Entretien téléphonique entre Macron et Poutine sur la Syrie et l’Ukraine
Rechercher

Entretien téléphonique entre Macron et Poutine sur la Syrie et l’Ukraine

Le président français a exposé à son homologue les "priorités" de la France en Syrie, dont la poursuite de la lutte contre l'Etat islamique

Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et son homologue russe Vladimir Poutine au château de Versailles, le 29 mai 2017 (Crédit : François Mori/Pool/AFP)
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et son homologue russe Vladimir Poutine au château de Versailles, le 29 mai 2017 (Crédit : François Mori/Pool/AFP)

Le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine ont évoqué par téléphone la situation « très dégradée » en Syrie et le conflit en Ukraine, ont annoncé samedi la présidence française et le Kremlin.

M. Macron a exposé à son homologue les « priorités » de la France en Syrie, dont la poursuite de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), et « la protection des civils et l’accès complet, sûr et sans entraves de l’aide humanitaire », a précisé l’Elysée dans un communiqué.

Selon la présidence française, « le mécanisme de coordination franco-russe sur la Syrie doit permettre d’avancer dans cette direction, avec l’ensemble des acteurs concernés ».

« En Syrie, la situation reste très dégradée, avec des risques importants pour la sécurité régionale et internationale », estime l’Elysée.

De son côté, le Kremlin a indiqué dans un communiqué que le président russe avait transmis à son homologue des « informations sur la préparation par des combattants armés de provocations utilisant des substances chimiques toxiques » dans la province syrienne d’Idleb (nord-ouest), seule région syrienne toujours aux mains des rebelles.

Selon le Kremlin, Vladimir Poutine a également informé Emmanuel Macron des « ententes » convenues jeudi lors d’un sommet en Russie entre les présidents russe, iranien et turc pour faire avancer le processus de paix.

Outre la protection des civils, le président français a lui affirmé comme priorité « la poursuite à son terme de la lutte contre Daech (EI) menée par la coalition internationale et ses alliés sur le terrain, et la lutte contre les groupes terroristes désignés par le Conseil de Sécurité des Nations unies », ajoute l’Elysée.

Autre priorité : « la recherche d’une solution politique négociée, sous l’égide des Nations unies, seule à même de permettre une victoire durable contre Daech, la stabilité et le retour des réfugiés dans leur pays ».

M. Macron a insisté « à cet égard sur les efforts nécessaires pour permettre la réforme constitutionnelle et la tenue d’élections libres et crédibles, sous la supervision des Nations unies ».

Une alliance arabo-kurde et la coalition internationale antijihadiste menée par les Etats-Unis qui les appuie sont en passe de faire tomber, dans l’est de la Syrie, le dernier lambeau de « califat » établi par le groupe jihadiste Etat islamique.

Mais la présence de nombreux civils ralentit leur progression, ont-ils reconnu samedi, alors que le président américain Donald Trump promettait la veille des annonces imminentes sur la fin du « califat ».

Selon le Kremlin, les dirigeants français et russe ont également évoqué la situation en Ukraine, Vladimir Poutine attirant l’attention sur « une campagne anti-russe lancée par Kiev dans le contexte de l’élection présidentielle de mars » en Ukraine.

« L’action de la partie ukrainienne, notamment sa décision de ne pas autoriser des observateurs russes lors de l’élection, ainsi que le refus de mettre en place des bureaux de vote en Russie, s’opposent aux normes démocratiques » de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), poursuit Kremlin.

Les relations entre l’Ukraine et la Russie traversent une crise sans précédent depuis cinq ans après l’annexion de la Crimée par Moscou et l’éclatement d’un conflit meurtrier entre Kiev et des séparatistes pro-russes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...