Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Des chercheurs découvrent un charnier de Juifs assassinés par les nazis en Lettonie

La tombe contient des victimes du massacre de 1941 à Liepāja, jadis filmé par un soldat allemand ; selon le directeur d'un musée juif, ce site devrait être marqué comme un mémorial

Des membres d'une milice lettone rassemblant un groupe de femmes juives pour les exécuter sur une plage à proximité de Liepāja, le 15 décembre 1941. (Crédit : Bundesarchiv bild)
Des membres d'une milice lettone rassemblant un groupe de femmes juives pour les exécuter sur une plage à proximité de Liepāja, le 15 décembre 1941. (Crédit : Bundesarchiv bild)

JTA – Une fosse commune de Juifs tués par les nazis a été identifiée en Lettonie après des dizaines d’années de recherches.

Par ailleurs, le corps d’un résistant juif de la Seconde Guerre mondiale enterré dans une fosse commune a été identifié aux Pays-Bas.

La tombe en Lettonie a été localisée grâce à une technologie créée par des chercheurs américains, a rapporté mercredi LTV News Service. Elle contient les corps de dizaines de Juifs assassinés par les nazis en juillet 1941 dans la ville de Liepāja, dans l’ouest de la Lettonie. Le massacre, qui fait partie d’une série d’assassinats de milliers de Juifs par les nazis dans la région au cours de cette année-là, avait été filmé par le soldat allemand Reinhard Wiener, et les images ont survécu à la guerre.

Les images de Wiener comprennent des prises de vue des tranchées où les Juifs ont été assassinés, ainsi que du phare historique de la ville. Pendant des décennies, des chercheurs ont tenté d’utiliser le phare comme point de repère pour identifier l’emplacement exact des charniers, mais leurs efforts ont échoué.

Cet été, une équipe d’étudiants et de chercheurs dirigée par Harry Jol et Martin Goettl de l’Université du Wisconsin-Eau Claire, et Philip Reeder de l’Université Duquesne de Pittsburgh, a été invitée à Liepāja pour rechercher la tombe. Grâce à l’échantillonnage du sol et à l’analyse au radar à pénétration de sol – ou géoradar – ils ont pu localiser le site de la fosse commune vielle de 82 ans.

« Il existe des cartes historiques que nous pouvons comparer à nos données et voir les changements dans les couches du sol », a déclaré Jol aux médias publics lettons. « Nous pouvons utiliser la méthode de la dendrochronologie – la science qui permet d’étudier l’âge des arbres. Il existe également une technique relativement nouvelle pour les sols, la datation par luminescence stimulée optiquement – ou LSO. »

Selon la presse lettone, les chercheurs sont certains que la tombe qu’ils ont localisée est celle jadis filmée par Wiener, et sont à la recherche de documents et de témoignages pour étayer cette découverte.

Ilana Ivanova, représentante de la communauté juive de Liepāja, a déclaré à LTV News Service que la zone de la fosse commune était actuellement louée par une entreprise lituanienne de transformation du poisson.

Ilya Lensky, directeur du musée des Juifs de Lettonie, a déclaré à LTV News Service qu’il pensait que le site devrait être marqué comme un mémorial pour honorer les Juifs qui y sont morts. Gunārs Ansiņš, le maire de Liepāja, a déclaré que des discussions étaient en cours au sein du conseil municipal pour déterminer ce qu’il convenait de faire du site.

Bernard Luza. (Crédit : Ministère de la Défense des Pays-Bas)

Aux Pays-Bas, le corps du héros juif de la résistance Bernard Luza a également été identifié dans une fosse commune, selon un communiqué du ministère néerlandais de la Défense publié mardi. Luza a été exécuté le 15 février 1943 par un peloton d’exécution, à l’âge de 39 ans, après avoir été arrêté avec des centaines de Juifs à la suite d’un raid sur une usine à Amsterdam l’année précédente. Luza, membre du parti communiste néerlandais et de la Milice du peuple, a rejoint la résistance après l’invasion du pays par les forces allemandes le 10 mai 1940. Il a été accusé d’avoir distribué un journal clandestin interdit et d’avoir encouragé à commettre des sabotages.

« Aujourd’hui, grâce à l’utilisation de la technologie de l’ADN dans le cadre d’une étude de parenté, ses restes ont finalement été identifiés », a déclaré Geert Jonker, chef de l’unité médico-légale du ministère, spécialisée dans l’identification des restes humains, selon l’Agence France-Presse. Selon le communiqué du ministère, l’identité de Luza a été établie après l’identification d’un de ses cousins en Australie.

Le corps de Luza avait été découvert en 1945 dans une tombe avec quatre autres corps, ensevelis dans un champ de tir près de l’aéroport de Schiphol.

Deux de ces corps ont été identifiés peu après comme étant ceux de Theodorus Cramer et Carel Abraham, et un troisième a été identifié il y a dix ans comme étant celui de Nicolaas van der Horst, mais celui de Luza demeurait un mystère jusqu’à cette année.

Deux mois seulement après avoir reçu une lettre d’adieu de Luza avant son exécution, sa femme Clara et sa fille Eva ont été assassinées au camp d’extermination nazi de Sobibor. Le père de Luza, Solomon, et cinq de ses frères et soeurs ont péri dans les camps de la mort d’Auschwitz et Sobibor.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.