Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

Envoyé américain : Les Gazaouis du sud doivent rentrer chez eux « dès que possible »

Washington fait de plus en plus pression sur Israël pour qu'il n'étende pas ses opérations dans le sud de Gaza sans un plan préalable de protection pour les civils déplacés

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

David Satterfield à l'université Rice de Houston, Texas, le 3 octobre 2023. (Crédit : Michael Wyke/AP)
David Satterfield à l'université Rice de Houston, Texas, le 3 octobre 2023. (Crédit : Michael Wyke/AP)

Alors qu’Israël se prépare à un cessez-le-feu de plusieurs jours à Gaza, mais aussi à la poursuite de son offensive terrestre dès la fin de la trêve, des responsables américains ont précisé ces derniers jours leurs attentes à l’égard de Jérusalem concernant la poursuite de la campagne.

Mercredi, l’envoyé de l’administration Biden pour la situation humanitaire à Gaza, David Satterfield, a déclaré que les Palestiniens du nord de Gaza qui ont fui vers le sud sur directive de Tsahal « devaient être autorisés à retourner chez eux dans le nord dès que possible ».

Mardi, un haut responsable israélien informant les journalistes au sujet de l’accord sur les otages récemment signé a souligné que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait bloqué l’inclusion d’une clause qui aurait permis aux Palestiniens évacués vers le sud de retourner dans le nord, où Tsahal envisage toujours de continuer à opérer après l’expiration du cessez-le-feu de plusieurs jours.

Par ailleurs, il risque d’être difficile pour beaucoup de ceux qui ont fui vers le sud de revenir une fois les combats terminés, car la majeure partie de la région a été détruite par la guerre.

Dans une interview avec la chaîne de télévision libanaise al-Jadeed, Satterfield a réitéré la position américaine contre le déplacement des Palestiniens, qui va également à l’encontre d’un nombre croissant de propositions récentes de législateurs israéliens de droite et même centristes appelant à ce que les pays du monde entier accueillent les habitants de Gaza et promeuvent leur réinstallation volontaire.

Satterfield a précisé que les États-Unis « voulaient voir Israël réussir sa campagne » et a mis en garde le groupe terroriste du Hezbollah au Liban contre la poursuite des tirs de missiles sur Israël s’il voulait éviter une escalade.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a réitéré cette semaine l’opposition de l’administration Biden à ce qu’Israël étende son incursion militaire dans le sud de Gaza à moins que l’armée ne démontre comment elle protégera les civils palestiniens auxquels elle a ordonné d’évacuer vers cette région depuis le nord.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s’exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Kirby a déclaré lors d’un point presse qu’Israël devait avoir « un plan clairement articulé sur la manière dont il va protéger la vie des centaines de milliers de personnes qui sont arrivés là parce que les Israéliens leur ont demandé de partir. Il y a une obligation pour [Israël] d’en tenir compte dans sa planification ».

Les responsables américains ont fait valoir ce point publiquement depuis dimanche après avoir exhorté en privé Israël à limiter les frappes dans le sud de Gaza pendant des semaines, a déclaré un responsable américain au Times of Israel.

Les propos de Kirby font écho à ceux du porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller, qui a déclaré lundi : « Nous craignons que la concentration de tous les civils dans une seule zone ne les rende vulnérables aux dommages, et nous essayons de résoudre ce problème avec le gouvernement israélien. »

Des Palestiniens fuyant vers le sud de la bande de Gaza dans la rue Salah al-Din à Bureij, dans la bande de Gaza, le 11 novembre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)

Miller a également réitéré l’objection de l’administration Biden à l’affirmation du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle Tsahal conserverait la responsabilité de la sécurité de la bande de Gaza après la guerre. Il a toutefois reconnu la nécessité d’une certaine présence de Tsahal à Gaza pendant une brève période après la guerre.

« Nous comprenons que l’armée israélienne ne va pas… simplement disparaître du jour au lendemain [après la guerre]. Il va falloir qu’il y ait une sorte de période de transition pour qu’il n’y ait pas de vide sécuritaire à Gaza. Nous travaillerons avec des partenaires de la région pour déterminer à quoi ressemblera cette période de transition », a déclaré Miller.

Les États-Unis s’efforcent de rallier les agences internationales et leurs alliés arabes pour les aider à gérer la sécurité de Gaza pendant une période de transition avant qu’une Autorité palestinienne « revitalisée » puisse reprendre le pouvoir sur la bande de Gaza, mais Washington a jusqu’à présent dû faire face à une résistance de la part des gouvernements régionaux.

Des Palestiniens cherchent des survivants dans les décombres d’un bâtiment manifestement détruit suite à un bombardement israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 novembre 2023. (Crédit : Mahmoud HAMS / AFP)

Interrogé lundi sur ce que voulait dire le président américain Joe Biden lorsqu’il a parlé d’une AP « revitalisée », Kirby a répondu : « Mais ce à quoi il faisait référence, c’est une Autorité palestinienne qui a la crédibilité, la légitimité, l’autorité et le soutien de tous les Palestiniens, afin qu’ils puissent contribuer efficacement à la gouvernance post-conflit, en particulier à Gaza. »

Satterfield a également déclaré mardi qu’Israël avait répondu à une demande américaine de créer un « mécanisme de résolution des conflits » pour mieux garantir la protection des travailleurs humanitaires pendant les frappes continues de Tsahal à Gaza.

« Nous avons fait comprendre à Israël qu’il fallait faire davantage. Qu’il fallait un mécanisme unique, coordonné et fonctionnel, de résolution des conflits. Cela se produit dans d’autres zones de conflit et cela doit se produire maintenant », a déclaré David Satterfield lors d’un webinaire organisé par le site d’information Al-Monitor.

« Israël a pris ces mesures et je crois que le mécanisme de déconfliction entrera en action très prochainement. Il est tragique qu’il ait dû y avoir des morts avant que cela ne soit fait, mais l’important est qu’Israël reconnaisse ce besoin et soit actif », a dit Satterfield.

Des soldats de Tsahal se déploient dans le nord de la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 22 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Alors que les organisations humanitaires appellent de plus en plus Israël à rouvrir le point de passage de Kerem Shalom vers Gaza pour permettre un plus grand flux d’aide dans la bande de Gaza, Satterfield a déclaré que le point de passage égyptien de Rafah suffisait à lui seul pour l’acheminement de l’aide dans l’enclave gérée par le Hamas.

Rafah a été conçu comme un point de passage pour les piétons et les petits véhicules, mais selon Satterfield, il aurait la capacité de traiter le volume d’aide nécessaire à Gaza.

Israël a fermé son point de passage de Kerem Shalom à la suite de l’assaut du Hamas contre ses citoyens le 7 octobre, affirmant qu’il refuserait toute aide directe à Gaza tant que les groupes terroristes qui s’y trouvent retiendraient les 240 otages capturés en Israël ce samedi-là.

Satterfield a indiqué que « le gouvernement israélien avait clairement signifié qu’il n’était pas prêt à voir ce changement », soulignant que les États-Unis ne faisaient pas pression sur Jérusalem pour qu’elle modifie sa politique en la matière.

L’envoyé américain a ajouté que l’accord à venir de libération des otages, qui comprendra un cessez-le-feu de quatre jours, représentait une « occasion cruciale » d’acheminer davantage d’aide à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.