De la faillite au Burj : La mystérieuse ascension du « makher » de Dubaï Naum Koen
Rechercher

De la faillite au Burj : La mystérieuse ascension du « makher » de Dubaï Naum Koen

Depuis qu'Israël et les ÉAU ont normalisé leurs relations, l'homme d'affaires israélo-russe est sous le feu des projecteurs. Mais qui est-il et comment a-t-il gagné son argent ?

Naum Koen en Israël, le 27 novembre 2020. (Autorisation de Moshe Hogeg via JTA)
Naum Koen en Israël, le 27 novembre 2020. (Autorisation de Moshe Hogeg via JTA)

C’était censé être l’un des premiers dividendes de la paix.

Le 7 décembre, l’une des principales équipes de football d’Israël, le Beitar Jérusalem, a annoncé en grande pompe avoir vendu 50 % de ses parts à un cheikh, homme d’affaires émirati.

Le cheikh, qui se fait désormais appeler Hamad bin Khalifa Al Nahyan, est l’un des membres les moins connus de la famille royale d’Abou Dhabi.

Mais l’intermédiaire de la transaction était également un nouveau venu sur la scène mondiale. Il s’agit de Naum Koen, un homme d’affaires russo-israélien basé à Dubaï qui s’est présenté comme le principal conseiller du cheikh.

Dans une scène touchante filmée par la Douzième chaîne israélienne, le fils du cheikh, Mohammed, portant une écharpe noire et jaune du Beitar par-dessus sa longue tenue blanche, s’est tourné vers Koen et a déclaré : « Je voudrais dire encore merci à mon grand frère qui a ouvert les portes de la paix, de l’amour et de l’harmonie entre les deux pays. »

« Merci beaucoup, votre altesse », a répondu Koen au fils du cheikh. « Comme on dit en hébreu, mazal tov, mazal tov, mazal tov. »

« Mazal tov, mazal tov, mazal tov« , a répondu chaleureusement le fils du cheikh, dans un hébreu aux accents arabes, alors que les deux hommes s’embrassaient.

Mohammed bin Hamad bin Khalifa Al Thani (à gauche), fils de Hamad bin Khalifa Al Nahyan, embrasse Naum Koen lors de la cérémonie de signature pour la vente de la moitié de l’équipe de football du Beitar Jérusalem, le 7 décembre 2020. (Capture d’écran de la Deuxième chaîne)

La vente du Beitar Jerusalem a été l’un des partenariats commerciaux les plus médiatisés après la signature de l’accord de normalisation historique entre Israël et les Émirats arabes unis en août 2020. Le cheikh a promis d’injecter 90 millions de dollars dans le club de football au cours de la prochaine décennie.

L’opération était symbolique à bien des égards. Les supporters du Beitar sont réputés pour leurs manifestations racistes à l’encontre des Arabes, et la vente de la moitié de l’équipe à un cheikh émirati a semblé marquer le début d’une nouvelle ère de tolérance et de fraternité. « Nous voulons donner l’exemple aux deux nations que Juifs et musulmans peuvent travailler ensemble », a déclaré le cheikh.

Mais le 11 février, l’accord est tombé à l’eau. Le Beitar a retiré sa demande d’approbation de la vente à la suite d’une enquête de la Fédération israélienne de football sur les finances du cheikh.

Des enquêtes distinctes menées par des sociétés de renseignement privées engagées par l’instance de football ont allégué qu’Al Nahyan avait surévalué sa richesse personnelle et qu’une partie de son argent provenait de transactions en crypto-monnaies, ce qui déclenche souvent des signaux d’alarme pour les régulateurs.

En outre, plusieurs des associés du cheikh ont une réputation douteuse, selon les informations. Il s’agit notamment de l’ancien propriétaire du FC Portsmouth, Sulaiman al Fahim, qui a été condamné à cinq ans dans une prison émiratie pour falsification, ainsi que du Chypriote Sendjer Shevket, qui a passé sept ans dans une prison britannique pour une escroquerie à l’emprunt de films. Al Nahyan s’était également associé au complice présumé de Shevket, Yen Lung Chen, qui a été inculpé aux États-Unis mais n’a jamais été appréhendé, et qui a finalement vu les accusations de fraude portées contre lui être rejetées en 2007.

