Deux sites de missiles du Hezbollah supplémentaires révélés par l’armée
Rechercher

Deux sites de missiles du Hezbollah supplémentaires révélés par l’armée

Netanyahu en avait déjà identifié un devant l'ONU ; ces révélations semblent être une tentative visant à semer la discorde entre le groupe terroriste et le peuple libanais

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le site d'un dépôt d'armes présumé du Hezbollah situé à proximité d'une mosquée dans le quartier Chouaifet à Beyrouth, dont l'existence a été révélée par l'armée israélienne, le 29 septembre 2020 (Crédit : Armée israélienne)
Le site d'un dépôt d'armes présumé du Hezbollah situé à proximité d'une mosquée dans le quartier Chouaifet à Beyrouth, dont l'existence a été révélée par l'armée israélienne, le 29 septembre 2020 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a identifié deux sites où seraient entreposés des missiles à Beyrouth dans la soirée de mardi. Cette révélation vient s’ajouter à celle de l’existence d’un dépôt d’armes par le Premier ministre Benjamin Netanyahu – une annonce qu’il avait faite lors de son discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations unies, plus tôt dans la soirée.

Selon Tsahal, ces trois sites sont liés au projet mené par le groupe terroriste visant à convertir son arsenal massif de roquettes en missiles de haute-précision, qui représentent un défi bien plus important pour les systèmes de défense aérienne israéliennes et qui pourraient potentiellement changer la donne dans le conflit opposant l’Etat juif à cette milice soutenue par l’Iran.

Israël a menacé de manière répétée d’agir pour empêcher le Hezbollah de mener ce projet dit « de précision ». Le Hezbollah a nié, mardi, les informations transmises sur l’existence des structures concernées, emmenant des journalistes en visite sur les sites pour tenter de réfuter les allégations israéliennes.

L’armée israélienne, répondant apparemment à cette velléité du groupe terroriste d’emmener les journalistes sur les sites mis en cause, a posté sur Twitter les coordonnées GPS des lieux concernés, disant que les médias devaient tenté de s’y rendre « avant que les camions de déménagement du leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, n’y arrivent eux-mêmes ».

Selon les militaires, l’un des sites est une structure souterraine qui a été construite sous un immeuble de sept étages accueillant les appartements de 70 familles, à l’est de l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth. Une église est située à proximité, en plus d’un hôpital.

La localisation d’un dépôt d’armes présumé du Hezbollah à proximité d’une église et d’un centre médical dans le quartier Laylaki de Beyrouth, dont l’existence a été révélée par l’armée israélienne, le 29 septembre 2020 (Crédit : Armée israélienne)

Le second site est également une structure souterraine creusée sous un complexe de bâtiments résidentiels où vivraient environ 50 familles. Selon l’armée, cette usine de production de missiles se trouve à approximativement 90 mètres d’une mosquée.

L’identification de ces sites par les militaires a été rendue publique à peu près une demi-heure après le discours prononcé par Benjamin Netanyahu devant l’Assemblée générale des Nations unies, au cours duquel il a annoncé qu’Israël avait découvert un dépôt d’armes secret situé dans le quartier Janah de la capitale libanaise, au nord de l’aéroport.

Ce site se situe à quelques centaines de mètres d’entrepôts similaires dont Netanyahu avait révélé l’existence pendant un discours à l’ONU, en 2018. A l’époque également, le Hezbollah avait démenti les informations israéliennes.

Peu après le discours de Netanyahu, le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé qu’il ouvrirait le site de Janah à l’intention des journalistes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu montre ce qui est, selon lui, l’entrée d’un dépôt d’armements clandestin installé à côté d’une station-service dans le quartier Janah de Beyrouth, au Liban, lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 29 septembre 2020 (Capture d’écran : ONU)

Les journalistes libanais et étrangers qui ont visité le secteur, dans la soirée de mardi, ont indiqué qu’ils n’avaient trouvé aucune pièce de missiles, même si leurs déplacements dans la zone ont été lourdement restreints par des cadres du Hezbollah.

Le site d’un dépôt d’armes présumé du Hezbollah situé à proximité d’une mosquée dans le quartier Chouaifet à Beyrouth, dont l’existence a été révélée par l’armée israélienne, le 29 septembre 2020 (Crédit : Armée israélienne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...