Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

En Israël pour deux concerts, Matisyahu salue « le sentiment d’unité »

Suite aux récentes expériences antisémites aux Etats-Unis, le chanteur se produira à Jérusalem et à Tel Aviv, avec des invités dont son fils Laivy et les chanteurs Omri Glikman et Jimbo J

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Le chanteur Matisyahu se produira les 2 et 3 avril 2024 à Jérusalem et Tel Aviv. (Crédit : Autorisation)
Le chanteur Matisyahu se produira les 2 et 3 avril 2024 à Jérusalem et Tel Aviv. (Crédit : Autorisation)

Alors que des manifestants ont afflué à Jérusalem cette semaine pour quatre jours de protestations contre le gouvernement, d’autres ont posté des selfies avec le chanteur américain Matisyahu, qui se trouve en Israël pour deux représentations – à Jérusalem mardi et à Tel Aviv mercredi.

Sur chaque photo, Matisyahu, souvent connu sous le nom de « Matis », arbore un large sourire, un tee-shirt vert menthe sur lequel figure un grand « Haï » doré et un médaillon de solidarité avec les otages « Bring Them Home ».

« Je suis de retour maintenant, et j’ai l’impression que c’est la fin d’un cycle », a déclaré le chanteur au Times of Israel lors d’un soundcheck lundi après-midi.

Ces derniers mois ont été difficiles pour le rappeur anciennement ultra-orthodoxe, qui s’est rendu en Israël pour la dernière fois en janvier afin d’assister aux scènes de la dévastation du 7 octobre.

À l’époque, il s’était produit devant presque tous ceux qui le demandaient, y compris des soldats en service, des personnes évacuées du nord et du sud, et des blessés, tout en publiant l’événement sur les réseaux sociaux.

De retour aux États-Unis, deux concerts de Matisyahu en février ont été annulés – l’un à Tucson, en Arizona, et l’autre à Santa Fe, au Nouveau-Mexique – la direction des salles ayant déclaré qu’elle ne pouvait pas garantir la sécurité en raison des manifestations anti-Israël prévues à l’extérieur des concerts.

Le chanteur Matisyahu se produira les 2 et 3 avril 2024 à Jérusalem et Tel Aviv. (Crédit : Autorisation)

Selon Matisyahu, c’est le personnel et les équipes des salles de concert qui n’ont pas voulu travailler lors de ces concerts.

Début mars, une de ses représentations à Chicago a également été annulée en raison de la menace de manifestations.

Matisyahu a écrit sur Instagram que si ses fans et lui-même avaient été affectés par ces incidents, ils n’allaient pas « céder à ces brutes et à la pression qu’elles exercent ».

Aujourd’hui, de retour en Israël, Matisyahu a déclaré : « Je ne vais pas mentir, ça fait du bien de ressentir l’amour. C’est merveilleux. »

Le chanteur, âgé de 44 ans, qui a passé une partie de sa vie d’adulte en tant que Juif ultra-orthodoxe et qui vit actuellement dans le comté de Rockland, dans l’État de New York, une région à forte population haredi, a déclaré que l’antisémitisme dont il a été victime après des années passées à voyager aux États-Unis et à jouer dans de petites villes l’a fait se sentir « très isolé, et un peu bizarre, pour être honnête ».

Mais en arrivant en Israël après ces expériences, il s’est senti « incroyable », a déclaré Matisyahu. « Je me suis senti accueilli et chez moi. »

Matisyahu sera sur scène mardi soir au Zappa Club de Jérusalem, puis mercredi au Zappa Ganei Yehoshua à Tel Aviv, pour des spectacles de 90 minutes produits par Zappa Productions avec 2b Vibes de l’organisateur Carmi Wurtman.

Il interprétera des succès tels que « King Without a Crown », « One Day » et « Jerusalem », ainsi que de nouvelles chansons de son prochain album. Les invités spéciaux Omri Glikman de Hatikva 6 et le rappeur Jimbo J interpréteront chacun deux chansons avec Matisyahu lors du concert de Tel Aviv.