Le rôle de Koen dans la vente et ses relations d’affaires passées n’ont pas été mentionnés dans les enquêtes, selon les documents qui ont été divulgués. Cependant, une enquête du Times of Israël révèle un passé douteux pour l’intermédiaire, notamment des déclarations sous serment contradictoires sur sa fortune. Malgré l’échec de l’accord avec le Beitar, Koen reste un personnage puissant et influent dans les communautés juive et israélienne expatriées aux Émirats arabes unis, récoltant les fruits de la normalisation tout en développant son propre crédit de manière effrontée, à la consternation de certains.

Koen a déclaré au Times of Israël qu’il était le fondateur et le principal donateur du Centre communautaire juif (CCJ) des Émirats arabes unis, qui se compose d’une synagogue et d’autres institutions. Dirigé par Levi Duchman, l’émissaire officiel du mouvement Habad-Loubavitch aux Émirats arabes unis, le CCJ a suscité quelques remous lors de son ouverture en juin 2020 en affichant ouvertement sa présence à une époque où la communauté juive plus établie de Dubaï gardait encore un profil bas.

L’une des sociétés de Koen, le NY Koen Group, a lancé une initiative visant à distribuer des aliments casher dans les Émirats arabes unis. L’entreprise de Koen a également annoncé un partenariat avec la société Kiklabb, basée à Dubaï, qui aide les entrepreneurs à enregistrer des sociétés dans les Émirats. Le site web de M. Koen, Naumkoen.com, présente des photos de lui en compagnie de personnalités du monde des affaires, de la politique et de la culture, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy, l’acteur Steven Seagal, le chanteur de pop israélien Omer Adam, le magnat de la construction Raj Sahni et les criminels devenus célébrités Ilan Fernandez et Jacob Arabo.

Naum Koen (à droite) avec le magnat israélien des supermarchés Rami Levy à Dubaï, le 13 janvier 2021. (Capture d’écran Twitter)

Les membres de la communauté juive des Émirats arabes unis ont été extrêmement réticents à l’idée de parler de Koen au Times of Israël, au point que la plupart d’entre eux ont refusé d’être cités, même de façon anonyme.

Certains d’entre eux considèrent Koen comme un individu ostentatoire avec une présence médiatique et sociale démesurée en contraste avec les sensibilités plus modestes de la communauté juive des Émirats arabes unis.

Plusieurs personnes ont déclaré au Times of Israël que la communauté juive émiratie était composée en grande partie de membres de la classe des cadres, des personnes qui ont tendance à être diplômées d’universités d’élite et qui seraient gênées d’afficher leur richesse en portant une Rolex ou en conduisant une Lamborghini. Une personne a décrit la communauté comme étant similaire à celle de Raanana, une banlieue de Tel Aviv appartenant à la classe moyenne supérieure et comptant une importante population de méritocrates qui accordent une grande importance à la famille.

Une source a remis en question le choix du Times of Israël de dresser le portrait de Koen, suggérant qu’un tel article détournerait l’attention des lecteurs de toutes les merveilleuses et légitimes affaires et collaborations qui ont lieu entre Israéliens et Émiratis.

Koen, quant à lui, n’a pas hésité à s’adresser aux médias ou à faire étalage de sa richesse autoproclamée et de ses activités commerciales. Dans un reportage télévisé de 50 minutes diffusé sur la Douzième chaîne israélienne au début de l’année, il portait ce qu’il décrivait comme une montre sertie d’émeraudes et de rubis d’une valeur de 2,5 millions de dollars, conduisait une Rolls Royce vendue 825 000 dollars et disait vivre dans un manoir de Dubaï d’une valeur de 12 millions de dollars.

« J’ai toujours rêvé [d’être très riche] », a-t-il déclaré à son intervieweur.

