendant la période de transition jusqu’à la formation du prochain gouvernement.

Le responsable israélien de la lutte contre le coronavirus, le professeur Nachman Ash, dans un centre de vaccination à Herzliya, le 20 décembre 2020. (Flash90)

Nachman Ash, chargé de la lutte contre le coronavirus, a également fait part de ses préoccupations concernant le retard d’approbation du budget. Il a déclaré au radiodiffuseur public Kan que le marché des vaccins était « un marché compliqué ».

« Le monde entier court après les vaccins. Or, il y a une pénurie mondiale. Il est donc important de mettre la main dessus le plus rapidement possible », a-t-il déclaré.

M. Ash a également indiqué qu’une discussion sur la fin du port du masque devait avoir lieu après Pessah, qui se termine samedi soir.

Les masques « sont aujourd’hui beaucoup moins nécessaires dans les espaces ouverts. Cependant notre souhait est que le port du masque demeure toujours obligatoire dans les espaces clos, » a affirmé Ash.

Chezy Levy n’est pas d’accord.

« Je ne pense pas que cela soit une bonne idée », a-t-il déclaré lors de son interview sur les ondes de la radio militaire. Il a également tenu à rappeler qu’à ce jour, il reste 2,5 millions d’enfants israéliens et un million d’Israéliens, âgés de 16 ans et plus, qui ne sont toujours pas vaccinés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...