COVID : Israël pourrait devoir jeter près d’un million de vaccins
Rechercher

COVID : Israël pourrait devoir jeter près d’un million de vaccins

Le pays se bat pour trouver un acheteur pour 800 000 doses expirant à la fin juillet et espère utiliser 600 000 doses sur sa propre population, selon un reportage

Des flacons vides du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 dans une 
 boîte pendant une campagne de vaccination à Ebersberg, près de Munich, en Allemagne, le 15 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Matthias Schrader)
Des flacons vides du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 dans une boîte pendant une campagne de vaccination à Ebersberg, près de Munich, en Allemagne, le 15 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Matthias Schrader)

Le ministère de la Santé détruira au moins 800 000 doses de vaccin qui vont expirer si aucun acquéreur n’est trouvé au cours des prochaines semaines, a fait savoir un reportage diffusé lundi.

Les doses de vaccin Pfizer-BioNtech, qui doivent expirer à la fin du mois de juillet, valent des centaines de millions de dollars, a noté la station de radio Kan.

La recherche d’un acheteur pour les précieuses fioles a lieu alors que de nombreux pays renforcent actuellement leurs campagnes de vaccination pour tenter de combattre la propagation du variant Delta, hautement contagieux, qui a fait fortement augmenter le nombre de cas de coronavirus sur certains territoires.

L’État juif dispose actuellement d’environ 1,4 million de doses qui expireront à la fin du mois de juillet – espérant en utiliser 600 000 pour immuniser 300 000 adolescents âgés de 12 à 15 ans dans cet intervalle de temps, a indiqué Kan, qui n’a pas cité de source pour cette information.

L’État juif serait actuellement en pourparlers avec plusieurs pays concernant l’achat de ces vaccins, voire d’un échange contre des doses qu’ils devraient recevoir plus tard et qui seront alors remises à Israël. La station de radio n’a pas identifié les pays concernés.

Le quotidien Haaretz avait, pour sa part, annoncé la semaine dernière que trois pays étaient en contact avec Israël concernant ces vaccins qui expireront prochainement.

Un jeune Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Clalit à Jérusalem, le 24 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’État juif a commencé la semaine dernière à encourager les adolescents à se faire immuniser après une augmentation constatée du nombre de cas, qui a par ailleurs entraîné la réimposition du port du masque dans les espaces clos et des appels d’experts à renforcer les directives dans la lutte contre le coronavirus.

Un grand nombre de doses utilisées dans le cadre de cette campagne avaient été rejetées par l’Autorité palestinienne, le 18 juin, qui avait estimé que la date d’expiration des vaccins – fixée au 30 juin pour certains – était trop proche.

Plus de 5,5 millions de personnes avaient reçu, dans l’après-midi de lundi, au moins une dose de vaccin, ont noté les données du ministère de la Santé, avec environ 13 000 personnes de plus qui se sont fait administrer une dose dans la journée. À ce rythme, il faudra attendre le 21 juillet pour immuniser 300 000 Israéliens de plus et atteindre l’objectif fixé par le Premier ministre Naftali Bennett de 300 000 nouveaux vaccinés.

Toutefois, il faudrait qu’une première dose soit administrée avant le 9 juillet pour qu’il y ait un délai suffisant pour pouvoir administrer une seconde dose qui serait issue de la série de vaccins expirant à la fin du mois de juillet.

Bennett a déclaré aux responsables lors d’une réunion qui a eu lieu lundi qu’il « est tout simplement criminel de ne pas se faire vacciner » avant la date d’expiration des doses, selon la Douzième chaîne.

Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, à la réunion de cabinet de Jérusalem, le 27 juin 2021. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Israël a acheté des millions de vaccins à Pfizer et a figuré parmi les premiers pays à en recevoir pour une somme dont le montant n’a pas été dévoilé. Malgré les millions de doses inutilisées qui se trouvaient encore dans les réserves, l’État juif avait signé un accord, au mois d’avril, alors que Benjamin Netanyahu était encore Premier ministre, déterminant l’acquisition de 18 millions de doses supplémentaires au cas où elles s’avèreraient nécessaires pour procéder à une injection de rappel.

Les données du ministère de la Santé qui ont été révélées lundi ont montré une nouvelle hausse du nombre de cas quotidiens, avec 225 nouvelles infections qui ont été enregistrées entre minuit et le début de l’après-midi contre les 145 qui avaient été répertoriées la veille. La moyenne sur sept jours était, dimanche, de 156 nouveaux cas quotidiens.

Il y a aujourd’hui 1 425 cas actifs dans le pays – ils n’étaient que 230 il y a seulement dix jours. Toutefois, seules 43 personnes sont actuellement hospitalisées et environ la moitié se trouvent dans un état grave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...