Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Des centaines de rabbins US signent une lettre contre l’extrême-droite israélienne

Les leaders réformés, massorti et reconstructionnistes se sont engagés à ne pas autoriser certains partenaires de la coalition de Netanyahu à s’exprimer dans leurs synagogues

Le député Itamar Ben Gvir lors d'une réunion de la commission des Arrangements à la Knesset, le 14 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Itamar Ben Gvir lors d'une réunion de la commission des Arrangements à la Knesset, le 14 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

JTA – Plus de 330 rabbins américains, dont certains occupant des rôles importants dans les grandes villes, se sont engagés à empêcher les membres d’extrême-droite du prochain gouvernement de Benjamin Netanyahu de prendre la parole dans leurs synagogues et feront pression pour les empêcher de parler dans leurs communautés.

Une lettre ouverte indique qu’ils n’inviteront pas les membres des partis d’extrême-droite « à prendre la parole dans leurs congrégations et organisations ». « Nous nous élèverons contre leur participation à d’éventuels forums dans nos communautés. Nous encouragerons les conseils d’administration de nos congrégations et organisations à se joindre à nous dans cette protestation afin de démontrer notre engagement envers nos valeurs juives et démocratiques. »

Netanyahu a annoncé mercredi soir qu’il pouvait former une coalition avec les partis Otzma Yehudit, HaTzionout HaDatit, Noam, et ses partenaires ultra-orthodoxes de longue date, le Shas et Yahadout HaTorah, bien qu’il doive encore finaliser les accords de coalition avec ses partenaires politiques.

Les ministres du gouvernement israélien prennent parfois la parole dans les synagogues américaines afin d’obtenir un soutien pour leurs initiatives et leurs idées. Il n’est pas certain que les personnalités qui critiquent sévèrement les Juifs réformés, comme l’ont fait les législateurs d’extrême-droite, accepteraient les invitations de leurs synagogues, même si elles leur étaient proposées.

Néanmoins, le ton intransigeant de la missive et le nombre conséquent de signataires sont le signe d’une crise naissante dans les relations entre Israël et la communauté juive américaine, déclenchée par l’ascension des partis d’extrême-droite.

La lettre était directement adressée au parti HaTzionout HaDatit, qui a remporté 14 sièges lors des élections législatives du 1er novembre, sur une liste commune avec Otzma Yehudit et Noam. Les trois factions se sont à nouveau séparées après l’élection et mènent actuellement des négociations de coalition séparées. La lettre des rabbins semble, cependant, être destinée aux trois partis.

Ses signataires sont issus des mouvements réformé, conservateur et reconstructionniste, mais ne compte aucun signataire orthodoxe.

Parmi les signataires figurent des membres actuels et anciens des conseils des rabbins de Chicago et de Los Angeles, des rabbins qui dirigent les plus grandes congrégations conservatrices et réformées de la région de Washington, d’anciens dirigeants des principaux organes des mouvements réformés et massorti (conservateur), le dirigeant actuel du mouvement reconstructionniste et le recteur de l’American Jewish University du mouvement Massorti, basée à Los Angeles.

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, lors de la séance plénière de la Knesset, le 20 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La missive est à l’initiative de David Teutsch, un grand rabbin reconstructionniste de Philadelphie, et John Rosove, rabbin émérite du Temple Israël de Los Angeles.

La lettre décrit cinq projets du parti HaTzionout HaDatit qui, selon elle, « causeront un préjudice irréparable à la relation entre Israël et les Juifs de la Diaspora » : restreindre la Loi du retour, éroder les droits des LGBTQ, permettre à la Knesset d’annuler les décisions de la Cour suprême, annexer des parties de la Cisjordanie et expulser les citoyens arabes jugés « déloyaux ».

Ces propositions, ainsi que d’autres projets de loi litigieux, ont été lancées par le leader du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, Itamar Ben Gvir d’Otzma Yehudit et Avi Maoz de Noam, ainsi que par les alliés ultra-orthodoxes de Netanyahu dans le Shas et Yahadout HaTorah ainsi que le parti du Premier ministre désigné, le Likud. Ces cinq partis constituent le bloc majoritaire de Netanyahu, qui dispose de 64 sièges à la Knesset, qui en compte 120 au total.

Il reste à voir dans quelle mesure cet agenda se traduira dans la gouvernance. Netanyahu a déclaré qu’il était convaincu qu’il serait en mesure de limiter certaines des personnalités qu’il envisage de nommer à la tête de ministères.

Un certain nombre de groupes juifs américains se sont prononcés contre l’inclusion du parti d’extrême-droite dans le gouvernement alors que Netanyahu négociait avec les factions, et d’autres l’ont fait depuis qu’il a annoncé la formation de son gouvernement mercredi. Il s’agit notamment de l’Anti-Defamation League (ADL), des principaux mouvements réformés et des groupes juifs libéraux de politique moyen-orientale Partners for Progressive Israel, J Street et Americans for Peace Now.

Le chef du parti HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich, après des discussions de coalition avec le leader du Shas, Aryeh Deri, et le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, à l’extérieur d’un hôtel, à Jérusalem, le 5 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Abe Foxman, directeur retraité de l’ADL et longtemps considéré comme le symbole du soutien juif à Israël, a déclaré au début du mois qu’il espérait que Netanyahu puisse contenir l’extrême-droite, mais que « si Israël cesse d’être une démocratie à part entière, [il] ne pourra plus le soutenir ».

Certaines organisations, qui se sont exprimées en 2019 lorsque Netanyahu avait envisagé une coalition avec des extrémistes, sont restées silencieuses, même si d’autres ont tiré la sonnette d’alarme depuis l’élection, notamment l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) et la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines.

« Une fois de plus, l’État juif a démontré qu’il est une démocratie robuste avec les libertés que les Américains chérissent également », a déclaré l’AIPAC après l’annonce de Netanyahu mercredi. La Conférence des présidents n’a pas publié de déclaration.

La plupart des groupes orthodoxes ne se sont pas encore prononcés sur le nouveau gouvernement. L’Organisation Sioniste d’Amérique (ZOA), qui soutient la construction d’implantations, a indiqué qu’elle soutiendrait le nouveau gouvernement.

L’American Jewish Committee (AJC) a légèrement changé de ton par rapport à la période précédant les élections législatives, où il avait refusé de se prononcer. Dans une déclaration après l’annonce de Netanyahu, il a émis une note similaire à celle de Foxman, disant qu’il travaillerait avec Netanyahu « pour aider à garantir que la rhétorique incendiaire qui a été employée par certains membres de la coalition gouvernementale – rhétorique non-représentative des valeurs démocratiques d’Israël, de son rôle en tant que patrie pour tous les Juifs, et de sa quête inébranlable de paix – ne définira pas les politiques intérieure et étrangère du nouveau gouvernement ».

L’administration Biden avait déclaré qu’elle jugerait le nouveau gouvernement israélien sur la base des politiques qu’il mettra en œuvre et non sur la base des personnes qui occuperont des postes importants dans la prochaine coalition.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.