Rechercher

Des pays du Golfe dénoncent un manque d’attention pour les conflits au Moyen-Orient

Le Qatar espère que la crise en Ukraine serve de "signal d'alarme" pour que la communauté internationale s'intéresse au Moyen-Orient "avec le même niveau d'engagement"

Des policiers yéménites inspectent un site où des frappes aériennes menées par l'Arabie saoudite ont visé deux maisons à Sanaa, au Yémen, le 26 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)
Des policiers yéménites inspectent un site où des frappes aériennes menées par l'Arabie saoudite ont visé deux maisons à Sanaa, au Yémen, le 26 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

Pressés par les Occidentaux de montrer plus de solidarité envers l’Ukraine envahie par la Russie, deux pays stratégiques du Golfe, le Qatar et l’Arabie saoudite, ont regretté samedi le manque d’attention portée aux conflits du Moyen-Orient ces dernières décennies.

Riche en hydrocarbure, les pays du Golfe, proches des Occidentaux mais également de la Russie, n’ont pas pris de position ferme contre Moscou sans toutefois soutenir son invasion de l’Ukraine.

Les Européens et les Américains tentent notamment d’obtenir du Qatar, parmi les principaux exportateurs de gaz au monde, et de l’Arabie saoudite, premier pourvoyeur de pétrole brut, d’augmenter leur production, alors que les exportations russes sont inférieures à leur niveau d’avant la guerre en Ukraine.

« La souffrance humanitaire que nous voyons en Ukraine (…) existe dans beaucoup de pays de cette région depuis des années », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al-Thani, pendant une conférence de presse avec le secrétaire d’Etat Antony Blinken après une cérémonie de signature au Département d’Etat à Washington, le 12 novembre 2021. (Crédit : Olivier Douliery/Pool via AP)

« Nous n’avons jamais vu de réponse internationale pour répondre à ces souffrances », a-t-il constaté lors d’une table ronde au Forum de Doha, évoquant « la brutalité contre le peuple syrien, les Palestiniens, les Libyens, les Irakiens, les Afghans ».

Le chef de la diplomatie qatarie a dit espérer que la crise en Ukraine serve de « signal d’alarme » pour que la communauté internationale s’intéresse à la situation au Moyen-Orient « avec le même niveau d’engagement ».

La région est secouée de troubles politiques et de conflits dont certains ont provoqué des drames humanitaires parmi les pires au monde, notamment au Yémen ou en Syrie.

Un discours vidéo du président ukrainien Volodymyr Zelensky a été diffusé durant le Forum de Doha, au cours duquel il a appelé notamment le Qatar à augmenter sa production de gaz. Il a également essayé de toucher l’opinion du Moyen-Orient en comparant la guerre dans son pays à celle de la Syrie, où les Russes soutiennent militairement le régime.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse à l’ouverture du Forum de Doha dans la capitale du Qatar, le 26 mars 2022. (Crédit : AMMAR ABD RABBO / MOFA / FORUM DE DOHA)

Durant ce forum, le ministre des Affaires étrangères saoudien s’est rangé à la position de son homologue qatari.

« L’engagement de la communauté internationale » pour l’Ukraine par rapport à celui qui a été avant pour les pays du Moyen-Orient est « bien différent », a relevé Fayçal ben Farhane.

« Vous devriez avoir un meilleur dialogue avec le reste de la communauté internationale », a-t-il lancé à des responsables américain et européen présents à ses côtés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...