D’autres cours d’eau du Golan pourraient être contaminés, dont le Jourdain
Rechercher

D’autres cours d’eau du Golan pourraient être contaminés, dont le Jourdain

Le ministère de la Santé pourrait fermer des rivières pour plusieurs mois, après que 60 plaisanciers ont été hospitalisés ; l'urine de sanglier est en cause

Illustration : des Israéliens se baignent dans le Jourdain, au nord d'Israël. (Crédit : Basal Awidat/Flash90)
Illustration : des Israéliens se baignent dans le Jourdain, au nord d'Israël. (Crédit : Basal Awidat/Flash90)

Un responsable de la Santé a déclaré mercredi que les autorités envisageaient de fermer davantage de rivières et de cours d’eau dans le plateau du Golan, y compris le Jourdain – peut-être pour plusieurs mois, après de nouveaux cas d’hospitalisation pour une infection bactérienne devenue problème de santé publique.

L’Autorité israélienne de la Nature et des Parcs a déjà interdit en début de semaine les baignades dans les cours d’eau Zavitan, Zaki, Yehudia et Meshushim, jusqu’à nouvel ordre, après que des dizaines de personnes ont présenté des symptômes proches de la leptospirose, une infection bactérienne qui peut être mortelle, transmissible via l’urine animale.

Le professeur Itamar Grott, vice-directeur-général du ministère de la Santé, a déclaré à Ynet que la rivière du Jourdain et ses affluents, la rivière Hasbani, Banias et Dan, pourraient être contaminés.

« Pour le moment, rien n’est certain », a-t-il dit. « Si quelqu’un craint quelque chose, alors évidemment, il ne faut pas y aller. »

Le professeur Grotto a indiqué que les résultats des cultures prélevées dans différents cours d’eau arriveront mercredi, et que le ministère de la Santé prendra alors la décision de fermer davantage d’endroits au public.

Parallèlement, a-t-il souligné, il est conseillé de ne pas nager dans les cours d’eau où le courant est fort.

Des promeneurs se baignent dans la rivière Zavitan, dans le plateau du Golan, au nord d’Israël, le 18 avril 2014. (Crédit Yaakov Naumi/Flash90)f

Il a indiqué que la seule solution à cette contamination est le courant, grâce à d’importantes pluies.

Interrogé sur la possibilité que les cours d’eau puissent-être fermés jusqu’en décembre ou janvier, Grotto a déclaré : « c’est possible, il y aura peut-être de la pluie avant, je n’en sais rien ».

Mercredi, un hôpital du centre du pays a indiqué que cinq adolescents ont été pris en charge pour suspicion de leptospirose, après avoir fait du kayak dans la vallée du Jourdain, ce qui laisse craindre que l’un des principaux cours d’eau d’Israël a été contaminé.

Le centre médical Maayanei HaYeshua à Bnei Brak a indiqué que les lycéens, âgés de 14 à 17 ans, étaient tombés malades deux semaines après avoir fait du kayak au nord du lac de Tibériade, et qu’il s’attendait à ce que d’autres patients avec des symptômes similaires se présentent.

En réponse, la société Abu Kayak a critiqué l’hôpital pour ses « déclarations irresponsables », qui portent atteinte à son business et « calomnie » la société.

« L’eau n’a pas été examinée et il y n’y a aucune preuve de leptospirose », a indiqué la société dans un communiqué.

Le ministère de la Santé a confirmé mardi qu’au moins 12 personnes avaient été diagnostiquées de cette maladie, et que plus d’une cinquantaine de personnes attendent les résultats de leurs examens, qui confirmeront ou infirmeront l’infection.

La leptospirose est une maladie que les humains peuvent contracter via l’urine de mammifères, notamment les rats ou les souris, mais également les chiens, les cerfs, les vaches et les moutons.

Si cette bactérie est inoffensive chez les animaux, elle peut causer, chez les humains, un état grippal, notamment de la fièvre, des frissons, des céphalées, des douleurs à l’estomac, des conjonctivites.

Dans une forme plus grave, ces symptômes peuvent évoluer vers la maladie de Weil, sous la forme de lésions hépatiques, d’insuffisance rénale, d’hémorragies pulmonaires, de méningite, et peut-être mortelle si elle n’est pas prise en charge.

Les experts de la Santé interrogés par Ynet ont dit craindre que l’éruption de cette maladie soit causée par l’importante quantité de sangliers dans le Golan, ainsi que par la sécheresse de ces dernières années, qui conduit les troupeaux à affluer vers les cours d’eau et à y uriner.

Illustration d’un sanglier. (Crédit : Wikipedia/Richard Bartz/CC BY-SA 2.5)

Le docteur Doron Tiomkin a confié qu’il y a eu un nombre important de fausses couches chez les vaches du Golan, et qu’il pourrait s’agir d’une forme de leptospirose, notamment causée par les sangliers et autres animaux sauvages.

Parallèlement, l’une des principales sociétés d’eau minérale israélienne, Mey Eden, a déclaré qu’elle avait interrompu le pompage d’eau de l’une de ses sources, la source Salukia dans le Golan, après qu’il s’est avéré que l’eau était contaminée ces derniers jours.

La société a assuré que l’approvisionnement en eau n’était pas affectée, et qu’elle continuait à vendre de l’eau minérale de son usine située à Katzrin.

Dr. David Raveh-Brawer avec Yuval Miskin (à gauche), infecté par la leptospirose dans le Golan, au centre médical Sharei Tzedek de Jérusalem,le13 août 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...