Emmanuel Petit explique 16 ans après son refus de jouer en Israël
Rechercher

Emmanuel Petit explique 16 ans après son refus de jouer en Israël

Vilipendé par la presse anglaise l'ancien Bleu est revenu, au lendemain de l'attaque du bus du Borussia Dortmund, sur cet épisode dont il garde un souvenir amer

Sur  SFR TV Emmanuel Petit revient sur  sonrefus, en 2001, de jouer en Israël (Crédit:capture d'écran Youtube/SFR TV)
Sur SFR TV Emmanuel Petit revient sur sonrefus, en 2001, de jouer en Israël (Crédit:capture d'écran Youtube/SFR TV)

En 2001, Emmanuel Petit, évoluant alors dans le club de football de Chelsea refuse de disputer un match de la Coupe UEFA contre l’Hapoel Tel-Aviv en Israël.

Vilipendé par la presse anglaise l’ancien Bleu est revenu, au lendemain de l’attaque du bus du Borussia Dortmund, sur cet épisode dont il garde un souvenir amer.

« Ça intervenait tout de suite après la tragédie du World Trade Center, s’explique-t-il sur SFR-TV, repris par Télé-Loisir (…). On a fait un vote dans le vestiaire. La première fois, où, de façon unanime, tout le monde n’était pas contre de jouer le match, mais de le jouer sur un terrain neutre. Comment tu peux expliquer aux joueurs que tu vas jouer un match de foot dans un pays qui était en guerre, où un [Premier] ministre avait été tué d’une balle dans la tête [Yitzhak Rabin-Ndlr], où un avion avait été atteint par un missile [en octobre 2001 un missile ukrainien abat par erreur un avion russe transportant une majorité d’Israéliens-Ndlr] ? ».

Mais, en Angleterre c’est la levée de boucliers, et Petit devient la cible des tabloïds.

Selon l’analyse d’Emmanuel Petit, « historiquement, l’Angleterre a un passé, comme une sorte de culpabilité avec Israël ». Quoiqu’il en soit au deuxième vote, il est mis en minorité, et désigné comme « l’instigateur, le traître, la lâche ».

« Pour moi, ce n’était pas une décision politique, c’était du bon sens. J’ai été jeté en pâture. À aucun moment, le club n’a pris ma défense, les joueurs pareil, les supporters pareil ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...