Covid-19 : les transporteurs aériens risquent « l’effondrement financier » – El Al
Rechercher

Covid-19 : les transporteurs aériens risquent « l’effondrement financier » – El Al

Les compagnies aériennes israéliennes, qui ont déjà perdu des millions de shekels, affirment qu'elles n'ont pas été prévenues avant les recommandations du ministère de la Santé

Un avion de la compagnie El Al. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Un avion de la compagnie El Al. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

La compagnie aérienne El Al a averti qu’elle et d’autres transporteurs israéliens pourraient s’effondrer financièrement en quelques « semaines » en raison des restrictions de voyage de plus en plus strictes imposées par le ministère de la Santé et les avertissements liés au coronavirus, selon un reportage diffusé mercredi.

De façon tout à fait inédite, le ministère a conseillé mercredi aux Israéliens d’éviter tout voyage inutile à l’étranger, avertissant que la contagion se propageait déjà de manière incontrôlée. Il s’agit de la dernière d’une série de mesures exceptionnelles, non pratiquées par d’autres pays, visant à maintenir Israël isolé de l’agent pathogène mortel.

« C’est une catastrophe », a commenté un responsable d’El Al au micro de la chaîne publique Kan. « Les compagnies aériennes ici vont s’effondrer d’ici quelques semaines. El Al, avant même l’annonce du ministère de la Santé, a subi 200 millions de shekels de pertes en raison du coronavirus ».

« Si l’État ne se réveille pas, il n’y aura pas de compagnie aérienne ici dans quelques semaines », a alarmé le responsable.

Il s’est adressé à Kan quelques instants après que le ministère de la Santé a publié un avis appelant les Israéliens à envisager sérieusement de s’abstenir de voyager à l’étranger, le pays cherchant à s’isoler de l’épidémie qui se propage rapidement dans le monde entier.

Les passagers portant des masques par mesure de précaution contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19 à l’aéroport international de Sao Paulo, au Brésil, le 26 février 2020. (Crédit : AP/Andre Penner)

« Si vous n’êtes pas vraiment obligé de prendre l’avion, ne le faites pas », a indiqué le ministère dans un avertissement destiné aux voyageurs.

Un autre responsable d’une compagnie aérienne non identifiée a déclaré à la Douzième chaîne que sa compagnie n’avait pas été avertie avant l’annonce du ministère de la Santé. Selon Kan, d’autres cabinets gouvernementaux ont également été oubliés.

Les déplacements pour des « conférences internationales » et les voyages pour des « événements religieux où des personnes de plusieurs pays différents se réunissent doivent aussi être évités », a ajouté le ministère dans son avis à la population qui était à la Une dans la nuit de mercredi à jeudi des sites d’information israéliens.

Les autorités n’ont pas mentionné d’événement en particulier, mais cette dernière mesure pourrait en théorie s’appliquer aux Arabes israéliens, majoritairement musulmans, qui souhaiteraient se rendre à La Mecque pour le pèlerinage.

L’Arabie saoudite a, pour sa part, suspendu « temporairement » l’entrée sur son territoire des pèlerins se rendant à La Mecque, dans le but « de prévenir l’arrivée du nouveau coronavirus (Covid-19) dans le royaume et sa propagation », a annoncé jeudi le ministère des Affaires étrangères.

Ces recommandations s’étendent également à l’ensemble de l’Italie du Nord, et tous les Israéliens revenant d’Italie doivent se soumettre à un confinement de 14 jours à domicile dès leur arrivée.

En conséquence, El Al a annoncé qu’il annulait un vol pour Milan prévu pour jeudi matin.

Israël a déjà interdit l’entrée de tout étranger s’étant rendu en Chine, à Hong Kong, à Macao, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Japon au cours des 14 derniers jours. En conséquence, Korean Air a suspendu sa liaison Tel-Aviv-Séoul jusqu’au 31 mars.

En faisant cette annonce mercredi, Israël est devenu le premier pays à exhorter ses citoyens à s’abstenir de tout voyage international en raison de l’épidémie, qui a débuté en Chine en décembre et a depuis lors infecté plus de 80 000 personnes dans le monde entier et fait plus de 2 000 victimes, pratiquement toutes en Chine.

Cette décision a été prise après qu’une série d’autres pays ont annoncé qu’ils avaient identifié des cas de virus sur leur sol au cours des deux derniers jours, notamment le Brésil qui a annoncé le premier cas confirmé en Amérique latine et des foyers non circonscrits en Allemagne, en Italie et dans d’autres pays européens.

Mardi le nombre de nouveaux cas enregistrés dans le monde a été supérieur à celui de la Chine, qui a été l’épicentre de l’épidémie, et ce pour la première fois depuis le début de l’épidémie.

Des passagers portant des masques de protection traversent le hall d’arrivée de l’aéroport Ben Gurion le 22 février 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Les responsables israéliens ont déclaré que les nouveaux cas de coronavirus signalés en Grèce, en Autriche, en Suisse et en Croatie, tous annoncés ces deux derniers jours, semblent être arrivés dans ces pays par des voyageurs en provenance d’Italie.

D’autres foyers ont été identifiés en Corée du Sud et en Iran.

Le ministère israélien de la Santé a adopté une approche proactive pour lutter contre la propagation du virus dans ce pays, allant bien au-delà des autres pays en interdisant les visiteurs de plusieurs pays et en obligeant les Israéliens de retour de ces destinations à s’isoler chez eux.

Le ministère a fait l’objet de critiques à cet égard, certains affirmant qu’il panique inutilement la population et qu’il cause des dégâts économiques et diplomatiques au pays.

Le directeur général du ministère de la santé, Moshe Bar Siman-Tov, a expliqué à la Douzième chaîne que le ministère préférait prendre des mesures plus drastiques maintenant plutôt que de le regretter plus tard.

L’épidémie de coronavirus pourrait provoquer une baisse de 1 % de la production économique israélienne, a estimé lundi le ministère des Finances, alors que les marchés boursiers du monde entier s’effondrent.

Le ministère a estimé que l’épidémie pourrait causer au moins un quart de pour cent de dégâts à l’économie. Le déficit prévu se situe entre 3,6 et 14 milliards de shekels.

Les estimations n’incluent pas la possibilité d’un « scénario cauchemardesque » d’une propagation généralisée et destructrice du virus en Israël, a rapporté le quotidien économique Globes.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...