Comment Israël est devenu l’endroit pour la cyber-sécurité
Rechercher

Comment Israël est devenu l’endroit pour la cyber-sécurité

Le bureau de l'expert scientifique en chef du ministère de l'Economie a été un partenaire clé pour amener ce secteur à la deuxième place

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Photo illustrative de cyber-attaques (Crédit : Image de la cyber-sécurité via Shutterstock)
Photo illustrative de cyber-attaques (Crédit : Image de la cyber-sécurité via Shutterstock)

La plupart des gens se plaignent de la façon dont le gouvernement dépense leur argent, mais un nouveau rapport sur l’industrie de la cybersécurité israélienne montre que l’argent dépensé par le bureau de l’expert scientifique en chef du ministère de l’Economie a en effet été bien dépensé.

Publié par le Centre de recherche IVC, le rapport met en lumière l’interaction étroite entre l’industrie, les investisseurs, et le gouvernement pour transformer Israël en un centre de technologie en cyber-sécurité.

En effet, Israël est devenu le deuxième dans le domaine seulement derrière les Etats-Unis, selon Gadi Tirosh, un associé directeur chez Jerusalem Venture Partners (JVP), qui a été l’un des investisseurs les plus actifs du pays dans le secteur de la cyber-sécurité.

« Nous avons un partenariat très unique ici qui a fait d’Israël clairement le numéro deux dans la cyber-sécurité », a déclaré Tirosh lors d’une conférence de presse pour présenter le rapport.

« Nous avons des pôles de compétences dans lequel les experts en cyber-sécurité développent de nouvelles idées dans les entreprises, soutenues par le bureau de l’expert scientifique en chef, et tandis que ces entreprises se développent, les investisseurs de capital-risque y participent. Le talent ici est de classe mondiale et la cyber-sécurité israélienne continuera à être une grande partie de la solution à nos défis mondiaux en cyber-sécurité ».

Une carte montre exactement à quel point l’industrie cyber israélienne a eu un impact sur le monde – dans la mesure où Israël au cours des deux dernières années a été responsable d’environ 10 % des ventes mondiales des solutions en cyber-sécurité.

La carte a été produite par la start-up israélienne Weave, qui, selon le PDG de la société Or Riegler, montre clairement « l’importance de l’expert scientifique en chef, ainsi que les positions des autres acteurs de l’industrie ».

Gadi Tirosh de Jérusalem Venture Partners (Crédit : Autorisation)
Gadi Tirosh de Jérusalem Venture Partners (Crédit : Autorisation)

Le rapport lui-même, a été publié avant la Cybertech 2016, un événement annuel qui a lieu mardi à Tel-Aviv, est plein à craquer de données sur le secteur, et comment il s’est étendu. Il y a actuellement 173 entreprises en Israël assez importantes pour être soutenues par des VCs et d’autres grands investisseurs.

Cela ne comprend pas les centaines d’autres qui démarrent ou qui comptent sur d’autres sources de financement. Au total, il y a 430 entreprises dans le domaine de la cyber-sécurité opérant actuellement en Israël, a indiqué le rapport, avec une moyenne de 52 nouvelles start-up en cyber-sécurité établies chaque année depuis l’an 2000.

Selon le rapport, 78 entreprises de cyber-sécurité israéliennes ont réuni 540 millions de dollars dans de capital l’année dernière, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2014.

En 2015, les débouchés des entreprises de cyber-sécurité israéliennes ont atteint 1,2 milliard de dollars, soit une augmentation de 40 % par rapport à 2014. Depuis 2011, plus de 230 investisseurs locaux et étrangers ont investi dans plus de 165 start-ups en cyber technologie israéliennes.

Le rapport présente également des données intéressantes relatives à la présence de multinationales en Israël.

Aujourd’hui, il y a près de 40 centres de recherche & développement étrangers ici ; au milieu des années 90, il n’y avait que 13 de ces sociétés.

