Elor Azaria se tourne vers le chef de l’armée en lui réclamant la clémence
Rechercher

Elor Azaria se tourne vers le chef de l’armée en lui réclamant la clémence

Le soldat qui a tiré sur un terroriste palestinien désarmé n'a pas fait preuve de regret ou de remords dans son écrit

Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’ancien soldat de l’armée israélienne condamné à 18 mois de prison pour avoir tué un attaquant palestinien en mars 2016 à l’aide d’une arme à feu, réclame aujourd’hui la clémence.

Elor Azaria, qui a perdu son appel contre une condamnation pour homicide involontaire au début de la semaine, a écrit dans une lettre adressée au chef d’état major, le général de division Gadi Eizenkot, qu’il a renoncé à se tourner vers la Cour suprême.

Il demande dans son courrier au chef d’Etat major de faire preuve de clémence en transformant sa peine à 18 mois d’incarcération en service communautaire.

« Si j’avais vu que le terroriste ne transportait pas de bombe, je ne lui aurais pas tiré dessus », écrit encore Azaria.

Le tribunal militaire de Jaffa comme la cour d’appel ont jugé qu’Azaria n’avait pas ouvert le feu par crainte d’une bombe mais par colère envers l’attaquant au couteau palestinien qui venait juste de blesser un autre militaire.

Le soldat qui a tiré sur un terroriste palestinien désarmé n’a pas fait preuve de regret ou de remords dans son écrit. Or, des sources dans l’armée ont indiqué cette semaine que cela serait nécessaire pour envisager l’octroi éventuel d’une grâce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...