Naum Koen (en haut à gauche) s’adressant à un journaliste israélien depuis le balcon de son manoir de Dubaï en 2020. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Mais beaucoup de choses sur Koen restent mystérieuses. Il y a tout juste cinq ans, Koen a déclaré à un tribunal israélien qu’il ne pouvait pas assister à sa propre procédure de faillite parce qu’il devait rembourser une dette de moins de 900 000 shekels à son employeur russe.

« Le débiteur n’est pas retourné en Israël », a écrit l’avocat de Koen, en parlant de son client. « Son employeur, qui a payé une grande partie de [ses dettes], ne le laissera pas retourner en Israël tant qu’il n’aura pas fini de rembourser sa dette par son travail. »

Une chose est claire : l’histoire que vend Koen et celle racontée à son sujet dans les documents judiciaires israéliens ne peuvent pas être toutes deux vraies. Mais s’il n’est pas le riche homme d’affaires autodidacte qu’il prétend être, qui est-il ? Et d’où vient l’argent qui a payé sa maison, sa montre et ses dons philanthropiques ?

De Nahshon à Naum

Avant 2013, Naum Koen avait un nom complètement différent. Il était connu sous l’identité de Nahshon Nahshonov.

Le porte-parole de Koen à l’époque, Asher Gold, a déclaré au Times of Israël en décembre que Koen utilisait un nom différent dans les Émirats parce qu’il avait constaté que les habitants avaient du mal à prononcer Nahshonov, alors « il a décidé d’utiliser Koen comme nom de famille en raison de ses origines familiales de la caste sacerdotale juive connue sous le nom de Kohanim (un pluriel de Kohen ou Koen) ».

Koen est né en 1981 au Daghestan, qui faisait alors partie de l’URSS et aujourd’hui de la Russie, et a immigré en Israël avec ses parents et ses quatre frères et sœurs en 1994.

Dans une procédure intentée en 2017, ses parents Yaakov et Ludmila, un ouvrier d’usine et une femme de ménage, ont affirmé être séparés de trois de leurs cinq enfants. Ils ont affirmé que Nahshon avait quitté leur maison en 2003 et qu’ils n’avaient aucune idée de l’endroit où il se trouvait.

« [Nahshon] a vécu dans l’appartement avec nous jusqu’en 2003, date à laquelle il a quitté l’endroit avec tous ses biens pour une destination inconnue et, pour autant que nous le sachions, il vit actuellement à l’étranger », ont écrit ses parents dans leur déclaration sous serment d’octobre 2017.

Koen a déclaré au Times of Israël être en bons termes avec ses parents, mais que leur déclaration est par ailleurs exacte : il a quitté Israël en 2003 pour chercher fortune en Ukraine, en Russie et ailleurs.

Les relevés de ses déplacements aériens montrent qu’il a quitté le pays en 2005-2009, pendant la majeure partie de 2011, puis qu’il a quitté définitivement le pays en septembre 2013.

« Depuis 2003, j’ai surtout vécu à l’étranger, dit-il, mais je me rends souvent en Israël. »

Une opportunité en Russie

En février 2012, Koen a déposé une demande de mise en faillite en Israël. Dans son dossier, il a déclaré avoir des dettes d’environ 700 000 shekels qu’il ne pouvait pas payer. Il s’agissait de dettes envers des municipalités, des sociétés de cartes de crédit et des prêteurs extra-bancaires, ainsi que d’un prêt personnel d’Itzhak Maman, propriétaire de l’hôtel Red Sea à Eilat.

Dans les documents enregistrés, Koen a déclaré que sa profession était « chauffeur » et que son salaire était de 4 000 shekels par mois.

Mais à un moment donné, en 2013, Koen a connu un soudain changement de fortune. Il a déclaré au tribunal en août 2013 qu’on lui avait proposé un emploi en Russie.

« On m’a proposé un emploi qui correspondait à mes compétences », a-t-il déclaré dans un dossier judiciaire. « On m’a proposé un emploi dans le marketing et les ventes pour une entreprise en Russie. »

Koen a remboursé la quasi-totalité de sa dette et a quitté Israël fin 2013. La procédure de faillite s’est poursuivie et Koen a continué à être convoqué pour des audiences, mais ne s’y est pas présenté.

