Rechercher

COVID : rappel aux enfants de 5 à 11 ans à risque, changement dans la quarantaine

À partir de la semaine prochaine, les écoliers n'auront plus à entrer automatiquement en quarantaine obligatoire s'ils sont exposés à un porteur de coronavirus

Un enfant israélien reçoit sa deuxième injection du vaccin Covid-19 au centre de vaccination Clalit pour enfants à Kfar Saba, le 13 décembre 2021. (Crédit : Flash90)
Un enfant israélien reçoit sa deuxième injection du vaccin Covid-19 au centre de vaccination Clalit pour enfants à Kfar Saba, le 13 décembre 2021. (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré jeudi qu’il a décidé de proposer des doses de rappel du vaccin contre le COVID-19 aux enfants âgés de 5 à 11 ans qui risquent de contracter une maladie grave.

Le groupe, qui, selon la Douzième chaîne, compte environ 1 000 enfants, était également le premier de cette tranche d’âge à recevoir les premiers vaccins, avant leur approbation générale.

Les responsables des caisses de santé (HMO) ont reçu l’ordre de commencer à administrer les rappels. Les enfants recevront une troisième dose de la version du vaccin conçue par Pfizer pour eux.

Jusqu’à présent, le rappel n’était destiné qu’aux personnes âgées de plus de 11 ans.

La décision d’élargir l’éligibilité de la troisième injection intervient après que des recherches menées par le ministère de la Santé et publiées mercredi ont montré que les enfants vaccinés contre le coronavirus attrapaient la variante Omicron à un taux inférieur à la moitié de celui de leurs camarades non vaccinés.

L’étude a porté sur des enfants âgés de 5 à 11 ans et a révélé que les vaccins offraient une forte protection contre les variantes du coronavirus, en particulier au cours des premiers mois suivant leur administration.

« Même pendant la vague Omicron, un vaccin administré au cours des trois derniers mois – qu’il s’agisse de deux doses ou d’une dose de rappel – offre une meilleure protection contre l’infection par rapport aux personnes non vaccinées ou dont les vaccins sont périmés », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué.

Des membres de l’équipe de l’hôpital Shaare Zedek dans le service des coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 11 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Malgré ces données positives, les hospitalisations chez les jeunes ont doublé, passant de 52 patients à 104 patients ces derniers jours, selon un reportage publié mercredi par Kan news.

Selon les données officielles du ministère publiées mercredi, quelque 2 % de tous les patients dans un état grave ou critique étaient âgés de quatre ans ou moins, contre une moyenne de 1 % les jours précédents. Alors que ceux du groupe des 5-11 ans sont restés à 0 %, selon les données, ceux des 12-15 ans sont passés de 0 % à 1 %.

Les chiffres montrent que plus de 53 000 des plus de 388 000 infections actives actuelles concernent les 5-11 ans, dont plus de 47 000 ne sont pas vaccinés. 34 000 autres infections actives proviennent de la tranche d’âge 12-15 ans, bien que dans cette cohorte, les vaccinés soient majoritaires, avec près de 20 000 cas.

Le Premier ministre Naftali Bennett a par ailleurs déclaré jeudi qu’à partir de la semaine prochaine, les écoliers n’auront plus à entrer automatiquement en quarantaine obligatoire s’ils sont exposés à un porteur de coronavirus.

Dans le cadre des nouvelles règles, Bennett a dit que tous les étudiants de 18 ans et moins seront testés deux fois par semaine, les dimanches et mercredis. Toute personne dont le test est négatif peut aller à l’école, tandis que les élèves dont le test est positif resteront à la maison jusqu’à leur rétablissement.

Les tests seront effectués à domicile, Bennett annonçant que des « millions » de kits de test seront distribués aux parents.

Il a également souligné que le variant Omicron était « moins violent » que les autres souches, estimant que l’épidémie actuelle « se terminera relativement plus rapidement que les vagues précédentes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...