Rechercher

Des groupes juifs US condamnent la fac de Berkeley après des mesures anti-sionistes

9 groupes d'étudiants ont signé un règlement interdisant les orateurs qui soutiennent "le sionisme, l'État d'apartheid d'Israël et l'occupation de la Palestine"

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Illustration : Le campus de l'université de Californie, à Berkeley, en Californie, le 11 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu/Dossier)
Illustration : Le campus de l'université de Californie, à Berkeley, en Californie, le 11 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu/Dossier)

Les principaux groupes juifs américains ont condamné lundi la faculté de droit de l’université de Californie, à Berkeley, suite à un tollé provoqué par l’interdiction des orateurs sionistes par des groupes d’étudiants propalestiniens, dernier en date en pleine série de batailles contre l’antisémitisme qui sévit sur les campus américains.

Vingt-six organisations ont déclaré que l’interdiction était une « tentative vicieuse de marginaliser et de stigmatiser la communauté juive, israélienne et pro-israélienne ».

« C’est de l’antisémitisme pur et simple », ont déclaré les signataires, dont le Congrès juif mondial, l’AIPAC, le Centre Louis D. Brandeis pour les droits de l’homme en vertu de la loi et le Centre Simon Wiesenthal. La lettre a été publiée dans le Jewish Journal.

Plus de 150 groupes d’étudiants d’universités américaines ont également signé une lettre ouverte condamnant ce règlement.

Une organisation pro-palestinienne a déclenché la controverse au début de l’année universitaire en août en annonçant un règlement interdisant les orateurs qui soutiennent « le sionisme, l’État d’apartheid d’Israël et l’occupation de la Palestine ».

Neuf groupes d’étudiants ont signé le règlement, dirigé par la section du campus de Students for Justice in Palestine. Il comprend d’autres mesures anti-Israël, notamment un engagement envers le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

L’association des étudiants juifs de l’université a déclaré qu’elle n’avait pas été consultée au sujet de cette décision, qui, selon elle, « aliène de nombreux étudiants juifs de certains groupes sur le campus » et pourrait attiser l’antisémitisme.

La semaine dernière, le Jewish Journal a publié un article d’opinion sur la question intitulé « Berkeley développe des zones sans Juifs », déclenchant une vive controverse.

L’auteur de l’article, Kenneth L. Marcus, est le fondateur du Brandeis Center, une organisation de défense qui a mené une bataille juridique contre l’antisémitisme sur qui sévit sur les campus universitaires.

« L’anti-sionisme est tout simplement de l’antisémitisme. L’utilisation du mot « sioniste » comme remplacer le mot « Juif » n’est rien d’autre qu’un tour de passe-passe », a déclaré Marcus, ancien élève de l’UC-Berkeley. Il a comparé le règlement des étudiants au judenfrei nazi, qui signifie une zone nettoyée de tout Juif.

Illustration : Des étudiants sur le campus de l’université de Californie, à Berkeley, le 29 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Eric Risberg)

L’article a suscité l’attention des médias, de groupes juifs et de personnalités pro-israéliennes. L’Anti-Defamation League a déclaré que ces groupes d’étudiants étaient « antisémites par nature ».

Le doyen de la faculté de droit de l’université de Californie, Erwin Chemerinsky, a répliqué samedi dans une tribune publiée dans The Daily Beast.

Il n’y a pas de « zone sans Juifs » à la faculté de droit de l’UC-Berkeley », a déclaré Chemerinsky, un sioniste juif et progressiste. « Les règles de la faculté de droit sont claires : aucun orateur ne peut être exclu parce qu’il est Juif ou parce qu’il a des opinions spécifiques. »

« Seuls neuf groupes d’étudiants sur les 100 existants ont adopté le règlement, qui est protégé par les droits du premier amendement, et aucun orateur n’a encore été interdit », a-t-il précisé.

Chemerinsky s’est également opposé au règlement pro-palestinien lorsqu’il a été annoncé, affirmant qu’il serait lui-même interdit en vertu de ses dispositions.

L’association Students for Justice in Palestine de l’UC-Berkeley a redoublé d’efforts en réponse à la controverse, déclarant qu’une interdiction des orateurs sionistes « qui sont soit actifs, soit complices des dommages causés aux Palestiniens » était « une action absolument défendable ».

« L’apartheid est un crime contre l’humanité et en tant que leaders étudiants à l’UC-Berkeley, nous pensons que nous sommes dans l’obligation d’agir », a déclaré le groupe.

Des militants anti-Israël et pro-Palestiniens à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Deux dirigeants juifs de l’université ont déclaré dimanche que le règlement anti-sioniste était « un scandale », mais ont précisé qu’il n’y avait pas de zones interdites aux Juifs sur le campus, qualifiant cette idée de « grotesque ».

« Paniquer au sujet de l’anti-sionisme qui sévit sur les campus américains ne sert à rien, si ce n’est à offrir une publicité gratuite aux idées extrémistes et à éroder inutilement le sentiment de sûreté et de sécurité des Juifs dans des endroits où la vie juive est en réalité florissante », ont-ils écrit dans J. The Jewish News of Northern California.

Ils ont souligné que 13 universitaires israéliens donnent des cours sur Israël sur le campus, que le législateur israélien Yossi Shain s’est récemment rendu sur place et que le campus compte de nombreux groupes Habad et Hillel, entre autres organisations juives prospères.

Le tumulte de Berkeley est le dernier d’une série de controverses majeures sur l’antisémitisme qui sévit sur les campus américains.

Des enquêtes fédérales pour antisémitisme sont en cours à l’université du Vermont, à l’université d’État de New York, à New Paltz, à l’université de Californie du Sud et au Brooklyn College.

La City University of New York a été critiquée pour des allégations d’antisémitisme généralisé sur certains de ses campus, y compris par des législateurs juifs de la ville de New York, qui ont demandé à plusieurs reprises que des mesures soient prises pour résoudre ce problème. Le système universitaire a annoncé lundi un million de dollars pour combattre l’antisémitisme.

Une série d’attaques antisémites a frappé les campus américains autour de la fête de Rosh HaShana la semaine dernière.

Une fraternité juive de l’université Rutgers du New Jersey a été attaquée à l’œuf lors du quatrième incident antisémite survenu dans le bâtiment au cours des 18 derniers mois, dont un lors de la journée de commémoration de la Shoah ; des tracts antisémites ont été distribués à l’université du Michigan ; une croix gammée a été gribouillée sur le plafond d’une salle de bains à l’université américaine ; une mezouza a été arrachée de l’entrée d’une résidence universitaire de Stanford ; et une croix gammée a été dessinée sur le campus de l’université d’État de Californie, à Sacramento, pour la troisième fois depuis le début de l’année scolaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...