Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Comment une « fille d’horloger » a caché des centaines de Juifs sous le nez des nazis

Un nouveau livre explique comment, en les dissimulant derrière un faux mur, Corrie Ten Boom a contribué à sauver des centaines de Juifs et de résistants néerlandais

  • Corrie ten Boom montrant la cachette dans sa maison à Haarlem, aux Pays-Bas. (Crédit : Corrie ten Boom)
    Corrie ten Boom montrant la cachette dans sa maison à Haarlem, aux Pays-Bas. (Crédit : Corrie ten Boom)
  • 
Corrie Ten Boom. (Crédit : Domaine public)
    
Corrie Ten Boom. (Crédit : Domaine public)
  • La maison de Corrie ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
    La maison de Corrie ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
  • 
La maison de Corrie ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022 (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
    
La maison de Corrie ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022 (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

HAARLEM, Pays-Bas – Un siècle avant que Corrie Ten Boom ne cache des Juifs derrière un faux mur dans sa chambre, le grand-père calviniste de cette femme néerlandaise invitait chaque semaine ses voisins dans le même bâtiment pour prier pour le peuple d’Israël.

Dans The Watchmaker’s Daughter, l’auteur Larry Loftis propose la première biographie complète en anglais de Corrie Ten Boom, qui a utilisé la maison de sa famille – et l’atelier d’horlogerie situé en dessous – pour cacher des centaines de Juifs et de résistants néerlandais aux nazis. Le livre sortira le 7 mars.

« Dans les milieux chrétiens, son nom est très connu », a déclaré Loftis, auteur de plusieurs livres sur les intrigues de guerre.

« Dans les milieux juifs, c’est un mystère que le nom de Corrie [ne soit pas plus connu], car elle et son père (Casper Ten Boom) ont été intronisés à Yad Vashem en tant que Justes parmi les Nations », a déclaré Loftis au Times of Israel.

Aux États-Unis, Ten Boom est surtout connue grâce à « The Hiding Place », un film de 1975 basé sur ses écrits. Pour approfondir ce récit, Loftis a retrouvé et lu les écrits originaux de Ten Boom, qui sont conservés dans l’Illinois aux archives du Billy Graham Center du Wheaton College.

Plusieurs centaines de Juifs et de résistants néerlandais ont été cachés au sommet du magasin Ten Boom. La plupart des réfugiés ne restaient que quelques jours – ou quelques heures – mais plusieurs personnes ont vécu dans la maison pendant des mois aux côtés de la famille.

La maison de Corrie Ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

En février 1944, un Néerlandais a trahi la famille Ten Boom, dénonçant la cachette, et les Allemands ont arrêté toute la famille. Plus de 30 personnes ont été emmenées par la Gestapo, après quoi Corrie et d’autres membres de la famille – dont son père – ont été emprisonnés à Schéveningue.

« La prunelle de l’œil de Dieu »

À 15 minutes en train d’Amsterdam, dans la ville beaucoup plus calme de Haarlem, la maison des Ten Boom a été transformée en musée en 1988, cinq ans après la mort de Corrie – à l’âge de 91 ans.

Avant la pandémie, la maison de Corrie Ten Boom recevait environ 30 000 visiteurs par an, selon les responsables du musée. (À titre de comparaison, le musée de la Maison d’Anne Frank à Amsterdam a reçu 1,3 million de visiteurs en 2019).

La famille Ten Boom, avec le père Casper au milieu et Corrie, deuxième à gauche (Crédit : domaine public)

Niché au milieu du vieux centre de Haarlem, le musée est proche de la caverneuse cathédrale Grote Kerk et – pendant la guerre, du quartier général de la sécurité allemande locale. La famille Ten Boom n’a pas seulement exploité un lieu de transit pour les personnes fuyant les nazis, mais elle l’a fait au nez et à la barbe de ses ennemis.

« De nombreux visiteurs indiquent qu’ils pensent que le travail et l’amour de la famille Ten Boom pour le peuple juif au fil des générations sont très spéciaux », a déclaré Jaap Nieuwstraten, conservateur et fils de l’un des co-fondateurs du musée, Frits Nieuwstraten.

Les visiteurs du musée se rassemblent le long de la vitrine utilisée autrefois par la famille Ten Boom pour signaler aux résistants qu’ils pouvaient s’approcher du bâtiment en toute sécurité. À l’heure prévue, un guide du musée arrive pour lire les noms des personnes qui se sont inscrites à l’avance aux visites.

La maison de Corrie Ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

Après avoir monté un escalier, les visiteurs s’installent dans le salon reconstitué des Ten Boom. Ils y découvrent la tradition familiale de diffusion de l’amour pour les Juifs, qui a commencé en 1844 lorsque Willem Ten Boom a invité ses voisins dans cette même pièce pour prier pour le peuple juif.

Le nom de famille néerlandais peu courant « Ten Boom » se traduit par « à l’arbre », et Casper Ten Boom – le fils de Willem – en est venu à considérer les Juifs comme « la prunelle de l’œil de Dieu ».

Alors que les Juifs se cachaient dans sa maison, Casper les encourageait à observer le Shabbat et les autres fêtes juives. La plupart des réfugiés juifs, à leur tour, donnaient plus qu’à l’accoutumée le dimanche, jour saint observé par leurs sauveteurs.

Corrie Ten Boom. (Crédit : Domaine public)

« Les chrétiens ont mis leur vie en jeu, et l’ont parfois sacrifiée, pour le peuple juif », a déclaré Nieuwstraten au Times of Israel.