Le scientifique en chef du ministère de l'Economie  Avi Hasson (Crédit : Autorisation)
Le scientifique en chef du ministère de l’Economie Avi Hasson (Crédit : Autorisation)

« La Cyber-sécurité, ce n’est pas du pipeau », a déclaré Avi Hasson, le scientifique en chef du ministère de l’Economie à l’événement.

« Nous voyons encore et encore à quel point les questions sont graves. Au cours des dernières années, l’industrie de la cyber-sécurité israélienne a gagné de l’importance en tant que pilier central pour le développement de l’industrie de la haute-technologie dans son ensemble. Afin de renforcer l’avantage concurrentiel de l’industrie israélienne sur le marché mondial, nous mettons l’accent sur un certain nombre de domaines : le soutien des solutions de rupture pour influencer de manière significative le marché mondial en cybersécurité, le soutien à la création de technologies de pointe sur laquelle les grandes entreprises israéliennes peuvent être bâties, l’aide financière pour les entreprises pour combler l’écart dans le processus de recherche & développement, et créer des mécanismes de soutien d’intégration pour la coopération industrielle entre les entreprises, dirigés par des entreprises expérimentées dans le domaine, pour créer une grande solution à grande échelle en cyber-technologie ».

Cela se traduit par des subventions – de l’argent fourni par le Bureau de l’expert scientifique en chef à des start-up pour la recherche prometteuse – ainsi que par du mentorat, la tenue de marché (en organisant des événements et des programmes à l’étranger pour obtenir l’attention des investisseurs et des clients), et par une aide générale.

Le PDG de ThetaRay Mark Gazit (Crédit : Autorisation)
Le PDG de ThetaRay Mark Gazit (Crédit : Autorisation)

Et le système fonctionne, et pas seulement sur le papier, mais dans la vraie vie, a déclaré Mark Gazit, le PDG de ThetaRay, qui utilise des données afin de découvrir automatiquement les menaces en cyber technologie inconnues et opérationnelles. « Nos vérifications du système cherchent les anomalies à l’intérieur et à l’extérieur d’un réseau et nous évaluons ce qui serait considéré ‘normal’ dans une organisation et ce qui serait anormal ».

Les anomalies pourraient prendre la forme d’activités non seulement au sein d’un réseau mais sur des activités gérées par le réseau – ce qui est exactement ce qui est arrivé dans l’attaque de Stuxnet, qui a fait des ravages dans des centrifugeuses iraniennes, même si les moniteurs indiquaient que tout était normal. Grâce à ses analyses, a déclaré Gazit, ThetaRay pourrait découvrir les attaques comme ça en temps réel.

Vendre l’idée au monde de l’entreprise que la recherche d’anomalies était le moyen le plus efficace de lutter contre les pirates informatiques n’était pas nécessairement facile, mais c’est ici que le système à trois volets mis en évidence dans le rapport a montré son efficacité, a déclaré Gazit.

« Nous sommes sur le secteur depuis deux ans et demi, et maintenant, nous comptons parmi nos clients des multinationales comme GE, et de nombreuses grandes institutions financières à l’étranger. Quand j’ai rencontré les PDG de ces entreprises, je me sentais fort et plus confiant en raison de l’appui que j’avais à la fois du JVP et du Bureau du scientifique en chef ».

Les activités de ses partenaires, ainsi que la connaissance approfondie recueillie par les entreprises de cyber technologiques israéliennes, a donné au monde un enseignement plus que nécessaire sur la façon de lutter contre les cyber-menaces, a ajouté Gazit.

« Le marché est beaucoup plus mature aujourd’hui, et je crois que cette approche à plusieurs volets que nous avons développée en Israël a eu beaucoup à voir avec cela. Nous avons beaucoup d’expertise que beaucoup dans le monde entier n’ont pas, et les start-ups en Israël regardent la réussite des entreprises comme les autres et espèrent les imiter. Les outils pour qu’ils réussissent, comme nous, sont bel et bien là ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...