La réunion du cabinet annulée suite aux tensions entre le Likud et Kakhol lavan
Rechercher

La réunion du cabinet annulée suite aux tensions entre le Likud et Kakhol lavan

Gantz a annulé la rencontre consacrée aux futurs contrats sur les vaccins anti-COVID, citant le refus opposé par Netanyahu de nommer un ministre permanent de la Justice

Des ouvriers accrochent une affiche électorale pour le parti Kakhol lavan de Benny Gantz, montrant Gantz et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 11 mars 2012. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Des ouvriers accrochent une affiche électorale pour le parti Kakhol lavan de Benny Gantz, montrant Gantz et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 11 mars 2012. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La première réunion du cabinet programmée au lendemain des élections générales de la semaine dernière – dont les résultats ont été non-concluants – a été annulée dans la journée de dimanche dans le cadre d’une énième querelle entre le Likud et Kakhol lavan concernant cette fois la nomination d’un ministre de la Justice permanent.

Les élections du 23 mars – c’est le quatrième vote en l’espace de deux ans – avaient été organisées après l’effondrement du gouvernement d’unité formé par le Likud et Kakhol lavan, au mois de décembre dernier, un effondrement entraîné par l’échec à approuver un budget de l’État.

Avant la réunion hebdomadaire de cabinet prévue lundi, le ministre des Finances Israel Katz, issu du Likud, avait indiqué qu’il demanderait l’approbation d’une enveloppe de dépenses consacrée aux vaccins contre le coronavirus pour l’année prochaine et qu’il évoquerait d’autres besoins sanitaires « urgents ».

« Les investissements dans les vaccins sauvent des vies et permettent de remettre l’économie en marche », a-t-il écrit sur Facebook. « Israël doit continuer à être le premier pays au classement mondial s’agissant de la vaccination et les désaccords politiques ne doivent pas nous empêcher de prendre en charge les problèmes sanitaires et économiques urgents ».

Kakhol lavan a ultérieurement émis un communiqué disant que la réunion n’aurait pas lieu, citant le refus opposé par Netanyahu et par son bloc d’approuver la nomination d’un ministre de la Justice permanent, « ce qui va nuire à l’État de droit et à la démocratie ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz, qui dirige Kakhol lavan, est au poste de ministre de la Justice par intérim depuis qu’Avi Nissenkorn a rendu son portefeuille, au début de l’année. Alors que son mandat va expirer au mois d’avril, Gantz réclame une nomination permanente.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Santé Yuli Edelstein (à gauche) assistent à une cérémonie pour l’arrivée d’un avion transportant une cargaison de vaccins anti-coronavirus Pfizer-BioNTech, à l’aéroport Ben Gurion près de la ville israélienne de Tel Aviv, le 10 janvier 2021. (Motti MILLROD / POOL / AFP)

« Pour des nominations et des postes, Gantz empêche la signature de contrats pour des millions de vaccins qui sont nécessaires », a affirmé le Likud dans un communiqué, estimant que les fabricants pourraient écarter les contrats s’ils n’étaient pas immédiatement signés.

Le parti de Netanyahu a accusé Gantz « d’agir de manière irresponsable et de mettre en danger le bien-être et la santé de tous les citoyens israéliens ».

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, s’en est aussi pris à Gantz, estimant que ne pas approuver l’enveloppe de dépenses entraînerait « des dégâts énormes ».

« Gantz nous retardera de plusieurs mois. La raison justifiant une telle démarche n’est même pas importante. La santé de chacun d’entre nous n’est pas un simple enjeu parmi les autres dans le combat politique », a écrit Edelstein sur Facebook.

Le directeur-général du ministère de la Santé a averti qu’une moindre capacité de l’État juif à acquérir des vaccins, entraînée par l’annulation de la rencontre, pourrait être entravée pendant des années.

« Je n’entre pas dans les affaires purement politiques mais d’un point de vue médical-professionnel, en tant que directeur-général de la Santé, ce retard va être très dommageable pour nous », a commenté Chezy Levy devant les caméras de la Douzième chaîne.

C’est la moitié de la population qui a été immunisée dans le cadre de la campagne de vaccination israélienne, unique au monde par son ampleur. Toutefois, la durée de l’efficacité du vaccin reste encore indéterminée et les responsables de la Santé veulent anticiper le moment où une deuxième campagne pourrait s’avérer nécessaire.

La dispute survenue entre le Likud et Kakhol lavan survient quelques jours après l’envoi d’un courrier rédigé par le procureur-général Avichai Mandelblit à Netanyahu, une lettre dans laquelle il a vivement recommandé au Premier ministre de nommer un ministre permanent de la Justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...