YaHadout HaTorah exclut toute coalition avec Lapid
Rechercher

YaHadout HaTorah exclut toute coalition avec Lapid

L'ex-ministre des Finances "a nui à nos portefeuilles et à nos lois", a estimé Litzman, leader de YaHadout HaTorah. Gafni, pour sa part, a réaffirmé son soutien à Netanyahu

Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman , deuxième à gauche, s'exprime lors du lancement de la campagne de YaHadout HaTorah à Bnei Brak, le 24 février 2019 (Crédit : Yehuda Haim/Flash90)
Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman , deuxième à gauche, s'exprime lors du lancement de la campagne de YaHadout HaTorah à Bnei Brak, le 24 février 2019 (Crédit : Yehuda Haim/Flash90)

Les dirigeants du parti ultra-orthodoxe YaHadout HaTorah ont exclu dimanche la possibilité de rejoindre un gouvernement auquel participerait l’ancien ministre des Finances Yair Lapid. Ils ont également exprimé leur soutien à la formation d’une nouvelle coalition par le Premier ministre Benjamin Netanyahu après les élections du mois d’avril.

Dirigeant de Yesh Atid, qui s’est uni la semaine dernière au mouvement Hossen LeYisrael de Benny Gantz pour former l’alliance Kakhol lavan, Yair Lapid soutient avec ferveur l’introduction d’un tronc commun général au sein des écoles ultra-orthodoxes et la fin des exemptions au service militaire obligatoire dont jouissent les étudiants des yeshivas.

« Lapid a humilié les citoyens ultra-orthodoxes, nous ne siégerons pas dans un gouvernement dont il fait partie », a déclaré le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman lors du lancement de la campagne de YaHadout HaTorah à Bnei Brak.

« Lapid a été le pire ministre des Finances de toute l’histoire d’Israël », a-t-il ajouté. « Il a nui à nos portefeuilles autant qu’à nos lois et nous a pillés ».

Litzman avait déjà tenu de tels propos au début du mois, affirmant qu’il ne prendrait jamais part à un gouvernement d’union entre Gantz et Lapid.

Benny Gantz et Yair Lapid de la toute nouvelle alliance Kakhol lavan lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 21 février 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Lapid a occupé le poste de ministre des Finances entre 2013 et 2014 dans un gouvernement dirigé par Netanyahu, qui n’incluait ni YaHadout HaTorah, ni le Shas, un autre parti ultra-orthodoxe. La Knesset avait alors adopté une législation prévoyant des sanctions pénales pour les étudiants ultra-orthodoxes échappant au service militaire obligatoire, une loi partiellement modifiée en 2015 après le retour des partis ultra-orthodoxes au sein du gouvernement.

De récents sondages d’opinion donnent à Kakhol lavan une avance sur le Likud de Netanyahu, mais pour certains, la nouvelle formation pourrait rencontrer des difficultés à mettre en place une coalition sans le soutien de certains partenaires actuels de droite et religieux du Premier ministre.

Prenant la parole lors du même événement, le député Moshe Gafni de YaHadout HaTorah a également exclu toute participation à une coalition avec Lapid, expliquant que son parti recommanderait que Ntetanyahu soit chargé de former le prochain gouvernement – sous réserve d’un empêchement judiciaire qui lui interdirait de continuer à assumer son poste de Premier ministre.

Moshe Gafni s’exprime lors du lancement de la campagne de YaHadout HaTorah à Bnei Brak, le 24 février 2019 (Crédit : Yehuda Haim/Flash90)

« Et s’il devait y avoir une inculpation ? Il y a des lois dans ce pays et nous agirons conformément à la loi », a affirmé Gafni.

Selon des informations, le procureur général Avichai Mandelblit devrait annoncer dans les prochains jours s’il a l’intention d’inculper Netanyahu dans trois affaires de corruption séparées, sous réserve d’auditions qui pourraient s’étaler sur plusieurs mois.

Le Premier ministre, qui a nié toute malversation, a indiqué qu’il ne démissionnerait pas pendant ce processus.

Gafni a également précisé que YaHadout HaTorah ne s’associerait pas à l’ex-ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant la campagne électorale.

Liberman, à la tête du parti de droite laïc Yisrael Beytenu, avait prôné une législation à laquelle YaHadout HaTorah s’était opposé qui régulait les exemptions de service militaires pour les étudiants en séminaires avant de démissionner, au mois de novembre. Il est également un critique de longue date de l’influence ultra-orthodoxe sur des questions concernant l’église et l’Etat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...