Des moustiques porteurs du virus du Nil occidental découverts près de Tel Aviv
Rechercher

Des moustiques porteurs du virus du Nil occidental découverts près de Tel Aviv

Les municipalités de la région côtière du Gush Dan ont reçu l'ordre de renforcer la surveillance et de prendre des mesures de lutte contre les parasites

Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)
Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)

Des moustiques porteurs de la fièvre du Nil occidental ont été identifiés pour la première fois cet été dans la région très peuplée du Gush Dan, au centre d’Israël.

Mercredi, le ministère de la Protection de l’environnement a de nouveau averti les personnes contaminées par le nouveau coronavirus d’y porter une attention particulière.

Les municipalités de Tel Aviv et de Ramat Gan ont reçu l’instruction d’intensifier la surveillance et, si nécessaire, d’entreprendre une lutte contre les parasites.

Des insectes malades ont déjà été retrouvés dans le nord du pays dans et autour de la rivière Kishon dans la région du mont Gilboa et dans les communautés de Yotvata, Ketura, Eliphaz et Grofit dans le désert d’Arava dans le sud.

Le fleuve Kishon traverse le parc Kishon près de Haïfa, dans le nord d’Israël (Crédit : Hanay, Wikimedia commons, CC BY-SA 3.0)

La fièvre du Nil occidental est une maladie zoonotique, ce qui signifie qu’elle trouve son origine chez les animaux et se transmet à l’homme. Elle est causée par un virus présent principalement chez les oiseaux, et se transmet à l’homme par les piqûres de moustiques.

Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie.

Dans la plupart des cas, les piqûres provoquent une maladie bénigne, semblable à la grippe, qui disparaît d’elle-même. Les symptômes comprennent de la fièvre, des maux de tête, une faiblesse, des douleurs articulaires et musculaires, une conjonctivite, des éruptions cutanées et parfois des nausées et des diarrhées.

Mais en 2018, trois Israéliens sont morts de la maladie.

L’année dernière, selon les chiffres du ministère de la Santé, 32 cas humains de fièvre du Nil occidental ont été signalés dans 27 localités, des animaux infectés ont été retrouvés dans quatre endroits et des moustiques infectés ont été repérés dans 34 endroits du pays.

Le ministère a établi une liste de mesures à suivre pour réduire l’exposition à la fièvre du Nil occidental.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...