De petites manifestations anti-Netanyahu dans tout Israël
Rechercher

De petites manifestations anti-Netanyahu dans tout Israël

Des défilés ont eu lieu à Tel Aviv et Kfar Saba ; le groupe organisateur Kumi Yisrael, évoquant la gestion de la pandémie, dit que le Premier ministre est lui-même "le virus"

Les Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur la place Habima de Tel Aviv, le 19 novembre 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Les Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur la place Habima de Tel Aviv, le 19 novembre 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu se sont tenues dans tout Israël, jeudi soir, dans le cadre du mouvement de protestation continu dénonçant l’inculpation du Premier ministre pour corruption et la prise en charge, par ce dernier, de la pandémie de coronavirus.

Les manifestants ont organisé des défilés modestes à Tel Aviv et à Kfar Saba qui ont réuni, selon Haaretz, 200 et 300 personnes.

Les protestataires portaient avec eux de gros ballons gonflables ayant la forme de sous-marins, en référence à un scandale de corruption majeur qui implique l’achat de navires auprès d’un fabricant allemand – un scandale qui a éclaboussé plusieurs proches de Netanyahu mais pas le chef du gouvernement lui-même.

« Enquêtez maintenant », disait un panneau brandi par les manifestants à Tel Aviv.

De plus petits rassemblements ont aussi eu lieu sur les ponts des autoroutes et à des carrefours de tout le pays.

Les Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur la place Habima de Tel Aviv, le 19 novembre 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« C’est lui le virus et les manifestations sont le vaccin », a écrit Kumi Yisrael dans un communiqué, critiquant la gestion de la pandémie par Netanyahu et les conséquences économiques qui en découlent.

Cette déclaration suit celle d’un autre leader du mouvement de protestation qui a comparé, mercredi, le Premier ministre à Hitler, lors d’un rassemblement organisé aux abords du domicile de Benny Gantz, le ministre de la Défense – des propos qui ont été rapidement condamnés par tout le spectre politique.

Des manifestants aux abords du domicile du pilote de l’armée tué au combat, le capitaine Tom Farkash, le 17 novembre 2020. (Capture d’écran)

Cet incident a suivi une autre polémique, mercredi, entraînée par des insultes hurlées à l’encontre de voisins de Netanyahu, membres de la famille d’un soldat de l’armée israélienne tué au combat, par des partisans du Premier ministre parce qu’ils avaient accueilli un groupe de militants anti-Netanyahu.

Les Israéliens se rassemblent régulièrement depuis des mois pour demander la démission de Netanyahu, actuellement traduit devant les juges pour pots-de-vin, fraude et abus de confiance. Netanyahu n’a cessé de clamer son innocence et déclare que ses mises en examen relèvent d’une « chasse aux sorcières » organisée par ses adversaires politiques, les médias et les procureurs qui tentent de l’écarter du pouvoir.

En plus d’une manifestation centrale à Jérusalem et d’autres regroupements dans tout le pays, les protestataires se regroupent régulièrement aux abords du domicile privé de la famille Netanyahu à Césarée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...