Rechercher

COVID-19 : Une étude israélienne établit la « sûreté » de la 4e dose de vaccin

Avec l'arrivée de l'hiver et l'hésitation, dans de nombreux pays, face au 2e rappel de vaccin, une recherche israélienne majeure déclare que cette injection ne doit pas inquiéter

Une femme reçoit un vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, en Israël, le mardi 4 janvier 2022. Illustration (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Une femme reçoit un vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, en Israël, le mardi 4 janvier 2022. Illustration (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Des recherches israéliennes apportent « de nouvelles assurances à la population mondiale en matière de sécurité » concernant l’injection de la quatrième dose de vaccin contre la COVID-19, selon une étude récente qui a été publiée dans un journal à comité de lecture.

Alors que l’hiver commence dans l’hémisphère nord et que les cas de coronavirus devraient fortement augmenter, les personnels de santé de nombreux pays ont des difficultés à convaincre les populations de l’utilité de la deuxième dose de rappel.

Les trois premières doses ont été largement acceptées, considérées comme faisant partie du protocole vaccinal initial.

Mais lorsque les populations sont devenues éligibles à la quatrième dose (et à la cinquième dans divers pays, notamment en Israël), la résistance rencontrée a été plus importante. Le critère de sûreté est davantage mis en doute aujourd’hui, alors que de nombreuses personnes considèrent les injections comme moins urgentes qu’elles ne l’étaient dans le passé.

En Israël, si 6,1 millions de personnes ont reçu une deuxième dose, seulement 90 000 personnes ont accepté de se faire administrer la quatrième.

Une nouvelle étude qui a été publiée dans The Lancet Respiratory Medicine présente la toute première recherche à grande échelle consacrée à la sûreté de l’administration d’une quatrième dose réalisée à l’aide du vaccin Pfizer.

« Nous pensons que cette étude apporte des assurances en matière de sécurité à la population éligible à une nouvelle injection de rappel contre la COVID-19, et ce dans le monde entier », écrit dans son étude le professeur Dan Yamin, du Centre de lutte contre les pandémies de l’université de Tel Aviv, avec ses coauteurs.

« Ces assurances peuvent aider à augmenter le nombre d’individus à haut risque qui choisissent de recevoir ce rappel, en empêchant ainsi les graves conséquences possibles associées à l’infection à la COVID-19.”

Yamin a travaillé avec des médecins et avec des analystes de la caisse de santé Maccabi, qui a fourni les données de ses patients dans le but d’explorer la sûreté de la quatrième dose. L’étude s’est focalisée sur le vaccin Pfizer habituel, qui est encore largement utilisé, et non sur ceux qui ont fait l’objet d’une adaptation récente de manière à être plus efficaces contre les nouveaux variants.

Une infirmière prépare un vaccin contre le coronavirus à Jérusalem, le 8 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’étude a été réalisée en deux parties. La première a consisté à analyser les dossiers médicaux anonymisés de 17 814 patients ayant reçu une quatrième dose de vaccin pour détecter d’éventuels effets secondaires ou indésirables. Les auteurs ont écrit que « en comparant les 42 jours qui ont précédé et qui ont suivi la vaccination, le deuxième rappel n’a été associé en rien avec les 25 cas d’effets indésirables qui ont fait l’objet d’une enquête ».

Malgré la conclusion sans ambiguïté des données, il y a toujours la possibilité que les patients souffrent d’effets secondaires qu’ils jugent inutile de signaler. C’est la raison pour laquelle les chercheurs ont recruté des patients de la Maccabi qui ont accepté de porter des montres intelligentes contrôlant leur état de santé et qui permettaient également d’accéder à leurs dossiers médicaux.

Ces montres ont contrôlé plusieurs mesures physiologiques, et notamment le rythme cardiaque. Une application mobile a par ailleurs demandé aux patients de remplir un questionnaire quotidien sur leur santé. A des fins de comparaison, ils ont intégré dans le processus des patients qui avaient reçu la troisième dose de vaccin au moment de la collecte des données.

Les chercheurs ont découvert qu’il n’y avait pas de différence notable dans les réactions au quatrième vaccin. « Nous n’avons décelé aucune différence significative après les injections du premier rappel ou du deuxième », ont-ils fait savoir.

L’administration de la quatrième dose a entraîné une hausse du rythme cardiaque par rapport au rythme cardiaque de référence – soit au rythme antérieur à la vaccination. Un rythme cardiaque qui est resté élevé pendant les trois premiers jours suivant l’injection, avec un pic au deuxième jour. Mais il est revenu au niveau de référence dès le sixième jour, ce qui est considéré comme un retour raisonnable à la normale.

Dr Dan Yamin de l’université de Tel Aviv (Crédit : Moshe Baderashi)

Yamin et ses collègues estiment que leur étude peut aider à renforcer la confiance placée dans la quatrième dose et aider aussi à franchir un obstacle majeur qui entrave son adoption. Ils écrivent que « en dépit du fait que la deuxième dose de rappel de vaccin Pfizer–BioNTech a démontré son efficacité dans la prévention des cas graves de la COVID-19, avec en plus un profil prometteur en matière de sa sécurité, il y a une réticence du public, dans le monde entier, à se faire vacciner ».

« Aux États-Unis, deux mois après la recommandation émise par les CDC, 21,5 % seulement des individus éligibles avaient suivi la suggestion d’aller se faire administrer le deuxième rappel de vaccin. Les études indiquent que l’hésitation face au vaccin de la COVID-19 sont largement motivées par des inquiétudes relatives à la sécurité plutôt qu’à des inquiétudes en termes d’efficacité. Renforcer la confiance dans le rappel nécessite de communiquer des connaissances sur la sûreté du vaccin, le manque de connaissances ayant été jusqu’à présent comblé par des théories non scientifiques et quelque peu spéculatives ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.