Des avocats palestiniens manifestent contre des décrets de Mahmoud Abbas
Rechercher

Des avocats palestiniens manifestent contre des décrets de Mahmoud Abbas

Selon Jihad Harb, le chef de l'AP a pris environ 300 décrets ces dernières années, "dans l'intérêt de certains individus ou groupes et au détriment de l'intérêt public"

Des avocats palestiniens manifestent devant le Conseil législatif à Ramallah en Cisjordanie, le 9 février 2021, contre les amendements controversés entrepris par l'Autorité palestinienne qu'ils jugent préjudiciables à l'indépendance du pouvoir judiciaire. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)
Des avocats palestiniens manifestent devant le Conseil législatif à Ramallah en Cisjordanie, le 9 février 2021, contre les amendements controversés entrepris par l'Autorité palestinienne qu'ils jugent préjudiciables à l'indépendance du pouvoir judiciaire. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Des dizaines d’avocats palestiniens ont manifesté mardi devant le Parlement à Ramallah, en Cisjordanie, contre des décisions du président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas menaçant selon eux l’indépendance du pouvoir judiciaire, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En janvier, Abbas a pris plusieurs décrets modifiant l’organisation du pouvoir judiciaire et notamment la structure des tribunaux administratifs : il pourra désormais en nommer les présidents et vice-présidents ainsi que certains juges.

De plus, ces tribunaux pourront être saisis pour contester les résultats des législatives de mai et de la présidentielle de juillet – les premières en 15 ans – alors que la Haute cour de justice en était responsable auparavant.

Les décrets pris par Mahmoud Abbas « ont violé des lois qui sont considérées comme des lois fondamentales et que personne n’a le droit d’amender, sauf le Parlement après avoir consulté la Haute cour de Justice », a fustigé auprès de l’AFP le président du syndicat des avocats palestiniens, Jawad Obeidat, lors de la manifestation à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne.

Le Conseil législatif palestinien ne siège plus depuis 2007 en raisons de divisions intestines entre le groupe terroriste palestinien du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, et le Fatah d’Abbas. Dès lors, celui-ci ne gouverne plus que par décrets.

« Nous savons que la loi autorise le président à prendre des décrets en cas de force majeure », a indiqué Jawad Obeidat. « Mais nous considérons que les circonstances actuelles ne relèvent pas de la force majeure et ne permettent pas au président de prendre des décisions qui affectent le pouvoir judiciaire. »

Selon Jihad Harb, directeur du think-tank palestinien pour la transparence Aman, Mahmoud Abbas a pris environ 300 décrets ces dernières années, « dans l’intérêt de certains individus ou groupes et au détriment de l’intérêt public ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...