Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Des visites guidées à Vienne pour démystifier le « balcon d’Hitler »

Le monument a été instrumentalisé dans une vidéo controversée récemment diffusée par l'extrême droite, à un an de législatives où le parti FPÖ est donné gagnant

La Neue Burg, qui fait partie du palais de la Hofburg, avec le balcon dit d'Hitler, est photographiée lors de la première des cinq visites guidées spéciales organisées par la Maison de l'histoire autrichienne à la suite d'une vidéo controversée réalisée par l'aile jeunesse du Parti de la liberté (FPOe) d'extrême droite, le 7 septembre 2023. (Crédit : Alex HALADA / AFP)
La Neue Burg, qui fait partie du palais de la Hofburg, avec le balcon dit d'Hitler, est photographiée lors de la première des cinq visites guidées spéciales organisées par la Maison de l'histoire autrichienne à la suite d'une vidéo controversée réalisée par l'aile jeunesse du Parti de la liberté (FPOe) d'extrême droite, le 7 septembre 2023. (Crédit : Alex HALADA / AFP)

On l’aperçoit depuis une porte-fenêtre mais il est interdit d’y pénétrer : des visites guidées permettent d’avoir un aperçu du fameux balcon du palais impérial de Vienne, d’où Adolf Hitler avait célébré l’Anschluss de son pays natal.

Quatre-vingt-cinq ans après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie, en mars 1938, la Maison de l’histoire d’Autriche (HDGÖ) organise une série de séances pour « dissiper l’aura » entourant cette vaste terrasse flanquée de colonnes néoclassiques.

Elle a pris cette décision après l’apparition du monument dans une vidéo controversée récemment diffusée par l’extrême droite, à un an de législatives où le parti FPÖ est donné gagnant.

« Nous avons remarqué un besoin, une curiosité de la société », explique à l’AFP la directrice du musée Monika Sommer, se félicitant du « vif intérêt » suscité par cette initiative.

Elle évoque aussi « la nécessité d’éduquer » le public face à la multiplication des « fausses informations » sur Internet.

Parmi les 35 participants à la première visite jeudi, Regina Steiner, enseignante de 59 ans, confirme l’importance de « sensibiliser davantage les jeunes » au fait que « des événements terribles se sont produits en Autriche » et que l’histoire peut « malheureusement se répéter ».

Des masses autrichiennes accueillant joyeusement le cortège d’Hitler alors qu’il entre dans le centre de Vienne après l’Anschluss, en mars 1938. (Crédit : Bundesarchiv bild)

Elle espérait pouvoir fouler le balcon mais les visiteurs ont trouvé porte close. Il est officiellement interdit d’accès pour des raisons de sécurité, notamment du fait de la faible hauteur de la balustrade.

Egalement déçu, Markus Mitterhuber, un comédien de théâtre de 56 ans, appelle à avoir une discussion ouverte, « sans tabou ».

« Nous devrions oser aborder ce lieu autrement. Le rendre accessible au public, par exemple sous la forme de visites, ce qui pourrait contribuer à sa désacralisation », abonde Mme Sommer.

La Maison de l’histoire plaide depuis des années pour une ouverture de la terrasse, et avait lancé en 2019 un concours à idées.

 

Un mur d’information dans le Neue Burg, qui fait partie du palais de la Hofburg, donne des informations sur ce que l’on appelle le balcon d’Hitler, lors de la première des cinq visites guidées spéciales organisées par la Maison de l’histoire autrichienne à la suite d’une vidéo controversée réalisée par l’aile jeunesse du Parti de la liberté (FPOe) d’extrême droite, le 7 septembre 2023. (Crédit : Alex HALADA / AFP)

Seule une poignée de personnes ont pu y accéder, dont des rescapés des camps comme l’écrivain juif et prix Nobel de la paix Elie Wiesel en 1992. Des privilégiés ont aussi eu le droit d’y organiser un réveillon pour célébrer le passage à l’an 2000.

Comme l’écrivait par le passé le HDGÖ, ce balcon reste « comme un doigt dans une plaie toujours ouverte ».

L’Autriche a longtemps refoulé sa responsabilité en se présentant comme « la première victime du nazisme ». Ce n’est qu’au milieu des années 1980 qu’un regard critique a commencé à s’exercer.

Le pays alpin, dont une grande partie de la population avait réservé à Hitler un accueil triomphal, avait fourni un important contingent de cadres et de soldats au régime nazi et participé activement à la Shoah.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.