Rechercher
Nécrologie

Décès d’Henrique Morelenbaum, chef d’orchestre juif brésilien, à 90 ans

Le célèbre directeur musical est né en Pologne en 1931 ; sa carrière a débuté lors d'une représentation en 1959, alors que le chef d'orchestre prévu ne pouvait pas jouer

Henrique Morelenbaum, l'un des chefs d'orchestre les plus réputés du Brésil, dont la famille élargie a péri pendant la Shoah. (Crédit : Interludio via JTA)
Henrique Morelenbaum, l'un des chefs d'orchestre les plus réputés du Brésil, dont la famille élargie a péri pendant la Shoah. (Crédit : Interludio via JTA)

RIO DE JANEIRO (JTA) – Henrique Morelenbaum, considéré comme l’un des chefs d’orchestre et directeurs musicaux les plus réputés du Brésil, est décédé vendredi de causes naturelles à Rio de Janeiro à 90 ans.

« Il était l’une des personnalités les plus importantes de la vie musicale brésilienne de ces 70 dernières années, en tant qu’instrumentiste, chef d’orchestre, enseignant et administrateur. Il a laissé son empreinte dans les institutions où il a travaillé », peut-on lire dans un hommage posté par l’Académie brésilienne de musique, dont Morelenbaum était un membre actif.

Né Saul Herz Morelenbaum, en Pologne en 1931, il est arrivé à Rio à l’âge de 3 ans, où il a changé de nom. À 16 ans, il a été naturalisé brésilien.

Le reste de sa famille élargie a péri pendant la Shoah.

« Des énormes familles de mon père et de ma mère, il ne restait plus personne », avait-il déclaré dans une interview accordée au magazine Interludio en 2017.

Après avoir fréquenté une école publique, Morelenbaum a reçu une bourse pour fréquenter l’école juive locale Sholem Aleichem. Après le lycée, il a étudié le violon, l’alto, la direction d’orchestre et la composition.

Sa carrière de chef d’orchestre débute soudainement en 1959, lors d’une représentation de ballet où il prend la baguette parce que le chef programmé ne peut pas se produire. En 1962, il est devenu chef de l’orchestre du théâtre municipal de Rio, puis directeur musical du théâtre Cecilia Meireles Hall de la ville.

Au cours d’une carrière intense, Morelenbaum a souvent dirigé des concerts symphoniques, des opéras et des ballets. Dans le cadre de son vaste répertoire contemporain international, il a été responsable de la première brésilienne de « Kol Nidre » du célèbre compositeur Arnold Schoenberg, une pièce orchestrale nommée d’après la prière du Yom Kippour.

Morelenbaum a également dirigé le chœur israélite brésilien et composé l’hymne de l’association Kinderland, un camp d’été juif bien connu à Rio, fondé en 1952.

Il a été à la tête de plusieurs institutions musicales, dirigeant à différents moments les principaux orchestres du Brésil, et il a également dirigé des orchestres en Amérique latine et en Europe.

Le décès de Morelenbaum a fait la une de plusieurs médias brésiliens.

« Il est largement reconnu pour son travail de promotion des compositeurs brésiliens à l’étranger », a écrit le journal Folha de S.Paulo.

« Sa mort a été pleurée par le créneau de la musique classique brésilienne, générant des expressions de chagrin et des hommages de plusieurs institutions », a ajouté la nécrologie du portail d’information G1.

Morelenbaum laisse derrière lui sa femme Sarah, trois enfants, six petits-enfants et deux arrière-petits-enfants.

« Mon cher père est passé dans un environnement plus doux dans le monde spirituel. Je le remercie pour l’affection, le patrimoine de la recherche incessante de la connaissance et de l’évolution, de la justice et de l’amour, de l’amour de la musique et de l’art en général comme moyen de construire la beauté spirituelle », a écrit son fils Jaques Morelenbaum, qui est également un chef d’orchestre renommé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...