Commandant d’Azaria : s’il se sentait en danger, tirer était légitime
Rechercher

Commandant d’Azaria : s’il se sentait en danger, tirer était légitime

Cependant, en cas de danger, le soldat aurait dû prévenir ses camarades et informer son commandant de son intention

Le lieutenant colonel David Shapira, commandant du bataillon Shimshon, arrive à la Cour militaire de Jaffa pour témoigner dans l'affaire Azaria, le 12 juillet 2016. (Crédit : Flash90)
Le lieutenant colonel David Shapira, commandant du bataillon Shimshon, arrive à la Cour militaire de Jaffa pour témoigner dans l'affaire Azaria, le 12 juillet 2016. (Crédit : Flash90)

Le commandant du bataillon du sergent de l’armée jugé pour avoir tiré et tué un terroriste palestinien blessé et désarmé à Hébron en mars a affirmé qu’ouvrir le feu d’une telle manière est légitime, si le soldat ressent un danger.

Le lieutenant colonel David Shapira a déclaré à la Cour militaire de Jaffa, où Elor Azaria est jugé pour homicide, que si c’était le cas, le sergent aurait dû avertir ses compagnons d’arme du danger et informer son commandant de son intention, avant de tirer.

Azaria n’a accompli aucune de ces deux actions, a déclaré Shapiro.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...