Evoquant l’antisémitisme, un avocat réputé quitte le Royaume Uni pour Israël
Rechercher

Evoquant l’antisémitisme, un avocat réputé quitte le Royaume Uni pour Israël

Mark Lewis et son associée estiment que les réseaux sociaux ont contribué à la banalisation de l'antisémitisme et que le Labour de Jeremy Corbyn "a joué un grand rôle"

Mark Lewis (à gauche) et son associée Mandy Blumenthal durant une interview à la BBC. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Mark Lewis (à gauche) et son associée Mandy Blumenthal durant une interview à la BBC. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un avocat britannique et son associée ont annoncé leur départ du Royaume-Uni à cause de la recrudescence de l’antisémitisme. Ils tiennent Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, pour responsable en grande partie de ce phénomène.

Dans une interview accordée à la BBC cette semaine, Mark Lewis et Mandy Blumenthal ont annoncé qu’ils ont l’intention d’émigrer vers Israël d’ici la fin de l’année. Ils ont également dit que d’autres personnes envisagent de quitter le pays à cause de l’antisémitisme qui y règne.

Lewis, l’un des plus grands avocats britanniques, spécialisé dans la diffamation, a déclaré qu’il a fait l’objet de discours haineux et de racisme, en raison de sa judéité.

Le couple a accusé les dirigeants du Labour de créer une atmosphère propice au sentiment antisémite et à son évolution et ont rejeté l’affirmation de Corbyn, qui maintient que l’antisémitisme n’est pas toléré dans son parti.

« Jeremy Corbyn a déplacé une pierre, et les antisémites sont sortis en rampant d’en dessous cette pierre. Et il n’y retourneront pas », a expliqué Lewis.

« Il y a un changement de climat drastique. C’est devenu acceptable d’être antisémite. Cela a permis de faire resurgir les sentiments de certaines personnes », a renchéri Blumenthal.

Elle a déclaré qui si Corbyn et le Labour ne portent pas exclusivement la responsabilité de la recrudescence de l’antisémitisme, ils ont « joué un grand rôle » dans ce phénomène.

« Ce n’est pas juste Jeremy Corbyn et ce n’est pas tout le Labour. Mais c’est en très, très grande partie, ce qui a permis à l’antisémitisme d’évoluer ici, au Royaume-Uni et de transcender la société », a-t-elle dit.

Lewis a déclaré que si l’antisémitisme n’était qu’un phénomène marginal par le passé, il est devenu plus fréquent à cause des réseaux sociaux.

« Les réseaux sociaux ont fait tant de dégâts », a-t-il dit. « Il y a quinze ans, il y avait de l’antisémitisme, mais c’était quelque chose d’obscur. Il y a quinze ans, quelqu’un avait peint une croix gammée sur la porte de mon garage à Manchester, c’était un message. Mais c’était un cas isolé, on pouvait presque en rire. Maintenant, avec l’effet des réseaux sociaux, c’est presque tous les jours. »

Lewis, dans une interview au Times of Israël l’an dernier, avait raconté qu’il aimait s’en prendre aux trolls antisémites sur les réseaux sociaux, a ajouté qu’il avait également été victime d’antisémitisme en soulevant ce problème.

« Si vous vous plaignez d’antisémitisme, la chose la plus antisémite retombe sur vous : vous fabulez, c’est anecdotique, vous n’avez pas le droit de vous plaindre », a-t-il dit.

Il dit avoir été assailli de messages haineux de la part de « personnes qui disent représenter Momentum [une groupe de militants pro-Corbyn], qui se disent représentants du Labour ».

Pour expliquer leur décision d’immigrer en Israël, Lewis déclare : « il y a des limites à ce que l’on peut encaisser ».

« Les agressions en ligne se poursuivront peut-être, les Israéliens ne m’aimeront peut-être pas parce que je suis trop à gauche, ou trop à droite, en fonction de leurs positions. Mais ils ne vont pas ne pas m’aimer parce que je suis Juif. Et il y a des limites à ce que l’on peut encaisser – quand on reçoit des menaces de mort. »

« Quand vous recevez des menaces de personnes qui veulent vous voir souffrir, etc. C’est un cercle vicieux », a déclaré Lewis, qui souffre de sclérose en plaques. « Et on en arrive à dire ‘trop c’est trop’. »

Le parlementaire Jeremy Corbyn parlant lors de l’événement «No More War» à Parliament Square en 2014 (Photo: Hej JMaill, CC-BY, via wikipedia)

En réponse à l’interview du couple, un porte-parole du Labour a déclaré que Corbyn est un « opposé militant » à l’antisémitisme, et qu’il est engagé à le déraciner du parti.

« Jeremy Corbyn est un opposé militant à antisémitisme, et il est déterminé à l’éradiquer sous toutes ses formes du parti travailliste et de la société en général », a déclaré le porte-parole selon le Daily Mail.

Blumenthal, cependant, a déclaré qu’elle ne croyait pas à cet engagement de Corbyn.

« Les mots ne valent rien. C’est vraiment ce que je pense lorsque j’entends les paroles de Jeremy Corbyn, elles ne valent rien. Ce sont des excuses, elles n’expriment pas réellement son sentiment. Je ne le crois pas », a-t-elle dit.

Corbyn est actuellement au coeur d’un scandale cette semaine, après que le Daily Mail a publié des photos de lui, une gerbe de fleurs à la main, durant une cérémonie dans un cimetière tunisien en 2014. Selon les clichés, il se tenait près des tombes des terroristes palestiniens impliqués dans le massacre d’onze athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich en 1972.

C’est le dernier scandale en date pour le Labour.

Les commentaires ne sont que la dernière vague d’une crise de longue durée du parti, avec un flot constant de membres et d’éminents fonctionnaires qui sont chassés ou blâmés pour commentaires antisémites et virulents anti-israéliens, et Corbyn lui-même est critiqué pour avoir toléré et/ou fait partie du problème.

Les commentaires ont été condamnés par des rabbins, y compris le grand rabbin du Royaume-Uni, ainsi que par certains députés du Labour, accusant le parti et son chef de ne pas pouvoir ou de ne pas vouloir éradiquer de manière décisive les membres antisémites dans les rangs du parti.

Au cœur de la crise de l’antisémitisme du Labour figure le refus du parti d’adopter intégralement la définition de l’antisémitisme de l’International Holocaust Remembrance Alliance, laissant de côté quatre des onze exemples inclus dans la définition. Les quatre ont trait à l’exclusion injuste d’Israël ou à la remise en question de la loyauté des Juifs qui soutiennent Israël.

Jeremy Corbyn porte une gerbe de fleurs durant une visite aux Martyrs de Palestine, en Tunisie, en octobre 2014. (Crédit : page Facebook officielle de l’ambassade palestinienne en Tunisie)

Durant l’interview, Victoria Derbyshire, journaliste à la BBC, a évoqué les affiliations politiques du couple, affirmant qu’ils sont membres du « parti sioniste britannique ».

« Un instant. Qu’est-ce que le parti sioniste britannique ? », a demandé Blumenthal. « Désolée de vous interrompe, mais vous dites que je suis membre du parti sioniste britannique ? »

Derbyshire s’est excusée en disant que c’était « les informations qu’elle avait reçues ». Ce parti n’existe pas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...