Sur cette photo de mars 2013, Koen, en faillite, a été honoré par l’organisation caritative israélienne B’lev Echad qui œuvre en faveur des enfants handicapés, pour sa contribution financière importante. (Communiqué de presse de B’lev Echad)

En mai 2015, son avocat a reconnu qu’il ne s’était pas présenté aux audiences du tribunal comme il l’avait promis, mais il a expliqué que l’employeur de Koen en Russie ne voulait pas le laisser retourner en Israël parce que l’employeur avait couvert le coût de ses dettes, et que Koen devait maintenant travailler pour le rembourser.

« L’employeur du débiteur, qui a payé une partie de l’argent qu’il devait à ses créanciers pour qu’il puisse quitter Israël, ne permettra pas au débiteur de retourner en Israël tant qu’il n’aura pas remboursé sa dette par son travail », a écrit l’avocat de Koen dans un dossier judiciaire.

Koen a affirmé que le document du tribunal des faillites avait été mal interprété et qu’il n’était pas très endetté.

« Le document disait que j’avais une obligation envers mon partenaire », a déclaré Koen au Times of Israël, en désignant son ancien employeur comme son partenaire, « pas une dette. J’avais des engagements envers mon partenaire ».

Koen a refusé de divulguer le nom du partenaire. « Je ne peux pas parler de cela et ne veux pas en parler », a-t-il déclaré. Il a ensuite ajouté que « mon ex-partenaire russe aime rester discret ».

Un homme international mystérieux

En août 2013, un homme d’affaires basé à Chypre nommé David Khabie a acheté pour 600 000 euros de vodka et de whisky à un homme nommé Nahshon Nahshonov, selon des documents judiciaires dans une autre affaire. La facture que Nahshonov aurait fournie à Khabie, dont une copie est incluse dans les documents judiciaires, comportait un lien vers le site web personnel de Nahshonov. Ce site contenait une biographie qui ne correspondait absolument pas aux informations fournies par Koen/Nahshonov au tribunal des faillites israélien.

Une facture que Nahshonov aurait remise à un homme d’affaires nommé David Khabie, telle qu’elle apparaît dans un dossier judiciaire. (Source : dossier judiciaire israélien 12254-05-19)

Selon une version archivée du site web, Koen est issu d’un milieu aisé.

« Nahshon Nahshonov est né à Derbent, en URSS, en 1981, dans une famille prospère », peut-on lire sur le site Internet. « Nahshonov a pris la suite de son père Jacob Nahshonov qui est également un homme d’affaires très prospère. »

Le site web présentait également un communiqué de presse datant de mai 2013, en pleine procédure de faillite, qui affirmait qu’il avait une fortune nette de 581 millions de dollars.

« Nahshon Nahshonov, une personne remarquable qui s’implique intensivement dans des actions caritatives, a récemment décidé de consacrer une partie de sa fortune à des groupes de personnes dans le besoin qui ne bénéficient malheureusement pas d’autant d’attention qu’elles le devraient. En tant que jeune homme juif de Russie, Nahshonov a de la compassion et de la compréhension pour ce groupe spécifique de personnes, les vétérans de la Seconde Guerre mondiale en Europe de l’Est. Il est presque impossible d’imaginer les épreuves que ces personnes ont traversé et Nahshonov a rendu leur récente fête de Pessah un peu meilleure en faisant un don de 1 350 000 dollars via sa société Isra Diamond International », indique le communiqué de presse.

Lorsque le Times of Israël a interrogé Koen au sujet de ce site web, il a répondu que ce n’était pas le sien et qu’il n’avait aucune idée de qui écrivait des choses fausses, bien que très flatteuses, à son sujet.

« Qui pourrait écrire de telles choses ? Je ne sais pas », a-t-il dit. « Ce site web n’a rien à voir avec moi. »

Koen en Ukraine

En octobre 2013, tout en travaillant vraisemblablement pour son employeur russe, Nahshonov a commencé à enregistrer des sociétés sous son nouveau nom, Naum Koen, en Ukraine. Parmi la dizaine de sociétés qu’il a enregistrées, on trouve des entreprises actives dans les secteurs de la construction, de l’aviation, de l’hôtellerie, des diamants et du marketing Internet. À cette époque, il enregistre également des chansons populaires dans la tradition de la « chanson russe ».

