Coronavirus : Des milliers d’élèves israéliens envoyés en quarantaine
Rechercher

Coronavirus : Des milliers d’élèves israéliens envoyés en quarantaine

Les personnels et les enfants fréquentant des écoles de Hadera, de Jérusalem et de Beer Sheva se sont mis en quatorzaine alors que le nombre de cas augmente dans les établissements

L'entrée du lycée Gymnasia Rehavia à Jérusalem, le 31 mai 2020. (Crédit :  Olivier Fitoussi/Flash90)
L'entrée du lycée Gymnasia Rehavia à Jérusalem, le 31 mai 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Ce sont des milliers d’élèves qui ont été mis en quarantaine, lundi, après la découverte de cas de coronavirus parmi les personnels et les enfants fréquentant des écoles de Jérusalem, de Hadera et de Beer Sheva.

Les médias en hébreu ont fait savoir qu’un élève du lycée multidisciplinaire de Hadera avait été testé positif à la maladie, envoyant 2 180 lycéens et professeurs en quatorzaine. Après des consultations entre le ministère de la Santé, les autorités locales et en concertation avec le personnel enseignant, il a été décidé de fermer temporairement l’établissement.

De plus, un élève de l’école élémentaire Paula Ben Gurion a été testé positif à la COVID-19, a noté le quotidien Haaretz. L’établissement a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne rouvrirait pas avant mardi au plus tôt, un grand nombre d’élèves ayant des frères et sœurs au lycée Gymnasia Rehavia – qui est considéré comme l’épicentre de l’épidémie dans la capitale avec plus de 130 élèves et professeurs atteints par le coronavirus.

Un professeur de danse a également été testé positif dans la capitale, envoyant des douzaines de ses élèves en quatorzaine.

Les portes de l’école Paula Ben Gurion à Jérusalem, le 31 mai 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Des centaines de membres du personnel enseignant et d’élèves de la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays, ont été également placés à l’isolement, des infections au virus étant soupçonnées dans un certain nombre d’établissements.

Selon un bilan de la Douzième chaîne, ce sont des élèves et des enfants fréquentant 32 crèches et écoles de tout le pays qui sont aujourd’hui touchés par le coronavirus. La chaîne n’a pas donné de calendrier précis des diagnostics qui ont déjà été effectués.

Le directeur-général du ministère de la Santé sortant, Moshe Bar Siman-Tov, a expliqué dimanche qu’une hausse nette des cas de virus pourrait représenter une tendance plus large et ne pas être liée de manière spécifique aux établissements scolaires.

De gauche à droite : Le directeur-général-adjoint du ministère de la Santé Itamar Grotto, le directeur-général Moshe Bar Siman-Tov et la cheffe des services de santé publique Sigal Sadetsky lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 29 mai 2020 (Crédit : Ministère de la Santé)

« Il y a un phénomène qui va au-delà du Gymnasia et qui pourrait aller au-delà des écoles. Et c’est bien ce qui nous inquiète », a-t-il déclaré devant les journalistes. « Ce n’est pas un incident isolé ».

Lundi matin, le ministère de la Santé a indiqué que 25 nouveaux cas de coronavirus ont été découverts depuis la soirée de dimanche, et que 33 malades – le pays compte actuellement 1 994 cas actifs de la COVID-19 – se trouvaient encore dans un état grave, avec 30 personnes placées sous respirateur artificiel.

43 personnes sont dans un état modéré, les autres présentant des symptômes légers.

Le bilan des décès reste fixe, avec 285 morts dans le pays.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a annoncé, dimanche, qu’il prévoyait d’élargir les tests de dépistage aux Israéliens ne montrant aucun symptôme. Il a par ailleurs mis en garde contre le relâchement des directives de distanciation et d’hygiène dans le sillage de la confirmation de douzaines de nouvelles infections.

Les services médicaux, jusqu’à présent, ont largement limité les tests de dépistage aux personnes présentant des symptômes du virus et ils ont résisté aux appels lancés en faveur d’un dépistage de masse qui permettrait d’identifier les porteurs asymptomatiques.

Dans un contexte de hausse significative des cas depuis mercredi dernier, Edelstein a indiqué changer la politique du ministère et il a donné le feu vert au test de tout individu se trouvant dans l’entourage d’un malade. Cette règle s’applique à tous les élèves et à tous les personnels des établissements scolaires où des infections à la COVID-19 ont été trouvées, ainsi qu’aux résidents des structures de vie médicalisées, aux maisons de retraite et autres centres de vie sociale, a continué Edelstein.

Il a aussi clamé que tous les médecins devaient dorénavant être autorisés à faire tester au coronavirus leurs patients, ajoutant qu’il enquêtait sur des plaintes émises par des Israéliens désireux de se soumettre à un test et qui ont affirmé, dimanche, avoir été renvoyés chez eux ou avisés que la procédure de dépistage prendrait plusieurs jours.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein pendant une conférence de presse, le 31 mai 2020 (Capture d’écran/Douzième chaîne)

Alors qu’il dévoilait les critères plus souples de dépistage, Edelstein a souligné que même les personnes dont les tests étaient négatifs devaient rester en quatorzaine s’ils avaient été en contact avec un malade ou qu’ils avaient présenté des symptômes du coronavirus.

Edelstein a qualifié la hausse des infections de « très troublante » et averti que sans l’aide des Israéliens, les chiffres continueraient à augmenter. Dans la matinée, il avait expliqué que le pays pourrait tout à fait connaître rapidement une nouvelle période de confinement.

Israël a réouvert, samedi, quatre centres de dépistage de type drive-in dans tout le pays pour renforcer les recherches d’éventuels malades. Le premier à rouvrir s’est installé sur le parking du Teddy Stadium de Jérusalem, qui a accordé la priorité aux élèves et aux personnels du lycée Gymnasia Rehavia.

Avec une baisse très nette du nombre de nouveaux cas de coronavirus au cours de ces dernières semaines, le pays commencer à lever les restrictions sur les institutions d’éducation, les synagogues, les centres commerciaux, les restaurants et autres. Alors que les directives de distanciation sociale et d’hygiène restent en vigueur, il semble y avoir eu un relâchement chez de nombreux Israéliens face à ces mesures – notamment l’obligation du port du masque dans la majorité des espaces publics, à l’extérieur des habitations.

Vendredi, un « bond « significatif de 115 nouvelles infections au coronavirus en 24 heures a été enregistré – c’était la première fois que le seuil des 100 contaminations par jour avait été franchi depuis le 2 mars. Il y a eu encore une hausse des cas dans la journée de samedi, que les responsables ont attribué à la complaisance des Israéliens et à l’incapacité à respecter les règles de distanciation sociale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...