Des femmes menacent de boycotter le tournoi d’échecs en Iran
Rechercher

Des femmes menacent de boycotter le tournoi d’échecs en Iran

Les joueuses protestent contre l’obligation de porter un hijab pendant le championnat du monde d'échecs

La championne américain d'échec Nazi Paikidze (Crédit : Capture d'écran YouTube)
La championne américain d'échec Nazi Paikidze (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Certaines des joueuses d’échecs de haut niveau du monde pourraient boycotter les Championnats du monde de 2017, qui se tiendra en Iran, après qu’elles aient appris qu’elles auraient besoin de se couvrir la tête pendant le tournoi.

La Fédération internationale des échecs (FIDE) a été critiquée pour avoir accepté les exigences vestimentaires strictes de l’Iran imposées aux femmes.

La championne américaine Nazi Paikidze a déclaré qu’elle ne serait pas présente, en expliquant au Telegraph qu’ « il est absolument inacceptable d’organiser l’un des plus importants tournois féminins dans un lieu où, à ce jour, les femmes sont obligées de se couvrir avec un hijab ».

Elle a ajouté : « je comprends et je respecte les différences culturelles. Mais le refus de se conformer [à la règle] peut conduire à l’emprisonnement et les droits des femmes sont sévèrement restreints en général ».

L’ancienne championne panaméricaine, Carla Heredia était d’accord avec ces propos et a ajouté « aucune femme ne devrait être contrainte de porter un hijab ».

Le FIDE a, cependant, appelé les joueuses à respecter « les différences culturelles ».

La présidente de l’organisation à la Commission des échecs Chess pour les femmes, Susan Polgar, a déclaré au Telegraph : « J’ai été dans près de 60 pays. Quand j’étais dans des lieux différents avec des cultures différentes, je tenais à montrer mon respect en m’habillant dans leur style traditionnel de vêtements. Personne ne m’a demandé de le faire. Je le faisais par respect ».

Elle a ajouté que toutes les joueuses avec des réserves sur la question pourraient exprimer leurs préoccupations « et nous pouvons les aborder lors de notre prochaine réunion ».

Dans le même temps une joueuse de haut niveau iranienne a exhorté les autres joueuses à ne pas boycotter les jeux.

Mitra Hejazipour a déclaré au Guardian qu’une telle action porterait atteinte à la progression de la conditions des femmes en Iran.

« Cela va être l’un des plus grands événements sportifs que l’Iran n’a jamais vu », a-t-elle fait remarquer. « Ce n’est pas juste d’appeler à un boycott. Ces jeux sont importants pour les femmes en Iran. C’est une occasion pour nous de montrer notre force ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...