Des prisonniers en échange de l’arrêt des roquettes ?
Rechercher

Des prisonniers en échange de l’arrêt des roquettes ?

D’après un officiel, le Hamas cesserait ses tirs en échange des 56 ex-prisonniers du deal Shalit arrêtés en Cisjordanie

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des Palestiniens accueilllent des prisonniers libérés à la Muqata de Ramallah, mardi 31 décembre 2013 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Des Palestiniens accueilllent des prisonniers libérés à la Muqata de Ramallah, mardi 31 décembre 2013 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le Hamas serait prêt à arrêter les tirs de roquettes sur Israël en échange de la libération de membres arrêtés par l’armée israélienne en Cisjordanie après l’enlèvement des trois adolescents juifs le 12 Juin, a déclaré jeudi un responsable du Hamas de la bande de Gaza.

Dans une conversation avec le Times of Israel, le responsable du Hamas a déclaré que le groupe basé à Gaza cherchait à libérer 56 prisonniers qui avaient déjà été libérés par Israël dans l’accord Gilad Shalit (ce deal incluait des échanges de prisonniers importants), en disant qu’ils n’avaient pas respecté les conditions de leur libération.

« Si vous avez la preuve que les prisonniers ont été impliqués dans des activités terroristes, alors arrêtez- les par tous les moyens ! » a-t-il lâché. « Mais vous appréhendez des personnes qui n’ont aucun lien avec les opérations contre Israël, et vous le savez ».

Israël soutient que le Hamas est derrière l’enlèvement et le meurtre de Naftali Fraenkel, Gil-ad Shaar, et Eyal Yifrach, en Cisjordanie le mois dernier. Certains responsables israéliens estiment qu’ils étaient destinés à servir de monnaie d’échange contre des prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Pour Israël, Amer Abu Aysha et Marwan Kawasme, qui ont été absents de leur domicile depuis le kidnapping, sont derrière les attaques, mais les deux n’ont pas encore été appréhendés. Le Hamas a nié toute implication.

Dans la foulée de l’enlèvement, Israël a lancé une vague de répression contre le Hamas en Cisjordanie, arrêtant des centaines de membres de l’organisation et en menant des raids sur leur infrastructure.

Le responsable du Hamas a également demandé à Israël de respecter les termes du cessez-le-feu de novembre 2012 obtenu à la suite de l’opération Pilier de Défense de l’armée israélienne, et d’ailleurs de cesser immédiatement toute « agression » contre le Hamas dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

Le responsable a affirmé qu’Israël avait violé l’accord de cessez-le-feu de 2012 à de nombreuses reprises, par exemple en interdisant l’entrée des matériaux de construction dans la bande de Gaza

Lorsqu’on lui a demandé si le Hamas accepterait 24 ou 48 heures de cessez-le-feu, le fonctionnaire a déclaré que l’organisation ne savait pas si les conditions étaient remplies. « Mais [un cessez le feu déclaré par Israël] serait le bienvenu », a-t-il déclaré.

Quant à l’ouverture du passage de Rafah, qui avait été bouclé par l’Egypte, le responsable du Hamas a déclaré que son organisation avait entamé des négociations avec les médiateurs égyptiens, mais il a ajouté qu’aucun accord n’avait encore été conclu. Le fonctionnaire a nié que d’autres facteurs internationaux aient été impliqués dans les pourparlers.

Plus tôt dans la journée de jeudi, les forces israéliennes ont visé une base opérationnelle du Hamas dans le nord de Gaza, selon un communiqué de l’armée israélienne. Le terroriste était impliqué dans des tirs de roquettes sur Israël, a fait savoir l’armée.

Jeudi également, trois membres palestiniens du Jihad Islamique ont été tués après que l’armée ait effectué une frappe aérienne sur la voiture dans laquelle ils voyageaient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...