Au sommet de la maison se trouvait la chambre de Corrie, où un faux mur avait été construit pour cacher jusqu’à six personnes. Les résistants néerlandais avaient équipé l’espace d’un système de ventilation et avaient fait d’autres suggestions pour que les réfugiés puissent se cacher pendant les raids d’arrestation allemands qui duraient parfois plus de 24 heures.

Jusqu’à il y a trois ans, un horloger travaillait au rez-de-chaussée du bâtiment. Son bureau se trouve toujours entre la librairie du musée et l’entrée de l’ancien appartement, ce qui rappelle l’aspect du magasin pendant la Seconde Guerre mondiale.

La maison de Corrie Ten Boom à Haarlem, aux Pays-Bas, le 30 décembre 2022. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

« Par principe, nous ne faisons pas payer l’entrée », a déclaré Nieuwstraten. « L’entrée est gratuite, car nous pensons que tout le monde devrait pouvoir entendre gratuitement le message de pardon, de tolérance et d’amour pour le peuple juif. »

Une vagabonde pour le Seigneur

Le père de Corrie – et son modèle de toujours – Casper Ten Boom, est mort dans une prison néerlandaise alors qu’il était incarcéré par les nazis.

Peu après la mort de leur père, Corrie et sa soeur Betsie ont été envoyées au camp de concentration de Ravensbrück en Allemagne, en passant par le camp Vught.

Le camp de concentration de Ravensbrück, en 1939. (Crédit : Bundesarchiv, Bild, via Wikimedia Commons)

Pendant leur emprisonnement en Allemagne, les sœurs Ten Boom utilisèrent une bible de contrebande pour mener des activités secrètes la nuit et convertir au christianisme un grand nombre de leurs compagnons de détention. Les journées étaient occupées par des travaux forcés brutaux et le harcèlement constant des gardes.

« L’enfer était un terrain propice à la diffusion de l’Évangile et à l’apport d’espoir. Elle [Corrie] se sentait, en particulier, obligée de s’occuper des jeunes filles », écrit Loftis dans The Watchmaker’s Daughter.

Betsie est morte pendant son incarcération, à l’âge de 59 ans, mais pas avant qu’elle et Corrie n’aient défini la vision que Corrie mettra en œuvre plus tard : fonder un foyer pour les personnes en convalescence après la guerre.

« The Watchmaker’s Daughter », en 2023. (Autorisation)

Tenant la promesse qu’elle avait faite à Betsie, Corrie a ouvert peu après la guerre un centre de réhabilitation à Bloemendaal, accueillant à la fois des réfugiés des camps de concentration et des Néerlandais qui avaient collaboré avec les nazis.

« Le pardon est la clé qui déverrouille la porte du ressentiment et les menottes de la haine. C’est un pouvoir qui brise les chaînes de l’amertume et les chaînes de l’égoïsme », écrit Ten Boom dans Clippings from my Notebook.

Ten Boom a fondé d’autres centres de réhabilitation aux Pays-Bas et est retournée en Allemagne en 1947, rencontrant et pardonnant un gardien de Ravensbrück qui avait été extraordinairement cruel envers Betsie.

Au cours des trente années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, Ten Boom a visité 60 pays, s’auto-proclamant « vagabonde du Seigneur« . Après avoir commencé sa vie d’adulte en étant la première femme néerlandaise à devenir une horlogère certifiée, elle a par la suite privilégié les analogies impliquant l’artisanat.

« Seigneur, Tu fais tourner les roues des galaxies. Tu sais ce qui fait tourner les planètes et Tu sais ce qui fait fonctionner cette montre », a écrit Ten Boom dans The Hiding Place.

Corrie Ten Boom, se décrivant comme une « clocharde du Seigneur ». (Crédit : Domaine public)

Aux États-Unis, Ten Boom a noué des amitiés durables avec des détenus de la prison de San Quentin, en Californie. Les relations que Ten Boom a nouées à travers les États-Unis l’ont incitée à s’installer en Californie, où elle est morte en 1983.

Parmi tous les cadeaux que Ten Boom a reçus, une plaque en bois rudimentaire provenant des « hommes de la chapelle du jardin » de San Quentin a été gravée de son nom et des mots « Prisonnière du Seigneur Jésus » en 1977.

Selon Loftis, les dizaines d’années d’action sociale menées par Corrie après la Seconde Guerre mondiale ont « compensé » ses souffrances endurées pendant la guerre.

« La guerre est présente dans chaque génération, la résistance à l’agression est donc courante », a déclaré Loftis.

« Ce qui rend l’histoire de Corrie unique, c’est que malgré la perte de membres de sa famille du fait de la guerre, elle a pardonné à tout le monde : les nazis, ses geôliers à Ravensbrück, et même l’homme qui avait dénoncé sa famille à la Gestapo », a déclaré Loftis. « C’est une leçon pour tous, jeunes et moins jeunes : le pardon. »

Cadeau des détenus de San Quentin fait pour Corrie Ten Boom, en 1977. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

Le co-fondateur du musée, Frits Nieuwstraten, est d’accord et ajoute que « pendant trente ans, Corrie a parcouru le monde et a transmis à des millions de personnes un message d’espoir et de pardon. Elle a parlé aux gens de l’amour de Dieu et de l’amour que nous devrions avoir pour le peuple juif », a déclaré Nieuwstraten au Times of Israel.

« Corrie disait souvent : ‘il n’y a pas de puits plus profond que celui de l’amour de Dieu’. Même aujourd’hui, 40 ans après sa mort, les expériences et les livres de Corrie continuent d’encourager de nombreuses personnes dans le monde entier », a déclaré Nieuwstraten.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.