En février 2016, Koen a commencé également à enregistrer des sociétés à Dubaï. Il s’agissait notamment de Daniel MS, une entreprise de diamants, de Time to Nova, une entreprise de marketing Internet, et de Gemgow, une plateforme en ligne pour le commerce de pierres précieuses. En 2017, il a enregistré Jeni Coin, une société de conception de bijoux, et Amber Palm, une société qui commercialise des carreaux d’ambre haut de gamme pour la décoration intérieure. Si Koen est le directeur de toutes ces sociétés, l’identité de leur propriétaire effectif ultime n’a pas été rendue publique.

Un profil publié en octobre 2018 sur un site d’information ukrainien décrivait Koen comme présidant un « empire commercial international », dans des lieux aussi divers que les Émirats arabes unis, l’Inde, le Qatar, l’Azerbaïdjan, la République tchèque, le Koweït, Bahreïn, l’Arabie saoudite, l’Ukraine, les États-Unis et Hong Kong.

L’article énumère un certain nombre de partenaires commerciaux de M. Koen, dont le géant russe du diamant Alrosa, le magnat indien du vaccin Cyrus Poonawalla, le bijoutier de luxe Jacob & Co, fondé par Jacob Arabo, dont la photo avec M. Koen figure sur le site web de ce dernier, la société de location de jets privés Silk Way Business Aviation, basée à Bakou, le groupe SOBHA, une société immobilière des Émirats qui a commencé à commercialiser ses produits auprès des Israéliens, le groupe Al-Arfaj, une société holding du Koweït, et le groupe ukrainien Viaan Mobile.

En octobre 2019, un communiqué de presse a annoncé que l’homme d’affaires canado-russe Boris Birshtein faisait partie des investisseurs de Gemgow.

Birshtein est un homme d’affaires de premier plan dont le gendre, Alex Shnaider, a financé la Trump Tower de Toronto. En 2007, le service de contre-espionnage suisse a décrit Birshtein comme ayant des liens avec la mafia russe et le KGB. Birshtein a nié avoir de tels liens dans de nombreux médias.

La holding de Koen annonce le partenariat de Gemgow avec Birshtein via Instagram, le 12 novembre 2019. (Capture d’écran : Instagram)

Koen a confirmé que Birshtein était bien l’un des investisseurs de la société. Il a déclaré que Birshtein n’était pas son employeur russe, mais a refusé de divulguer l’identité de cet employeur.

Le Times of Israël a contacté Birshtein pour lui demander de confirmer ou d’infirmer qu’il avait investi dans Gemgow, mais n’a pas eu de réponse avant la publication de cet article.

Aujourd’hui, le site web du groupe Koen présente une gamme variée de sociétés sous le contrôle de Koen, offrant toutes sortes de services, de l’aviation privée aux bijoux en passant par les étuis de téléphones portables, l’immobilier et le matériel médical. Toutes les sociétés ont les mêmes adresses à Dubaï et à Kiev et des numéros de téléphone presque identiques.

Les sites Web des entreprises font un usage intensif de photos d’archives et certains documents sont truffés de fautes d’anglais – et aussi d’une utilisation interchangeable des noms Koen et Cohen. « Personne ne veut être victime de fraude [sic] », lance un site de Koen Security.

Interrogé sur la façon dont il est devenu un homme d’affaires si prospère si rapidement après avoir été endetté, Koen a répondu : « Nous avons tous des hauts et des bas. »

« Grâce à Dieu (et à quelques bitcoins), mon entreprise se porte bien », a-t-il ajouté.

Leader ou marginal ?

Il existe au moins trois congrégations juives à Dubaï, l’une égalitariste, l’autre orthodoxe moderne et l’autre hassidique-orthodoxe. Ce dernier groupe est dirigé par le rabbin Habad-Loubavitch Levi Duchman et l’homme d’affaires Solly Wolf.

