Israël en guerre - Jour 238

Rechercher

Ex-employés de l’ambassade d’Israël en GB : Impossible de servir ce gouvernement

Les 23 ex-employés invitent l’équipe en place, qui "légitime le premier gouvernement ouvertement antidémocratique d'Israël", à manifester avec eux

La police contient les manifestants rassemblés en solidarité avec Israël devant l’ambassade d’Israël, dans le centre de Londres, le 23 mai 2021. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)
La police contient les manifestants rassemblés en solidarité avec Israël devant l’ambassade d’Israël, dans le centre de Londres, le 23 mai 2021. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)

Vingt-trois ex-employés de l’ambassade d’Israël à Londres ont publié, vendredi dernier, une tribune dans laquelle ils expliquent qu’ils ne pouvaient décemment pas travailler pour la mission diplomatique de l’actuel gouvernement israélien.

« Face à la crise provoquée par la coalition extrémiste israélienne, nous pensons que l’ambassade ne représente plus les intérêts de l’État juif et démocratique d’Israël », ont écrit les ex-membres du personnel dans le UK Jewish Jews, un partenaire du Times of Israel.

Il s’agit de la dernière expression de dissidence en date à l’égard des politiques du gouvernement radical du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a prêté serment le 29 décembre dernier.

À l’instar de nombreuses voix critiques qui se sont fait entendre, ces derniers temps, ces anciens collaborateurs de l’ambassade ont invoqué les mesures prises par la coalition gouvernementale pour réformer le système judiciaire ainsi que les propos et la conduite des ministres d’extrême droite.

Les auteurs du texte sont britanniques, israéliens ou binationaux : ils occupaient auparavant des postes de rédacteur, d’attaché de presse et d’affaires publiques, d’agents de sécurité ou encore d’administrateur et de personnel de soutien au sein de la mission israélienne à Londres.

Ils ont souligné leur fierté d’avoir travaillé pour l’ambassade, soulignant que « si nous y étions restés, si nous n’avions pas démissionné, nous aurions des questions à nous poser ».

Ils ont ajouté que leurs précédentes fonctions impliquaient de « parler au peuple britannique des choix difficiles qu’un État démocratique doit faire pour défendre ses citoyens contre le terrorisme, et de cet Israël, démocratie libérale dynamique et prospère, on ne peut plus éloignée des calomnies de ses ennemis ».

L’ambassadrice d’Israël, Tzipi Hotovely, au centre droit, lors de la conférence du Parti conservateur à Manchester, en Angleterre, le mardi 5 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Jon Super)

« Malheureusement, sous l’actuel gouvernement, l’équipe de l’ambassade ne travaille plus pour une démocratie libérale, et légitime les actions du tout premier gouvernement ouvertement antidémocratique », ont écrit les ex-collaborateurs de l’ambassade.

« Il est impossible d’être crédible et de mettre en garde contre les dangers de l’extrémisme lorsque le ministre israélien des Finances lui-même réagit aux violences meurtrière de civils à Huwara en appelant au nettoyage ethnique du village par Tsahal », ont-ils déclaré, allusion à Bezalel Smotrich, qui a demandé aux autorités d’ « anéantir » Huwara, ville palestinienne dans laquelle deux jeunes frères israéliens ont trouvé la mort lors d’une fusillade terroriste, le mois dernier, et où des centaines de résidents d’implantations ont mené un saccage, quelques heures plus tard.

Smotrich a plus tard condamné le saccage et présenté ses excuses pour avoir appelé à rayer le village de la carte.

« Il est impossible d’être crédible et de mettre en garde contre les dangers du terrorisme, auxquels les Israéliens sont tragiquement confrontés au quotidien, en travaillant pour un gouvernement dont le ministre de la Sécurité intérieure a été plusieurs fois condamné pour violence et incitation au terrorisme », ont-ils déclaré à propos d’Itamar Ben Gvir.

Le président d’Otzma Yehudit a en effet été reconnu coupable d’avoir soutenu une organisation terroriste en 2007, en brandissant une pancarte lors d’une manifestation sur laquelle on pouvait lire « Expulsez l’ennemi arabe » et « Kahane avait raison », allusion au rabbin extrémiste Meir Kahane, que Ben Gvir a décrit comme son mentor.

« Il est impossible d’être crédible et de plaider en faveur d’un rapprochement entre Israël et la Grande-Bretagne, sur la base de la solidarité entre États démocratiques, tout en travaillant pour ce gouvernement », ont poursuivi les ex-collaborateurs de l’ambassade.

« Ce gouvernement souhaite qu’Israël ne soit plus une démocratie libérale. Ce gouvernement veut imposer une ‘réforme judiciaire’, qui aurait pour effet de supprimer toutes les protections des droits civils dont bénéficient actuellement les citoyens israéliens, piétinant les valeurs de la Déclaration d’indépendance d’Israël », ont-ils écrit à propos de la réforme judiciaire, qui, d’après ses opposants, affaiblira la Cour suprême, privant de toute protection les minorités face au gouvernement au pouvoir.

« Il est impossible de renforcer de manière crédible la relation entre Israël et la Grande-Bretagne sur la base de la solidarité entre les États démocratiques tout en travaillant pour ce gouvernement », ont-ils répété.

« Nous n’aurions pas pu, en toute conscience, continuer à travailler pour un gouvernement qui trahit la vision sioniste d’un État juif et démocratique et met en péril son avenir. »

Les auteurs ont invité l’équipe de l’ambassade à se joindre à la manifestation contre le gouvernement organisée par des expatriés israéliens devant l’ambassade dimanche.

« Face à une crise sans précédent, nous espérons que vous ne resterez pas les bras croisés, et que vous nous rejoindrez. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.