Le fils de Matisyahu, Laivy Miller, 19 ans, qui vit actuellement en Israël, assurera la première partie de chaque spectacle.

Matisyahu se réjouit à l’idée d’un sentiment de communauté, de spiritualité, d’unité, d’amour et de connexion.

« C’est toujours ma vision, mais je n’ai pas d’attentes, et j’ai appris dans la vie à laisser les choses se faire organiquement », a expliqué Matisyahu. « Les Israéliens ne savent pas toujours quoi penser de moi, ils se demandent qui est ce type, mais ils ont réagi à mes chansons au fil des ans. »

Il s’agit d’un voyage différent de celui du mois de janvier, qui ressemblait davantage à une mission, a noté Matisyahu. À l’époque, il voulait témoigner personnellement de la dévastation causée par les terroristes palestiniens du Hamas dans les communautés des kibboutzim du sud et lors du festival de musique Supernova dans le désert.

« J’ai rassemblé toutes les informations, l’inspiration et l’espoir et je les ai diffusés dans le monde », a-t-il déclaré.

Il a utilisé les images recueillies lors de cette visite pour le clip de sa dernière chanson, « Ascent », sortie la semaine dernière mais écrite après les remarques antisémites formulées par Kanye West l’année dernière. Elle contient également des images du 7 octobre, notamment des vidéos des enlèvements de Noa Argamani et de Shiri Bibas avec ses enfants Ariel, âgé de 4 ans, et Kfir, âgé de 8 mois à l’époque.

« Vous êtes toujours captifs du poison qui vous entoure, votre cerveau est infecté, personne n’est à blâmer à part le Juif. Êtes-vous fous, ce n’est pas nouveau », chante Matisyahu dans « Ascent ».

Le titre de la chanson fait référence aux Psaumes d’ascension de la Bible.
Matisyahu a déclaré qu’il avait écrit la chanson sans beaucoup d’incitations, de révisions ou d’analyses.

« Je voulais incorporer toutes les choses que je voyais et faire le lien avec le 7 octobre, l’Allemagne nazie et l’antisémitisme », a-t-il expliqué. « Je voulais sortir cette chanson tout de suite parce que je la trouvais très puissante et qu’elle était profondément liée à ce que nous vivons en tant que peuple, et puis le 7 octobre est arrivé. »

Lors de son voyage en janvier, Matisyahu a posté des vidéos sur Instagram où il se produit devant un cercle intime de soldats Golani, leur souhaitant bonne chance alors qu’ils se dirigent vers le nord. Il a tagué leur compagnie et a commenté : « C’était un honneur de respirer le même air que vous ce soir. »

Certains fans américains du chanteur ont réagi en lui disant de ne jamais revenir dans leurs villes aux États-Unis, et qu’ils empêcheraient son spectacle de se dérouler s’il décidait tout de même de le faire.

Le chanteur Matisyahur ecevant un prix du ministère des Affaires de la Diaspora pour son travail depuis le 7 octobre, en compagnie de l’acteur Michael Rappaport, de la rédactrice de discours Aviva Klompas et de l’influenceur de l’actualité pro-Israël Stefan Tompson, le 31 mars 2024. (Crédit : Midnight Infinity Photography / Matan Harush)

Dimanche, Matisyahu a reçu un prix du ministère des Affaires de la Diaspora, remis par le ministre Amichaï Chikli, pour son travail en faveur d’Israël et du peuple juif depuis le début de la guerre. L’acteur Michael Rappaport, la rédactrice de discours Aviva Klompas et l’influenceur pro-Israël Stefan Tompson ont également été récompensés.

Il y a quelque chose dans le fait d’être de retour en Israël, a déclaré Matisyahu, malgré les manifestations qui se déroulent devant la Knesset et qui témoignent des divisions de la société israélienne, de la prise d’otages et de la guerre en cours.

« Il y a toujours un sentiment d’unité, nous sommes dans le même bateau », a-t-il déclaré.

« C’est ce sentiment d’être connecté. Comme lorsque vous montez dans l’avion, sur El Al, vous êtes entre Juifs. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.