Danon accuse l’AP de « diffamation antisémite » au Conseil de sécurité
Rechercher

Danon accuse l’AP de « diffamation antisémite » au Conseil de sécurité

L'envoyé à l'ONU a dénoncé les "mensonges éhontés" de son homologue palestinien, qui avance que la "dépossession et l'oppression" d'Israël entravent la réponse à la pandémie

L'ambassadeur israélien aux Nations unies, Danny Danon, s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, le 11 février 2020. (AP Photo/Seth Wenig)
L'ambassadeur israélien aux Nations unies, Danny Danon, s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, le 11 février 2020. (AP Photo/Seth Wenig)

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon, a condamné jeudi le représentant palestinien Riyad Mansour après qu’il a accusé Israël d’avoir exacerbé la propagation du COVID-19 dans les zones palestiniennes.

L’échange houleux s’est tenu lors d’une réunion que le Conseil de sécurité de l’ONU tient chaque mois concernant le conflit israélo-palestinien. Les réunions se déroulent actuellement par vidéoconférence en raison du virus.

Mansour, s’exprimant avant Danon, a déclaré : « La situation palestinienne dans cette pandémie est unique et douloureuse. Nos capacités d’adaptation ont été épuisées par 53 ans d’occupation illégale et de dépossession, privation et oppression constantes. »

« Quelles que soient les coordinations techniques qui ont été mises en place entre les deux parties au cours des dernières semaines pour lutter contre le COVID-19, elles ont été sapées par des violations incessantes », a déclaré Mansour.

A LIRE – COVID-19 : Qu’en est-il vraiment de la coopération israélo-palestinienne ?

« Cette pandémie n’a fait que souligner davantage l’absurdité, l’immoralité et l’illégalité des crimes d’Israël et l’urgence d’y mettre fin
immédiatement. »

L’ambassadeur palestinien Riyad Mansour s’adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies, au siège de l’ONU, le 22 janvier 2019. (AP / Richard Drew)

Vendredi après-midi, les Palestiniens ont signalé un total de 480 cas de coronavirus, y compris à Jérusalem-Est, et deux décès.

Au cours du mois dernier, l’Autorité palestinienne a pris un certain nombre de mesures drastiques afin d’endiguer la propagation du virus en Cisjordanie, notamment en restreignant fortement la liberté de circulation.

Des responsables de l’Autorité palestinienne ont accusé Israël d’avoir délibérément infecté des Palestiniens – une affirmation que Jérusalem a qualifiée d’incitation.

Mansour a mis en garde contre les annexions israéliennes de zones de Cisjordanie, affirmant que si cela survenait, « il ne faudrait pas être surpris par la chaîne d’événements qui suivraient ».

« Comment osez-vous calomnier nos efforts ? », lui a répliqué Danon. « Comment osez-vous mentir au sujet des braves soldats israéliens ? Comment osez-vous les accuser de propagation du virus ? Ils risquent leur vie pour contenir l’épidémie tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens. »

« Non seulement vos accusations sont des mensonges éhontés, mais elles sont antisémites. Vous devriez avoir honte. Vous devriez vous excuser pour ce que vous avez dit. Vous avez clairement indiqué que vous préférez haïr Israël plutôt que d’aider le peuple palestinien », a déclaré Danon.

« L’Autorité palestinienne […] accepte avec joie toute aide d’Israël et s’attend à ce qu’elle continue, même lorsqu’elle fait de l’incitation et se rend coupable de diffamation antisémite », a-t-il dit.

Un ambulancier du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne désinfecte des travailleurs palestiniens afin d’aider à contenir la pandémie de coronavirus à leur sortie d’un poste de contrôle de l’armée israélienne après leur retour du travail en Israël, près de Ramallah, le 7 avril 2020. (Nasser Nasser / AP)

Il a déclaré qu’Israël avait autorisé l’envoi de 600 tonnes de fournitures médicales dans la bande de Gaza ces dernières semaines et a souligné la coordination entre Israël et l’Autorité palestinienne.

Nikolay Mladenov, envoyé de la paix au Moyen-Orient aux Nations unies, a salué ce qu’il a défini comme « des exemples inspirants de coopération à travers les lignes de conflit » dans la lutte contre le coronavirus. Il a néanmoins averti qu’au cours du mois dernier, « des affrontements et des combats continus » avaient été à déplorer, alors que « le bilan humain de la guerre continue d’augmenter ».

« La dangereuse perspective d’annexion par Israël de zones de la Cisjordanie occupée est une menace croissante », a déclaré Mladenov, arguant qu’une telle décision violerait le droit international et porterait un « coup dévastateur » à la solution à deux États, soutenue par la communauté internationale.

L’envoyé a déclaré que l’annexion « fermerait également la porte à une reprise des négociations et menacerait les efforts pour faire avancer la paix régionale ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, ont signé cette semaine un accord de coalition prévoyant que l’annexion pourrait se poursuivre à partir du 1er juillet.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a – une nouvelle fois – menacé mercredi d’annuler tous les accords avec Israël et les États-Unis si l’État hébreu s’engageait dans cette voie, en planifiant l’annexion de zones de la Cisjordanie.

Abbas a menacé à de très nombreuses reprises par le passé d’annuler des accords avec Israël, sans jamais donner suite.

Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a émis jeudi un avertissement sévère contre l’intention d’annexion de zones de la Cisjordanie, affirmant qu’une telle décision « constituerait une grave violation du droit international ».

Mais, selon le ministère des Affaires étrangères israélien, le communiqué n’a pas fait l’unanimité au sein des pays européens, et Borell a tout de même décidé de publier la déclaration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...