Deri: Pas de coalition avec Kakhol lavan, même sans la rotation
Rechercher

Deri: Pas de coalition avec Kakhol lavan, même sans la rotation

"Quoi qu'il en soit, nous ne siègerons pas avec eux au gouvernement", a déclaré le chef de Shas à ses militants ; il les a aussi exhortés à ne pas "déprécier" Benny Gantz

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le dirigeant du Shas, Aryeh Deri, assiste à une campagne électorale dans la ville de Tibériade, au nord du pays, le 18 mars 2019. (David Cohen/Flash90)
Le dirigeant du Shas, Aryeh Deri, assiste à une campagne électorale dans la ville de Tibériade, au nord du pays, le 18 mars 2019. (David Cohen/Flash90)

Le dirigeant du Shas Aryeh Deri a déclaré que son parti ne rejoindrait pas un gouvernement dirigé par Kakhol lavan si l’alliance centriste remportait les élections le 9 avril, même si le parti annulait un accord de rotation qui permettrait au dirigeant Benny Gantz et à Yair Lapid de se partager le poste de Premier ministre.

L’accord – qui verrait Gantz prendre le poste pour les deux premières années et demie si le parti forme le prochain gouvernement, et Lapid prendre le relai pour les deux années suivantes – était essentiel à l’accord d’unité entre le parti Hossen LeYisrael de Gantz et Yesh Atid de Lapid quand les deux factions ont fusionné pour former Kakhol lavan.

Les partis ultra-orthodoxes ont déclaré qu’ils soutiendraient le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le poste de Premier ministre après le jour du scrutin. Les législateurs Haredi ont évité Lapid à cause de l’avancement par l’ancien ministre des Finances de la loi d’enrôlement dans l’armée israélienne pour les ultra-orthodoxes dans le gouvernement précédent, à laquelle les législateurs ultra-orthodoxes se sont fermement opposés et ont depuis fait marche arrière.

« S’ils annulent la rotation et que seul Gantz sera (Premier ministre), et Lapid ne le sera pas… cela ne changera rien », a dit M. Deri, selon les enregistrements obtenus dimanche soir par la chaîne publique Kan. « Quoi qu’il arrive, on ne siègera pas avec eux au gouvernement. »

De gauche à droite : Benny Gantz, Yair Lapid, Moshe Yaalon et Gabi Ashkenazi, les dirigeants du parti Kakhol lavan, lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 18 mars 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

« Ils essaient en vain », a poursuivi le ministre de l’Intérieur, s’adressant aux militants du parti.

« Tant que cette union de Lapid et Gantz durera, nous ne siègerons pas avec eux », a ajouté Deri.

Le chef du Shas a exprimé son admiration pour Gantz, disant aux militants que « vous ne pouvez pas le rabaisser », mais a ajouté : « au moment où, malheureusement, ce Juif, avec tous ses mérites, a décidé d’adopter la plate-forme entière de Lapid et a décidé de devenir Yesh Atid, de laisser Yesh Atid croître et se saisir de son parti, il a adopté leur plate-forme entière ».

« Nous n’allons en aucun cas siéger avec lui », a ajouté Deri.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...