M. Wolf a déclaré au Times of Israël que M. Koen était le fondateur et le principal bienfaiteur de la congrégation hassidique, également connue sous le nom de Centre communautaire juif [Jewish Community Center], qui, dit-il, a été fondée il y a deux ans.

Le rabbin Levi Duchman, (à gauche), le rabbin Habad Levi Shemtov (au centre), et Solly Wolf lors de la cérémonie des Accords d’Abraham à la Maison Blanche, à Washington DC, le 15 septembre 2020. (Autorisation)

Le Times of Israël a demandé au rabbin Levi Duchman si Koen était bien le fondateur et le principal bienfaiteur du CCJ. Duchman n’a pas répondu spécifiquement à la question concernant Koen, mais a déclaré que la communauté avait de multiples fondateurs et bailleurs de fonds.

« Nous n’avons pas été fondés par des bienfaiteurs », a-t-il déclaré. « Mais plutôt par une communauté de Juifs qui se réunissent pour enrichir la vie et la pratique juives ici, aux Émirats arabes unis. Nous sommes reconnaissants que notre financement reflète cela, dans la mesure où il provient d’une large base de personnes de notre communauté. »

Certains membres de la communauté juive de Dubaï se souviennent d’avoir eu connaissance pour la première fois de Koen en mars 2019, lorsqu’il a financé un dîner festif de Pourim à l’hôtel Burj Al Arab. Le dîner était inhabituel, car une grande partie de la communauté juive des Émirats arabes unis, qui compte plusieurs centaines de personnes, essayait alors de rester discrète.

Une vue générale de Dubaï, depuis la tour Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 8 novembre 2016. (Crédit : AP Photo/Jon Gambrell/File)

Certains membres de la communauté juive de Dubaï ont déclaré que le Centre communautaire juif, qui est moins bien implanté que le Jewish Council of the Emirates, une communauté qui existe depuis une dizaine d’années, a attiré beaucoup d’attention en faisant de la publicité et en publiant de nombreux messages sur les réseaux sociaux. Cela a créé un décalage entre la présence médiatique de Koen, ont-ils dit, et son importance réelle au sein de la communauté juive.

Les pages Wikipédia du CCJ, de Koen et du cheikh Hamad bin Khalifa Al Nahyan, qui s’appelait auparavant Adel al-Otaiba, ont toutes été publiées par un utilisateur nommé Shemtovca, qui semble être Oleksandr Nathan Bomshteyn, un consultant basé à Toronto et spécialisé dans le marketing web, le référencement et la gestion de réputation.

L’article sur Koen a été créé le 19 mai 2019. L’article sur le CCJ a été créé en juillet 2020, et celui sur le cheikh le 3 décembre 2020, quelques jours avant la signature de l’accord avec le Beitar.

Les règles de Wikipédia interdisent généralement la modification de pages contre rémunération. Bomshteyn n’a pas répondu aux demandes de commentaires du Times of Israël.

Le grand rabbin séfarade israélien Yitzhak Yosef avec Koen aux Émirats arabes unis, sur une photo publiée le 29 janvier 2021. (Capture d’écran : Facebook)

M. Wolf a souligné les dons caritatifs de M. Koen et a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de chercher à savoir d’où provenait sa fortune.

« Koen est un philanthrope. Il a donné des millions de dollars aux communautés juives du monde entier », a déclaré Wolf. « C’est un homme d’affaires très prospère qui possède 13 entreprises différentes dans le monde. La question de savoir comment il a gagné son argent est absurde. »

Koen lui-même a déclaré au Times of Israël qu’il était mécontent de la manière dont de nombreux médias le présentaient.

« Vous [les médias] ne voulez écrire que des mauvaises choses sur moi ? Pourquoi ? Qu’ai-je fait ? », a-t-il demandé.

« Nous avons tous des moments de notre vie que nous préférerions oublier et des moments et des réalisations dont nous voulons nous souvenir », a-t-il déclaré. « Mais au lieu de se concentrer sur moi, j’attends avec impatience le moment où les journalistes et les publications comme la vôtre consacreront plus de temps et d’efforts à faire des portraits d’organismes caritatifs. Et se concentrer sur l’aide aux moins fortunés de la société. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...