Détention prolongée pour Ahed Tamimi
Rechercher

Détention prolongée pour Ahed Tamimi

Le tribunal militaire estime que la possibilité que l'adolescente provocatrice entrave l'enquête justifie sa détention

Ahed Tamimi au tribunal militaire d'Ofer le 20 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Ahed Tamimi au tribunal militaire d'Ofer le 20 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Un tribunal militaire israélien a décidé mercredi de maintenir en détention une Palestinienne très médiatique apparaissant dans une vidéo virale filmée en Cisjordanie où elle frappe des soldats qu’elle provoque à maintes reprises, ont indiqué à l’AFP deux proches du dossier.

Le tribunal militaire a prolongé jusqu’au 25 décembre la détention d’Ahed Tamimi, 17 ans, a dit son père Bassem, activiste anti-israélien connu.

Ahed Tamimi est l’une des protagonistes d’une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux et des médias.

Les images tournées vendredi à Nabi Saleh, apparemment avec un téléphone portable, montrent Ahed Tamimi et sa cousine s’approcher de deux soldats israéliens appuyés sur un muret, les bousculer, puis leur donner des coups de pied et de poing et des gifles.

Les soldats demeurent impassibles avant de s’éloigner.

Ahed Tamimi, la plus agressive de la vidéo, a été arrêtée mardi avant l’aube. Sa cousine, Nour Naji Tamimi, 21 ans, l’a été à son tour mercredi, selon des habitants.

La mère d’Ahed Tamimi, Nariman Tamimi, également présente lors de l’incident, avait aussi été arrêtée mardi.

La mère et la cousine sont convoquées à leur tour devant le tribunal militaire jeudi, a dit à l’AFP Naji Tamimi, le père de Nour Naji Tamimi et chef du conseil du village de Nabi Saleh.

Gaby Lasky, avocate de Ahed Tamimi, âgée de 17 ans, avec le père de Tamimi, Bassem, devant le tribunal militaire d’Ofer le 20 décembre 2017 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Naji Tamimi a indiqué que la vidéo avait été tournée devant la maison de Bassem Tamimi, alors qu’avaient lieu des affrontements avec les soldats israéliens en raison de la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Les soldats israéliens se seraient postés au coin de différentes maisons et auraient tiré sur les lanceurs de pierres, a-t-il dit.

Un membre de la famille Tamimi aurait été touché à la tête vendredi par une balle en caoutchouc tirée par des soldats israéliens lors des manifestations, a indiqué la famille.

Ahed Tamimi : une jeune entreprise de manipulation

Le conflit israélo-palestinien a généré de très nombreuses images et vidéos controversées, – très souvent – mal interprétées, car diffusées de façon biaisée.

Du côté palestinien, en l’occurrence les images de l’arrestation d’Ahed Tamimi sont allées abonder l’iconographie illustrant les abus de l’armée. Côté israélien, les deux soldats ont été généralement félicités pour avoir su rester impassibles.

Néanmoins, de nombreux internautes et certaines personnalités se sont demandé si les Palestiniennes n’auraient pas dû être arrêtées sur le champ, et si les soldats étaient à ce point préoccupés de l’image de l’armée qu’ils acceptaient une humiliation sans réagir.

Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a affirmé qu’Ahed Tamimi était passible de sept ans de prison.

Naftali Bennett, ministre de l’Education et président du parti HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 26 juillet 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...