En Pologne, le chef de l’armée israélienne donne du sens au « Plus jamais »
Rechercher

En Pologne, le chef de l’armée israélienne donne du sens au « Plus jamais »

Gadi Eisenkot marche aux côtés du président Rivlin, des officiels de haut rang dans la Marche des Vivants à Auschwitz

Le chef d'état-major, Gadi Eizenkot, consulte une liste imprimée de toutes les victimes identifiées de l'Holocauste au camp de concentration d'Auschwitz en Pologne le 12 avril 2018. (Crédit : armée israélienne)
Le chef d'état-major, Gadi Eizenkot, consulte une liste imprimée de toutes les victimes identifiées de l'Holocauste au camp de concentration d'Auschwitz en Pologne le 12 avril 2018. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne donne un sens à l’expression « Plus jamais », a déclaré le chef de Tsahal Gadi Eizenkot en Pologne jeudi, s’exprimant juste avant la cérémonie marquant le Jour de Souvenir de l’Holocauste au camp d’extermination de Birkenau.

« La chose la plus importante est d’assurer l’existence de l’état pour l’avenir », a-t-il déclaré.

Eizenkot a voyagé en Pologne avec le président Reuven Rivlin, aux côtés d’autres chefs des services de sécurité d’Israël — le Mossad, le Shin Bet et la police israélienne — pour la Marche des Vivants.

Avec plus de 12 000 personnes de 40 pays, la délégation a marché les 3,2 km depuis le camp de concentration d’Auschwitz vers Birkenau, qui abritait les chambres à gaz et les fours crématoires.

Avant la cérémonie, Eizsenkot a parlé à trois survivants de l’Holocauste, 20 officiers de Tsahal et des ONG qui faisaient partie de la délégation de l’armée, déclarant que leur visite « constitue un exemple de l’expression ‘de l’Holocauste à la résurrection’ ».

« Cela constitue un exemple de la puissance qui a permis à l’Etat d’Israël de partir de l’Holocauste à la résurrection et de former une nation, une armée avec la capacité de donner un sens fort et réel à l’expression ‘Plus jamais’ », a-t-il ajouté.

C’était la deuxième fois qu’Eizenkot participait à la marche.

« Une semaine avant le 70ème Jour de l’Indépendance d’Israël, c’est une expérience émotionnellement très forte de revenir en Pologne en tant que chef de l’armée, conduisant la délégation de Tsahal », a-t-il dit.
Le chef de l’armée a fait ses remarques sur la piste de l’aéroport peu après son atterrissage en Pologne jeudi, à l’approche de la participation à la marche.

Les Nazis y ont tué environ 1,1 million de personnes, principalement des Juifs, mais aussi des Russes, des Romes, des Polonais et des membres d’autres nationalités.

Le Jour de Souvenir de l’Holocauste est marqué chaque année par Israël et les Juifs dans le monde le 27ème jour du mois juif de Nisan. Cela tombe exactement une semaine avant le Jour de l’Indépendance d’Israël, le cinquième jour du mois juif de Iyar.

Il y avait des spéculations qu’Eizenkot pourrait se retirer du voyage prévu au vu de la situation sécurtaire à la frontière nord, après une frappe aérienne sur une base de l’armée de l’air syrienne lundi qui a été attribuée à l’armée israélienne.

La frappe menée tôt lundi matin aurait tué 14 personnes. Des médias iraniens semi-officiels ont annoncé qu’au moins sept membres de l’armée iranienne étaient parmi les morts.

La Syrie, la Russie et l’Iran ont tous déclaré qu’Israël était derrière l’attaque. Des officiels américains anonymes ont également affirmé qu’Israël avait mené l’action, déclarant aux journalistes locaux que leurs homologues israéliens les avaient prévenus à l’avance.

Israël a refusé de commenter le sujet, s’en tenant à sa politique d’ambiguïté concernant les frappes aériennes de dehors de ses frontières.

Jeudi, l’officier de liaison du Guide Suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei, auprès de la force d’élite Quds de Corps des Gardiens de la Révolution iranienne a menacé que si « Israël veut survivre quelques jours de plus, il doit arrêter ce jeu puéril ».

« L’Iran a la capacité de détruire Israël et ayant l’excuse, Tel Aviv et Haïfa seront rasées », a déclaré Ali Shirazi, selon l’agence de presse iranienne de Fars.

Des officiels israéliens ne semblaient pas prendre à la légère la menace de représailles — soit par l’Iran, ou son allié, le groupe terroriste du Hezbollah — et l’armée d’Israël a été placée en alerte maximale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...